Tech

[Portrait] Badr El Houari, le geek qui veut changer la culture I.T. au Maroc !

le 7 novembre 2015


Un événement incontournable dans le monde des I.T. aura lieu les 16, 17 et 18 novembre au Studio des Arts Vivants à Casablanca: le Devoxx Morocco 2015.

Près de 150 experts internationaux parmi les plus prestigieux de la planète viendront présenter leurs visions de la technologie et seront disponibles pendant 3 jours pour échanger avec les développeurs, hackers, entrepreneurs et autres jeunes passionnés marocains.

Ce grand rendez-vous est organisé par l’équipe du Morocco JUG, pilotée par Badr El Houari, un développeur et entrepreneur marocain de renommée internationale, malheureusement trop peu connu du grand public de son pays.

Membre du jury de la Screendy Cup Morocco 2015, dont la finale se jouera justement au Devoxx, il joue également un grand rôle dans l’écosystème de la voiture connectée 100% marocaine.

L’objectif de cet article est donc de vous faire connaître un peu mieux ce jeune talent qui a de grandes ambitions pour les I.T. au Maroc.


Un profil brillant, reconnu à l’étranger mais ignoré au Maroc

En tapant « Badr El Houari » sur les moteurs de recherche internet, les résultats obtenus proviennent majoritairement de sites américains ou européens. Très peu d’informations sont en effet disponibles sur lui dans les médias marocains. Pourtant, Badr est un véritable talent reconnu mondialement dans la communauté internationale des développeurs.

Ce jeune natif de Chefchaouen, ingénieur d’Etat en informatique, est un expert technique en JAVA, le fameux langage de programmation informatique. En 2013, il a été élu meilleur contributeur Java dans le monde et a fait partie, l’année suivante, du comité exécutif international qui a validé sa dernière version, la Java SE 8.

Il est régulièrement invité comme conférencier ou « speaker » dans les plus grands rassemblements de développeurs dans le monde. Cela l’a amené à visiter plus d’une trentaine de pays, de Singapour à San Francisco, en passant par Paris, Londres ou Anvers.

Ses amis sont pour la plupart de véritables icônes du monde High-Tech:

Me_James2013
Badr El Houari avec son ami James Gosling, le créateur de Java himself !

Il est aussi souvent interviewé par les journalistes tech sur des sujets comme l’évolution de la technologie Java, le développement de sa communauté ou encore sur le rôle du Maroc dans la contribution du développement de l’architecture Java, etc.

Un Geek dans le vrai sens du terme !

Badr est avant tout un vrai geek. Toujours en T-shirt et en baskets, il consacre son temps libre à contribuer bénévolement au développement des logiciels et d’applications open source. Il a aussi une vraie passion pour l’internet des objets (IOT) et se définit volontiers comme geek, mais seulement dans le vrai sens du terme:

« Un vrai geek n’est pas un simple consommateur de technologies. Il est aussi contributeur et créateur de technologies ! »

La passion de Badr El Houari pour le développement a commencé très tôt. Durant ses études à l’Ecole Mohammadia des ingénieurs, il a créé une application (QCM en 3 langues) et un jeu (jeu du serpent) qu’il a su déployer sur son propre téléphone mobile (un Nokia de l’époque) à l’heure où Android et IOS n’existaient pas encore.

Cette expérience créative a été à l’origine de son inconditionnel attachement et support de Java, langage de programmation qui équipait tous les téléphones Nokia de l’époque. Il y découvre l’une des premières vraies communautés open source d’Internet, la Java User Group (JUG).

Très vite, ses contributions au développement de Java lui donnent une crédibilité et une reconnaissance internationale qui le poussent à créer, en 2009, sa propre communauté marocaine, la Moroccan JUG avec l’appui international de l’entreprise Oracle.

morocco-jug

Avec son ami d’enfance, Faissal Butaounte, un autre geek passionné comme lui, ils feront rayonner cette nouvelle communauté au niveau mondial. Il commencera alors à participer aux conférences de développeurs organisées par les différentes communautés dans le monde et y fera rapidement ses premières interventions en tant que speaker.

Déjà 10 ans d’expérience dans le I.T

Malgré son jeune âge, Badr possède déjà un parcours professionnel très riche. Il a notamment travaillé pendant 3 ans pour Morpho, une entreprise leader dans le marché des produits pour la cyber sécurité : documents électroniques, cartes à puce, biométrie, etc. Le nouveau permis de conduire marocain a d’ailleurs été développé par eux.

Le PDG de l’entreprise, impressionné par ses compétences, le nomme premier expert international au niveau du groupe dans le domaine du développement logiciel. Il a ainsi pu « chapeauter » toute la communauté Architecte groupe (USA, Allemagne, France, Singapour, etc.) à partir du Maroc !

Il joue aussi un rôle de consultant international senior en occupant, jusqu’à aujourd’hui, le poste de directeur de la filiale en Afrique de Objis, un cabinet de formation en Java reconnu dans le monde.

Avec ses 10 ans d’expérience dans le monde de l’IT et son expertise reconnu dans JAVA, il est aujourd’hui régulièrement sollicité par les grands groupes technologiques de la Silicon Valley. Badr a pourtant choisi de rester dans son pays par conviction nationaliste : Il veut contribuer à faire du Maroc un grand acteur dans le monde des I.T. !

