Politique

Manifestation à Al Hoceima : La DGSN dément l’usage de la force

le 6 janvier 2017


La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a démenti catégoriquement l’usage de la force par les éléments des forces de l’ordre lors de la dispersion d’un rassemblement de protestation, mercredi dernier dans une place publique à Al Hoceima, réfutant toutes les allégations d’arrestation ou la prise de toute autre mesure restrictive ou privative de liberté à l’encontre des manifestants.

Dans une mise au point parvenue vendredi à la MAP, suite à des articles de presse alléguant d’une intervention « violente » des forces de l’ordre pour disperser les manifestants, la DGSN souligne que les forces de l’ordre ont veillé à la garantie de la sécurité et à l’application de la loi suite à la tentative de certaines personnes de monter des tentes dans une place publique et d’entraver des activités dûment autorisées par les autorités publiques.

La DGSN note que la force publique s’est contentée de déployer ses unités sur les lieux et que le chef du district de la sûreté compétent territorialement a demandé aux manifestants d’évacuer la place en leur lançant à plusieurs reprises les ultimatums légaux, suite à quoi ces personnes ont évacué la place, ce qui a donné lieu à des bousculades accidentelles en amont des avenues et des rues mitoyennes, ajoutant que l’évacuation a été accompagnée par les forces de l’ordre qui ont veillé à libérer ces avenues de tout obstacle à la libre circulation des citoyens.

Tout en confirmant ces données, la DGSN réitère son démenti de toute arrestation et de tout usage de la force à l’encontre de n’importe quelle personne lors de ces incidents.

De son côté, le Procureur général du Roi près la Cour d’Appel d’Al-Hoceima a affirmé qu’aucune personne n’a été arrêtée lors de la dispersion d’un rassemblement à Al-Hoceima dans la nuit de mercredi à jeudi et le parquet général n’a reçu aucune plainte au sujet de personnes blessées.

« Suite à ce qui a été rapporté à travers les Médias et les sites électroniques sur des interpellations et des blessures dans les rangs de personnes attroupées et d’agressions à leur encontre lors du rassemblement qu’a connu la ville d’Al-Hoceima dans la nuit du 4 au 5 janvier 2017, le procureur général du Roi près la Cour d’Appel d’Al-Hoceima déclare qu’aucune personne n’a été arrêtée lors de la dispersion de ce rassemblement, de même que le parquet général n’a reçu aucune plainte au sujet de personnes blessées’’, a souligné le procureur général du Roi près la Cour d’Appel d’Al-Hoceima, Mohamed Akouer, dans un communiqué.

LNT avec Map