Economie

Une 4è LPL accordée au Maroc, le Wali Jouahri satisfait

le 18 décembre 2019


Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, s’est félicité, mardi à Rabat, de l’adoption par le Fonds monétaire international (FMI) de la dernière ligne de précaution et de liquidité (LPL) et sur laquelle le Maroc n’a encore effectué aucun tirage.

« C’est la 4ème fois que nous négocions d’une LPL. Elle avait été approuvée par le Conseil d’administration du Fonds sans difficultés et à l’unanimité des membres présents », a souligné M. Jouahri lors d’un point de presse tenu à l’issue de la dernière réunion trimestrielle de l’année du Conseil de la Banque.

« C’est une bonne chose, puisque le Maroc ne tire toujours pas sur cette LPL. Il n’en a pas besoin vu le niveau de ses réserves de change, à moins que des chocs extérieurs ne se produiraient », a-t-il fait savoir.

« Le Maroc est le seul qui bénéficie de la LPL au niveau des membres du FMI », a fait observer M. Jouahri, rappelant que pour l’approbation de cette ligne, quatrième du genre pour le Maroc, les experts du FMI ont dû analyser l’ensemble des équilibres macroéconomiques et les réformes que le Maroc a menées.

Et de rappeler que le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord LPL en faveur du Maroc pour un montant de 2,15 milliards de DTS (environ 3 milliards de dollars) en décembre 2018.

En novembre dernier, le FMI a effectué une mission dans le Royaume axée sur la deuxième revue de l’accord au titre de la LPL.

Le Wali de Bank Al-Maghrib a, également, fait savoir que le taux de change effectif réel devrait ressortir en appréciation de 1,2% en 2019 et resterait quasi-stable à moyen terme avec la modération prévue de l’appréciation nominale du dirham.

Il a aussi fait état d’une stabilisation du ratio de l’endettement à moyen terme, précisant que le taux d’endettement du trésor devrait augmenter de 65,3% du PIB en 2018 à 66,3% en 2019 avant de revenir à 65,8% en 2020 et à 65% en 2021.

M. Jouahri a par ailleurs annoncé que le Conseil a approuvé les mesures spécifiques devant être mises en place par la Banque dans le cadre du programme d’appui à l’entreprenariat.

Réuni dans le cadre de sa dernière session trimestrielle de l’année, le Conseil de BAM a analysé l’évolution récente de la conjoncture économique et les projections macroéconomiques de la Banque pour les huit prochains trimestres et a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 2,25 %.

LNT avec Map