M. Mohammed Nabil Benabdallah, sg du PPS

Politique

Le comité central du PPS entérine sa décision de se retirer du gouvernement

le 5 octobre 2019


Le Comité central du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), réuni vendredi en session extraordinaire, a entériné la décision du Bureau politique de se retirer du gouvernement.

Le comité central a en effet voté à la majorité pour le retrait du gouvernement, au terme d’un vif débat entre les partisans de la décision du Bureau politique et ceux qui s’y opposent.

Le secrétaire général du parti, Nabil Benabdellah a rappelé devant le comité les étapes de la participation du PPS aux exécutifs précédents depuis 1998 jusqu’au gouvernement actuel qui l’a qualifié de « non homogène ».

« Le parti n’a pas eu de réponse concernant les concertations en cours au sujet du remaniement ministériel », a-t-il expliqué, soulignant que le positionnement dans l’opposition constitue un choix idéal pour le parti en termes de mobilisation des bases en vue des prochaines élections législatives, avec comme perspective d’apporter du « sang nouveau ».

Le bureau politique du PPS avait publié un communiqué dans lequel il a déclaré « constater avec regret que le gouvernement reste, depuis son investiture, prisonnière d’une logique de gestion en manque d’inspiration politique lui permettant de mener à bien l’étape actuelle et les dossiers qui s’imposent ».

Or, a-t-il ajouté, « un climat négatif de mésentente a marqué les relations entre les composantes de l’exécutif, des relations qui sont caractérisées par des pratiques politiciennes inadmissibles ». « A cet égard, l’esprit de compétition électoraliste a pris le pas sur toute autre chose dans la perspective de l’échéance des législatives de 2021, un état de fait qui a semé un sentiment de désespoir chez de larges franges de la société qui ont perdu confiance dans l’action politique », souligne le communiqué.

Le bureau politique pointe du doigt aussi l’incapacité du gouvernement à répondre positivement et avec célérité aux revendications sociales pressantes de certaines catégories sociales, au moment où la croissance économique est clairement au ralenti.

LNT avec MAP