Sport

Nawal Sfendla se prépare à gravir le 1er des 7 plus hauts sommets du monde

le 18 juillet 2019


Nawal SFENDLA, marocaine à l’aube de ses 30 ans, citadine exploratrice qui ressent le besoin d’accomplir quelque chose de plus grand que les perspectives s’ouvrant à elle au quotidien, s’est lancé plus qu’un défi, un projet, l’ascension des 7 sommets les plus hauts du monde. Après s’être « échauffée » en escaladant le mont Toubkal, elle est sur le point de se lancer dans l’ascension du 1er des 7 sommets, le Kilimandjaro qui culmine à 5895 mètres d’altitude. Elle nous raconte ci-après sa préparation et son ressenti. 

Après Toubkal

L’ascension du Toubkal (4167m d’altitude) fut une expérience inoubliable. Beaucoup de facteurs ont rendu cette expérience agréable et enrichissante : Nacer Ibn Abdeljalil aux petits soins et prodiguant de très bons conseils, un groupe soudé et beaucoup d’entraide, le tout dans une ambiance très sympathique. Cela peut paraitre dérisoire mais ça a aidé au succès de chacun.

D’un point de vue technique, mon corps a été challengé d’une manière assez dure : pas beaucoup de sommeil, des heures de marche, l’altitude, le manque d’oxygène. Les pieds et le dos en prennent un coup. Pour cette raison, le choix des chaussures et du sac de randonnée est important. En somme : le moindre petit détail compte.

Le plus dur 

La phase finale en pleine nuit à 2h du matin. Je n’étais guidée que par les petites lumières des lampes torche et la voix de mon groupe. Ce qui était assez stressant.

A plus de 3000m d’altitude, mon corps fatiguait mais c’est à ce moment-là que le mental joue un rôle primordial.

Je voyais le sommet de l’autre côté de la montagne, mes doigts commençaient à geler, un mélange émotionnel difficile : peur, fatigue, risque de glisse, froid.

La descente fut également difficile – de jour, nous avons réalisé à quel point c’était raide. La descente se fait donc rapidement mais peut être très dangereuse car ça glisse beaucoup, et il faut rajouter à cela une fatigue extrême et une absence d’énergie.

Mais l’on peut se surpasser, tel est et sera toujours mon message. Le mental fait tout. Et nous devons le considérer dans toutes nos actions quotidiennes.

L’arrivée 

Le bonheur total. Une grande fierté. J’étais émue : une respiration difficile mélangée à des pleurs de joie. Le tout face à un paysage incroyable.

On oublie tout et réalise qu’il faut vraiment profiter de chaque seconde de sa vie et VIVRE.

Encouragements 

J’ai reçu beaucoup de messages d’encouragements avant et après mon retour du Toubkal. Des messages qui m’ont énormément touchée. Alors si je peux être un exemple et pousser les femmes et hommes à se surpasser je le ferai du mieux que je pourrais. Notre corps est incroyable, nous sommes capables de beaucoup.

Kilimandjaro 

Le Toubkal était un entrainement avant le 1er sommet. Par la suite, une pratique de sport régulière était importante afin de maintenir une bonne endurance.

L’ascension du Kilimandjaro est prévue dans deux jours. Stress, excitation, appréhension. Nous serons un groupe de 12 personnes dont certains ayant déjà participé à Koh Lanta. Nous serons accompagnés par des guides, cuisiniers et porteurs.

L’ascension durera 6 jours afin de bien acclimater le corps. Suivant différents chemins, nous établirons des camps quotidiennement afin de reposer le corps et préparer le mental également à l’étape d’après. La phase finale se fera à 1h ou 2h du matin.

A suivre sur mon compte Instagram @naworld.sf