Projet solaire Noor Midelt I : Centrale hybride au Maroc, MASEN (Moroccan Agency For Sustainable Energy)

Société

L’initiative « Desert to Power », lancée en partenariat avec MASEN, est mise en marche

le 18 septembre 2019


La première phase du programme « Desert to power », une initiative qui ambitionne de transformer les zones désertiques de l’Afrique en de nouvelles sources de production d’énergie électrique et de production agricole, a été lancée récemment à Ouagadougou.

Le lancement de ce programme a eu lieu à l’occasion de la tenue, le 13 courant dans la capitale burkinabè, d’une réunion préparatoire au sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel sur l’Energie, qui regroupait les ministres de l’énergie de la Mauritanie, du Tchad, du Mali, du Burkina Faso, du Niger, en présence d’autres partenaires technico-financiers dont la Banque Africaine de développement (BAD) et MASEN (Agence marocaine pour l’énergie durable), peut-on lire dans un communiqué de l’agence marocaine.

Ce conclave avait pour objectif d’exposer les ambitions et actions de l’initiative « Desert to power », lancée par la BAD, en partenariat avec MASEN, poursuit la même source, ajoutant que lors d’un huis-clos des Chefs d’Etat du G5 Sahel auquel le Président directeur général de MASEN, M. Mustapha Bakkoury a pris part, il a été convenu de lancer la première phase de ce programme.

D’après le document, la BAD, avec l’appui technique de MASEN, lancent dans un premier temps une démarche dite de « scoping » pour les 5 pays du G5 Sahel notamment afin d’évaluer la ressource solaire et les conditions techniques de déploiement de projets, définir un portefeuille de projet, incluant une estimation des coûts de développement et de financement et d’établir une feuille de route pour l’implémentation des projets, avec évaluation des risques et des mesures de mitigation.

Il s’agit également d’établir un budget détaillé et un échéancier des différentes activités nécessaires préalablement aux investissements, proposer un schéma institutionnel pour réaliser les investissements et sensibiliser les institutions compétentes aux éléments essentiels du modèle de développement du Maroc, ajoute le communiqué, relevant que ces actions seront pilotées par une « Task Force » à laquelle MASEN participera activement.

« En novembre 2018, MASEN et la BAD scellaient un partenariat stratégique pour déployer ‘Desert to Power’. Nous voilà, moins d’un an plus tard, avec une première action notable. La mise en œuvre de l’initiative auprès du G5 Sahel est une étape importante car nos objectifs sont ambitieux et les défis pour le déploiement des énergies renouvelables et l’électrification des zones désertiques sont grands », a indiqué M. Bakoury, cité dans le communiqué.

« Ces actions sont en ligne avec les orientations [royales], pour que le Maroc participe au développement de l’Afrique à travers une coopération Sud-Sud, mais aussi pour que le Royaume soutienne activement l’implémentation du programme d’investissement prioritaire du G5 Sahel », ajoute la même source.

« Desert to Power » vise à transformer les zones désertiques de l’Afrique en de nouvelles sources non seulement de production d’énergie électrique mais aussi de production agricole grâce à l’utilisation de l’énergie solaire.

Ainsi, par le biais d’une combinaison de projets publics et privés, l’Initiative prévoit de développer des systèmes de production de près de 10 000 MW de source solaire qui permettront de fournir de l’électricité à environ 60 millions de personnes d’ici à 2030.

La coopération de MASEN et de la BAD dans le cadre du programme « Desert to Power » a pour objectif d’appuyer les pays africains – en particulier les 11 pays de la région du Sahel – dans le développement des technologies d’énergies solaires les plus adaptées à leurs conditions naturelles et à leurs besoins énergétiques spécifiques.

Ce partenariat permet de conjuguer l’expertise de MASEN dans le développement de projets d’énergies renouvelables et l’expérience opérationnelle de la Banque africaine de développement dans ce secteur, notamment en matière de partage de savoir-faire, de renforcement de capacités et d’expérience, d’assistance technique, de développement de projets dans les énergies renouvelables et de mobilisation des ressources nécessaires.

LNT avec CdP