[Interview] Martine Cazemages, vice-président Sales Export chez Sage : « Il faut dédiaboliser la transformation digitale ! »

par Omar Amrani | le 31 mars 2017


Le 07 mars dernier a eu lieu la session marocaine du Sage Africa Tour.

L’événement, qui s’est tenu à Casablanca, a réuni plus de 250 chefs d’entreprises et professionnels marocains ainsi que des experts du numérique et métiers autour de Sage.

L’objectif était de partager et d’échanger autour des nouveaux enjeux pour les entrepreneurs africains.

En cette occasion, j’ai cherché à connaître l’avis de Mme Martine Cazemages, vice-président sales export du groupe, sur les différents défis et challenges liés à la transformation digitale à l’échelle africaine et marocaine !

L’interview qu’elle m’a accordée est riche en enseignements et permet de « dédiaboliser » un concept trop longtemps considéré comme complexe !


Bonjour et merci d’avoir accepté d’échanger avec moi autour de la thématique de la transformation digitale !

Compte-tenu de votre longue expérience africaine, quels sont, selon vous, les pays qui réussissent le mieux le processus de transformation digitale dans notre continent ?

L’Afrique est un continent avec des pays qui ont beaucoup de différences politiques, culturelles et économiques ! Selon la nature de ces différences, certains pays seront donc beaucoup plus en avance que d’autres.

Mais si l’on devait mettre en avant les pays qui sont en train de réussir le mieux ce processus je citerais principalement l’Afrique du Sud, le Maroc, le Sénégal, le Cameroun et la Côte d’ivoire, tous des pays leaders dans leur région !

Quel impact la transformation digitale a-t-elle sur le développement socio-économique d’un pays africain ? 

La digitalisation d’une économie a évidemment un impact très positif sur la performance d’un pays. J’aime bien citer à ce propos les nombreuses études présentées par Gilles Babinet (digital champion auprès de l’Union Européenne et passionné par l’Afrique) qui nous apprennent par exemple que, d’ici à 2025, le PIB par habitant de pays africain devrait être proportionnel à la croissance du marché des smartphones !

Ces derniers, qui font partie intégrante du processus de transformation digitale, sont en effet très liés au développement économique des pays africains !

Il faut savoir que les smartphones en Afrique ont sauté l’étape du filaire (téléphone fixe) ! Leur développement a donc été très rapide et de très nombreux services ont pu être développés grâce aux téléphones mobiles.

Je pense notamment aux porte-monnaie électroniques qui permettent aujourd’hui à de nombreux africains d’effectuer des transactions et services (transfert d’argent, achats, etc.) directement à partir de leur téléphone. Ces services sont d’ailleurs plus présents en Afrique que dans certains pays européens comme la France !

Il y’a aussi une des autres analyses de Gilles Babinet que je trouve très pertinente et qui pointe du doigt une réalité assez surprenante : les pays qui ont connu le plus de croissance ces dernières années et qui réussissent le mieux le processus de transformation digitale sont les pays non minéraliers (ceux qui ne possèdent pas de ressources minérales!)

Cela peut sembler paradoxal au premier abord mais quand on s’y intéresse d’un peu plus près, on constate, au contraire, que c’est finalement assez logique :

« Un pays qui ne peut compter sur des revenus tirés directement de ressources naturelles va automatiquement chercher à développer et accélérer une industrie de services et de biens industriels à haute valeur ajoutée ! »

Justement, quels sont, selon vous, les facteurs, à l’échelle d’un pays, qui contribuent le plus à favoriser ce processus ? 

Tous les pays que j’ai cité plus tôt sont assez stables politiquement et ont surtout montré une vraie volonté de réussir le processus de transformation digitale.

En effet, la stabilité d’un pays et son engagement en faveur de ce processus rassure les investisseurs étrangers qui sont des partenaires très importants pour la mise en place d’infrastructures et de services nécessaires à sa réussite !

Comme expliqué plus tôt, le développement exponentiel des smartphones est aussi un élément clé qui favorise cette transformation.

Un autre facteur important est l’importance du tourisme dans la stratégie de développement d’un pays.

Un pays qui veut attirer des touristes chez lui va forcément chercher à avoir les bonnes infrastructures et les bons services pour répondre à leurs besoins (connectivité 3g et 4g, Fibres, achats en ligne, services numériques, etc.).