Changer la culture du développeur au Maroc

Durant toutes les années où il travaille comme salarié, il remarquera, que, contrairement aux pays étrangers, le métier de développeur au Maroc n’est pas valorisé. Pire, il est même sous-estimé puisque de nombreux geeks, comme lui, cachent leurs passions pour le code et la programmation et préfèrent plus mettre en avant leur qualité de gestionnaires de projets pour accéder à des postes hiérarchiques.

Pour changer cette culture qui va à l’encontre de l’innovation et de l’esprit d’initiative, il décide en 2012 d’organiser la conférence Jmaghreb. Celle-ci aura pour principal objectif de fédérer et de faire évoluer la communauté marocaine autour du développement de manière à ce que celle-ci rayonne à l’international.

JMaghreb

Malgré le succès grandissant de ses 3 éditions (celle de 2013 a réuni plus de 1500 participants et a attiré une centaine d’experts internationaux venus de 30 pays différents), la conférence Jmaghreb ne reçoit pas toute l’attention médiatique et politique qu’elle mérite. La faute, selon Badr, à une culture marocaine qui ne valorise pas la marque « made in morocco ».

La preuve? Devoxx Morocco, qui n’est en réalité que la quatrième édition de Jmaghreb (même qualité de contenu et de speakers internationaux) a suscité beaucoup plus d’intérêt médiatique simplement grâce au « rebrandage » de son logo.

devoxx-morocco

Les sirènes de l’entrepreneuriat…

Devant l’importance que prennent progressivement les conférences Jmaghreb, Badr El Houari décide, en 2014, de quitter son travail. Il peut dès lors se consacrer entièrement à l’organisation de celles-ci en leur accordant toute l’attention qu’elles méritent.

En parallèle, il profite d’un climat business favorable et des opportunités grandissantes dans le monde des I.T, pour se lancer dans l’entrepreneuriat, chose qu’il attendait de faire depuis un certain moment. Il crée donc sa startup Umbreo en juillet de la même année.

L’année suivante, il crée son cabinet d’expertise et de consulting, X-Hub IT. Une filiale vient d’ailleurs d’ouvrir en France il y a à peine un mois et demi, et 2 autres suivront un peu plus tard au Canada et aux États-Unis.

logo x-hub it

Il pilote aujourd’hui une équipe de 11 personnes, tous polyvalents en I.T (ingénieurs qualité, DSI, chefs de projets, coachs « Agile »,  etc.). La société réalise 60% de son chiffre d’affaires à l’étranger dont une bonne partie en Afrique (Algérie, Tunisie et Côte d’Ivoire principalement).

Son rêve ? Créer au Maroc un environnement semblable à la Silicon Valley

A travers l’organisation de conférences internationales, la création de startups et la mise en place d’un cabinet de conseil et de formation en IT, Badr El Houari poursuit en réalité un rêve qui peut sembler un peu fou mais qui, selon lui, n’est pas impossible à réaliser : Créer au Maroc un environnement semblable à la Silicon valley.

Il est persuadé qu’il existe, au Maroc, un « véritable vivier de développeurs talentueux encore inexploité. ». Pour l’encourager, le valoriser et le faire émerger, il œuvre pour créer une émulation positive pour mettre en place, de manière durable, un environnement IT de qualité qui soit favorable à l’innovation et à l’entrepreneuriat.

"Il est possible de créer un environnement semblable à la Silicon Valley au Maroc". (Badr El Houari)
« Il est possible de créer un environnement semblable à la Silicon Valley au Maroc. » Badr El Houari

Il est prêt à faire jouer tout son réseau de contacts international en invitant régulièrement tous ses amis et développeurs dans le monde à venir « speaker » dans ses conférences au Maroc (Devoxx, Moroccan JUG Sessions, etc.).

Durant l’édition 2015 de Devoxx Maroc, plusieurs activités seront mises en avant pour favoriser l’employabilité et le réseautage: sessions de table ronde, après-midi des décideurs, journées startups, hackathons, etc.

L’objectif étant de permettre à tout jeune développeur ou « geek » marocain de réseauter, d’échanger et d’apprendre des meilleurs tout en étant sensibilisés à la « philosophie open source de la communauté Java ».

L’I.T. étant catalyseur de business, Badr El Houari veut aussi faire de sa boite X-Hub It, un véritable incubateur de talents.

Son objectif est de créer des emplois à forte valeur ajouté en encourageant la création de startups innovantes. En inculquant très tôt à ses équipes une mentalité et une méthode de travail nord-américaine (travail par objectif, primes, pas de contraintes en termes d’horaires, anglais obligatoire, savoir s’exprimer en public, savoir réseauter, etc.), il veut stimuler, à sa manière, l’esprit d’initiative et entrepreneuriale au Maroc.

Enfin, l’innovation, qualité essentielle dans le monde de l’IT, sera constamment encouragée, à travers un département de recherche et de développement (R&D), des sessions de formations et des séjours à l’étranger.

L’objectif ultime étant, nous confie Badr El Houari, la création de produits et logiciels technologiques 100% marocains dont le retentissement sera mondial et qui montreront à tous que les Marocains peuvent devenir de véritables acteurs et contributeurs du développement technologique mondial…

 Omar Amrani.

Chroniques du Futur sur Facebook