Rencontre autour des perspectives de coopération entre Moscou et les villes du Maroc

Tech

Marocains et Russes discutent de la transformation digitale à Casablanca

le 19 décembre 2019


« Transformation numérique et formation d’un espace numérique mondial: Priorités, perspectives, projets clés » est le thème d’une table ronde organisée, mercredi à Casablanca, par le Gouvernement de Moscou dans le cadre d’événements visant à développer la coopération Maroc-Russie.

Cette rencontre a été une occasion de débattre des différents aspects de la transformation numérique des deux pays et exposer les éventuelles opportunités d’investissement communs dans le domaine du développement urbain.

S’exprimant à cette occasion, le Chef-adjoint du département des relations économiques extérieures et internationales du Gouvernement de Moscou, Alexey Stepanovich Bondaruk, a mis en avant le rôle « capital » que joue le Maroc en tant que porte d’entrée en Afrique, notant que cette rencontre est une opportunité pour débattre de l’attractivité des investissements et les perspectives digitales de la capitale Russe au Maroc.

« Moscou considère que la transformation numérique est une nécessité incontournable afin de s’intégrer dans l’économie mondiale. La gestion du développement des technologies numériques s’impose, avec la participation de représentants de diverses régions du monde, issus de divers secteurs de la vie politique et publique, dans le cadre d’un dialogue global et une approche participative », a-t-il souligné.

A travers ce genre de rencontres, a-t-il dit, « nous prévoyons de mettre en place une plateforme de discussions commune pour promouvoir l’élaboration de stratégies de transformation numérique efficaces à tous les niveaux, partager et adopter les bonnes pratiques et de mettre au point des mesures pratiques pour mettre en œuvre ces stratégies ».

La vice-présidente du Conseil de la ville de Casablanca, Hakima Fasly, a salué la volonté du gouvernement de Moscou de consolider ses relations économiques avec le Maroc, tout en se félicitant de la révolution technologique que connait les deux pays partenaires.

Lors de cette table ronde, Mme Fasly a présenté les dispositifs du Schéma directeur de la transformation numérique (SDTN), mis en place par le Conseil de la ville, et qui constitue, selon elle, le socle de la transformation numérique de Casablanca.

Ce Schéma, a-elle relevé, vient pour répondre aux exigences du projet de la « Smart City », un projet qui vise à rendre la ville de Casablanca plus intelligente, frugale, conviviale et inclusive, ajoutant que sa mise en œuvre se déroulera entre 2018 et 2022 et couvrira un portefeuille d’environ 70 projets, répartis en quatre grandes catégories: Projets Smart City, Projets des systèmes d’informations, projets d’équipements et infrastructure, et projets d’accompagnements.

« La transformation digitale d’une ville comme Casablanca n’est qu’une réponse aux attentes exigeantes du citoyen marocain en lui facilitant l’accès aux différents services, mais aussi pour promouvoir la position économique de la ville et la faire relever à la hauteur des métropoles mondiales », a-t-elle conclu.

En parallèle, le vice-président du Conseil de la ville de Rabat, Younes Chakroun, a noté que le Maroc s’est doté d’un nouveau plan de développement numérique à l’horizon de 2020, dont la digitalisation de l’administration et des PME figure parmi ses principaux axes. C’est ainsi que le gouvernement marocain s’est investi dans un plan stratégique de quatre ans qui vise le développement des TIC dans le pays.

« Grâce aux énergies combinées des acteurs du secteur public et privé, nous avons enregistré des progrès importants dans l’administration numérique. Ces résultats positifs ont poussé la commune de Rabat à poursuivre les efforts pour offrir plus de services en ligne qui satisfont les besoins des usagers », a-t-il expliqué, citant en particulier ceux qui requièrent une coordination et un échange d’informations et de documents entre les départements ministériels et les établissements publics, et ce, via la dématérialisation des procédures administrative.

Abordant le volet de la sécurité numérique, le représentant de la Russie au sein du Groupe consultatif multilatéral du Forum des Nations unies sur la gouvernance de l’internet, Roman Sergeyevich Chukov, a jugé que dans un contexte caractérisé par une grande révolution technologique, la protection des données personnelles s’affiche comme priorité urgente et centrale.

« La Russie a pu développer des solutions avancées au niveau de la cybersécurité que nous mettons à disposition de nos partenaires marocains. La coopération intergouvernementale entre les deux pays permettra de consentir les efforts et mettre en place un dispositif fort et intégré pour valoriser et consolider le processus de la sécurité numérique », a-t-il dit.

D’où la nécessité de développer, soutenir et s’investir de plus en plus dans la recherche scientifique au sein de nos universités dans des disciplines portant sur la sécurité numérique, en vue d’instaurer un projet national de transformation digitale responsable et inclusif et le mettre au service du citoyen et du bien commun des deux pays.

Plus tôt dans la journée, une plénière a porté sur le thème « Coopération économique entre Moscou et les villes du Royaume du Maroc ». C’était une occasion d’explorer d’éventuels projets communs, d’échanger les expériences et de se pencher, entre autres, sur les opportunités de coopération économique et commerciale, sur les problématiques de développement social ainsi que sur les stratégies pour le développement urbain et la préservation des sites architecturaux les plus importants.

LNT avec Map