Je citerai aussi le degré de facilité pour l’obtention de crédits bancaires comme autre facteur contribuant à la réussite de la transformation digitale.

En effet, les gouvernements ayant le mieux réussi ce processus sont ceux qui ont mis en place de véritables programmes incitatifs qui aident les entrepreneurs à accéder plus facilement aux financements pour accélérer leur digitalisation !

A ce propos, Maroc PME est un bon exemple que l’on peut citer pour illustrer un exemple d’un programme réussi !

Enfin, les associations professionnelles, si elles sont présentes et actives, peuvent aussi jouer un rôle très important car elles peuvent accompagner efficacement les chefs d’entreprise dans leur processus de transformation !

Quels sont les facteurs, à l’échelle de l’entreprise cette fois, qui peuvent favoriser ce processus ? 

Il faut tout d’abord qu’au niveau du top management de l’entreprise, il y’ait une compréhension claire et complète de l’apport bénéfique du digital !

« Il faut aussi une volonté réelle et définie dans le temps pour bien entamer et réussir cette transformation ! »

C’est le chef d’entreprise qui, en général, va donner une vraie impulsion à ce processus ! C’est lui qui comprend le mieux les enjeux des nouvelles technologies et la nécessité de leur adoption pour continuer à générer de la croissance et du profit.

Bien sûr, plus ce chef d’entreprise sera bien entouré et conseillé par son entourage professionnel (experts comptables, partenaires informatiques, partenaires pour les systèmes de d’information et de gestions, associations professionnelles, etc.) et plus il aura de chances de mieux réussir sa stratégie de transformation.

La formation continue du top management est aussi très importante car les outils et les techniques de management évoluent et changent (agilité, culture de l’innovation, etc.).

Il faut donc pouvoir constamment mettre à jour ses compétences et ses connaissances pour mieux tirer profit de leurs potentiels !

Que se passe-il si le chef d’entreprise n’est pas suffisamment à l’aise avec les nouvelles technologies ? Son expert comptable peut-il jouer un rôle dans la transformation digitale de son entreprise ?

Oui, vous avez raison de parler du rôle de l’expert comptable ! L’engagement du chef d’entreprise peut aussi être initié par son expert comptable qui connait très bien les systèmes d’informations et de gestion et leur utilité pour l’entreprise !

Dans le cadre de le stratégie de commercialisation de Sage, nous travaillons d’ailleurs beaucoup avec l’ordre des experts comptables des différents pays pour qu’il découvrent le potentiel de nos nouveaux produits et qu’ils les adoptent dans leurs systèmes. Cela a une influence très positive sur le processus global !

Où se situe le Maroc dans ce processus par rapport aux autres pays ?

Le Maroc a une position majeure dans ce processus à l’échelle africaine.

« Le gouvernement marocain est très engagé politiquement pour accélérer la digitalisation de son économie. »

Celle-ci est d’ailleurs beaucoup plus ouverte vers l’extérieur que des pays comme l’Algérie où il y’a encore beaucoup de barrières à l’entrée des acteurs étrangers !

De plus, la population marocaine, très jeune et ultra connectée, possède également de très grandes compétences dans la maitrise des outils digitaux !

Le taux d’équipement des entreprises en système d’informations (logiciels de compta, ressources humaines, gestion) est, lui, de 65 % !

A titre de comparaison, ce taux est de 70% en France et ne prend pas en compte les logiciels de type Excel !

« Notre entreprise Sage perçoit donc le Maroc comme un modèle du genre et cite régulièrement ses bonnes performances dans ce domaine. »

Nous sentons un véritable foisonnement d’initiatives de la part de tous les acteurs et partenaires marocains.

Un autre point important à signaler est le fait que le Maroc soit aussi un partenaire important et stratégique des pays sub-sahariens pour diffuser justement ces bonnes pratiques digitales.

« La coopération Sud-Sud initié par votre pays est une réalité aujourd’hui et de nombreuses entreprises marocaines présentes dans le continuent peuvent aider à accélérer ce processus à l’échelle africaine ! »

Qu’en est-il des aspects qu’il faudrait améliorer ou optimiser ?

Il y’a encore de gros efforts de communication, de sensibilisation et de vulgarisation sur les solutions Cloud des services numériques car nous avons noté que seuls 10% des 65% qui sont équipés en système d’informations, expriment une intention d’investir dans des solutions cloud (20% en France).

