Politique

Le Maroc prend part à Paris à la réunion du Conseil de l’OCDE

le 22 mai 2019


Le Maroc a pris part, mercredi à Paris, aux travaux de la Réunion du Conseil au niveau des Ministres (RCM 2019), organisée par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), sous le thème « la transition numérique au service du développement durable : opportunités et défis».

Le Royaume a été représenté à cette réunion, le plus important événement de l’année de l’OCDE, par une délégation composée du ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, du ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Daoudi, de l’Ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa et du Directeur adjoint à la Direction du Trésor et des Finances Extérieures, Nouaman Al Aissami.

Cette Réunion, présidée par la Slovaquie, a été l’occasion pour les dirigeants et les ministres des pays membres et partenaires de l’OCDE de débattre des politiques publiques nationales et internationales qui permettraient d’exploiter pleinement le potentiel considérable de la révolution numérique tout en affrontant les bouleversements qu’elle induit dans des domaines tels que la concurrence, la fiscalité, la gouvernance des données, les compétences, la croissance inclusive, l’environnement et les échanges.

Ils ont également examiné le rôle que l’OCDE peut jouer pour aider les pays membres et partenaires à adapter leurs cadres institutionnels et réglementaires pour faire de la transition numérique un levier de croissance et d’inclusion.

Le monde se trouve au cœur d’une transition numérique qui a des effets profonds et transformateurs sur les économies et les sociétés. Cette transition promet d’améliorer le bien-être individuel, de promouvoir le progrès social et d’aider à atteindre les Objectifs de développement durable.

Mais dans le même temps, cette transformation sans précédent pose des défis considérables aux responsables de l’action publique : « peut-on garantir une transition sans heurt ? Peut-on s’assurer de ne laisser personne de côté ? La nouvelle économie numérique sera-t-elle synonyme d’une vie meilleure ? Comment peut-on faire face aux écueils et aux défis liés à la cybersecurité, à la protection de la vie privée et à l’utilisation abusive des ces technologies ? ». Autant de réflexions qui ont alimenté les débats.

Lors de cette réunion, 42 pays membres et partenaires de l’OCDE ont officiellement adopté le premier ensemble de principes intergouvernementaux sur l’intelligence artificielle (IA). Ils se sont engagés, dans ce cadre, à respecter des normes internationales visant à assurer la conception de systèmes d’IA robustes, sûrs, équitables et dignes de confiance.

« L’intelligence artificielle révolutionne nos modes de vie et de travail et offre des avantages considérables pour nos sociétés et nos économies. Pourtant, elle soulève de nouveaux défis, suscite également des inquiétudes et pose des problèmes d’éthique. Il incombe donc aux pouvoirs publics de veiller à ce que les systèmes d’IA soient conçus de manière à respecter nos valeurs et nos lois, afin d’assurer la sécurité et la protection de la vie privée des personnes », a déclaré, à cette occasion, Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE.

« Ces Principes constitueront une référence mondiale pour bâtir une IA digne de confiance, afin que l’on puisse tirer le meilleur parti des opportunités qu’elle offre, au service de tous », a-t-il affirmé.

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a pour mission de promouvoir les politiques qui améliorent le bien-être économique et social partout dans le monde. Elle offre également aux gouvernements un forum où ils peuvent conjuguer leurs efforts, partager leurs expériences et chercher des solutions à des problèmes communs.

Le Maroc a noué un partenariat stratégique avec l’OCDE, couronné par la signature en juin 2015 d’un Programme-pays, visant à soutenir le processus de ses réformes, à favoriser son rapprochement des standards de l’OCDE et faire avancer son statut dans les différents Comités. Le premier Programme-pays s’est achevé avec succès, et le 25 juillet 2018, le Secrétaire général de l’OCDE a notifié officiellement, l’accord de l’OCDE sur la signature d’un second Programme-pays OCDE-Maroc.

Dans le contexte de ce partenariat, le Maroc participe régulièrement aux Forums de l’OCDE par le biais d’une représentation de haut niveau et une contribution active aux échanges avec les pays membres et partenaires autour des bonnes pratiques de l’OCDE et des stratégies nationales adéquates.

Le Maroc occupe le rang du 12ème partenaire de l’OCDE après les pays membres et les partenaires clés, et depuis 2014, il est invité régulièrement à participer à certaines sessions du Conseil annuel de l’OCDE ainsi qu’aux sessions spéciales organisées par le Secrétaire général sur des questions d’actualité économique mondiale.

La participation du Maroc aux enceintes de dialogue de l’OCDE a permis de donner une meilleure visibilité aux progrès réalisés par le Royaume.

LNT avec MAP