Crédits : La Nouvelle Tribune

Économie et Finance

Le MEF publie un guide sur le financement et l’accompagnement des TPME

le 14 mai 2018


Dans le cadre des actions entreprises pour favoriser l’inclusion financière des TPME, et des auto et micro-entrepreneurs, le MEF (ministère de l’Economie et des Finances), avec la collaboration de la coopération allemande, a procédé à l’élaboration d’un recueil englobant l’ensemble des offres d’appui au financement au profit des TPME.

Les objectifs visés à travers ce projet sont, selon le ministère :

  • Le renforcement de la communication et la diffusion, auprès des porteurs de projets et des promoteurs, des produits destinés au financement des AE/TPME ;
  • L’amélioration de la connaissance et de la visibilité des différentes parties prenantes des secteurs public et privé ;
  • La contribution à une meilleure convergence des efforts des acteurs de la place.

Ce recueil est structuré en six fascicules distincts regroupant les offres et produits relatifs à une catégorie de besoins spécifiques. Il s’agit notamment de l’amorçage/innovation, la création, l’exploitation, l’investissement et développement et les opérations à l’export.

Ce recueil servira également de base à la conception d’une plateforme digitale interactive, en cours de construction, dédiée aux instruments d’appui aux TPME. Cette plateforme devra permettre d’accèder aux informations de base, à même d’orienter l’utilisateur vers la ou les solutions les plus pertinentes par rapport à sa situation et à son besoin.

À qui est dédié ce recueil ?

Ce recueil est dédié aux porteurs de projet, à toute personne physique ou morale, auto-entrepreneur, ou bien entreprise de très petite, petite ou moyenne taille recherchant un financement, une subvention, ou une garantie pour le financement des besoins d’exploitation dans le cadre de la réalisation d’un projet de création d’entreprise.

L’utilisation de ce recueil dépend de la situation et du besoin en produits de financement, d’aide ou d’accompagnement public.

Ce guide détaille tout ce qui a trait aux :

  • Financements
  • Subventions (primes) à l’investissement
  • Prêts de toute nature
  • Garanties

Le détail des offres indique également l’organisme/l’institution responsable, son adresse, les références des services et/ou les personnes à contacter.

Au total, le guide contient 10 offres de produits disponibles. Notons entre autres, Capital Amorçage (Azur Innovation) pour la prise de participation, Innov Idea (CCG) pour les subventions, ainsi que Damane Capital Risque (CCG) pour les garanties.

Il est à noter dans ce sens que chaque offre de produit contient les objectifs, et les secteurs d’activité dans lesquels opère l’organisme, selon la nature du financement.

Le deuxième fascicule concerne les offres disponibles pour le financement de la création d’entreprise, selon la nature du financement (subvention, garanties, co-financement, prêt, ou encore prêt d’honneur).

Le troisième fascicule, quant à lui, traite des besoins d’exploitation de l’entreprise, toujours selon la nature du financement.

Le quatrième fascicule détaille les outils de financement, d’investissement et de développement de l’entreprise.

Pour les porteurs de projet souhaitant se projeter sur les opérations à l’export, le fascicule 5 met en relief les différentes offres disponibles.

Enfin, le dernier volume du guide se penche sur les offres et les produits divers liés à la restructuration financière de la start-up, la transmission, et l’accompagnement, toujours selon la nature des besoins.

Le ministère des Finances n’a pas manqué de mettre l’accent sur la garantie CCG, qui a pour objectif majeur de faciliter l’accès au financement des projets.

Sur ce sujet, le MEF rappelle qu’il est important de savoir qu’il s’agit plutôt d’un partage du risque avec la banque :

  • La Caisse Centrale de Garantie n’intervient pas pour assurer contre le risque de défaillance de l’entreprise, mais garantit la banque pour une partie de sa perte finale éventuelle sur l’opération de crédit. Il ne s’agit pas d’une garantie supplémentaire mais d’un partage de la perte finale avec la banque ;
  • La garantie ne bénéficie qu’à l’établissement financier. Le porteur de projet ne peut en aucun cas l’invoquer pour contester toute ou une partie de la dette;
  • La garantie n’est pas une subvention, ni une assurance. Les crédits garantis par la CCG, à l’instar de tout autre crédit engagent leurs bénéficiaires.

Il est à noter que les produits CCG concernent tous les secteurs d’activité à l’exclusion de la promotion immobilière et de la pêche hauturière, conclut le recueil du ministère.

Le guide est téléchargeable en cliquant ici.

I. Jirrari

POUR ALLER PLUS LOIN