Le Cloud est une tendance très lourde au niveau mondial. Ce service permet d’externaliser les ressources informatiques pour plus de productivité et de performances. Il faut donc que les entrepreneurs le réalisent pour l’adopter dans leurs systèmes de gestion.

La transformation digitale est-elle une obligation pour toutes les entreprises aujourd’hui ? Quelques soient leurs tailles et la nature de leurs activités ? 

C’est une question qui est revenue souvent depuis que nous avons entamé le Sage Africa Tour !

Pour répondre simplement et efficacement à cette question, je dirais oui absolument !

« En fait, la question n’est plus « est-ce que je dois effectuer ma transformation digitale » ou « est-ce que je suis moi aussi concerné par la transformation digitale ? » mais devrait être plutôt « Comment et quand je dois effectuer ma transformation digitale ? » !

Il faut réaliser une chose importante : si vous ne faites pas cette transformation maintenant, vous prenez le risque que vos concurrents le fassent avant vous et vous prennent vos parts de marché jusqu’à vous mener à la faillite !

D’autant plus que parmi les personnes issues de la génération que l’on appelle Y (celles qui sont nées entre 1980  et 1999), de plus en plus  créent aujourd’hui leur entreprise ou leur startup directement sur le digital grâce à leur parfaite maitrise des outils numériques (« digital natives »).

Les concepts qu’ils créent sont souvent très en avance sur ceux des entreprises traditionnelles quelle que soit leur taille et la nature de leurs activités et leurs produits et services correspondent mieux aux nouveaux besoins des clients (paiement à l’usage, haute considération de l’expérience client, etc.).

A mon avis, les entrepreneurs devraient vraiment considérer la transformation digitale comme une opportunité plutôt qu’une contrainte ou une obligation car qui dit transformation digitale dit aussi ouverture des marchés internationaux !

« La taille de votre marché local n’est généralement plus suffisante pour vous garantir croissance et profit. »

Il faut donc transformer votre entreprise et la rendre plus présente sur le net pour toucher des clients au-delà de vos frontières et donc augmenter considérablement votre chiffre d’affaires !

Peut-on mettre en place un guide exhaustif des meilleurs pratiques pour réussir cette transformation  ?

Oui tout à fait ! A Sage, nous avons déjà mis à disposition de nos partenaires un « Guidelines en 7 points » pour les accompagner efficacement durant ce processus.

Il existe cependant certaines spécificités culturelles et socio-économiques qui nécessitent d’apporter à ces guides des éléments plus adaptés et plus contextualisés pour chaque pays.

En quoi justement les outils et solutions de Sage peuvent-ils les aider dans ce processus de transformation ? quels sont les spécificités et les avantages à les utiliser par rapport à d’autres outils existants sur le marché ?

Il faut savoir qu’aujourd’hui Sage n’est plus simplement un concepteur et éditeur de systèmes d’informations, de comptabilité et de gestion.

Nous sommes de plus en plus concentrés sur l’accompagnement de nos clients pour l’utilisation optimale de nos solutions afin qu’ils puissent les intégrer dans un processus plus global qui est celui de la transformation digitale justement !

Même si tous les nouveaux produits sont pensés, conçus et déployés pour un usage simple et efficace, nous devons continuer à sensibiliser nos clients sur l’importance de faire des mises à jours, sur l’utilité de telle ou telle solution, les conseiller sur celles qui seront les plus adaptées à leur business model, etc.

Un autre avantage majeur de nos solutions par rapport à nos concurrents et qu’elles sont distribuées à l’échelle mondiale.

« Nous sommes le seul éditeur de logiciel au monde qui propose au niveau global (partout dans le monde) trois produits qui sont les mêmes pour nos 3 types de clients (Grandes Entreprises, PME et TPE). »

Tous les retours de nos clients et collaborateurs à travers le monde nous aident à les améliorer constamment pour répondre rapidement aux différents besoins qui apparaissent sur le marché !

Sage1, par exemple, est une solution 100% cloud qui arrive bientôt au Maroc à un prix très compétitif qui variera entre 5 et 10 euros / mois !

Nos offres ne sont pas toutes orientées 100 % desktop ou 100% cloud ! Nous proposons aussi des solutions hybrides qui permettent justement d’effectuer cette digitalisation sans trop de difficultés et de manière plus progressive !

Nous faisons en sorte que des produits phares qui les plus utilisés par nos clients, comme Sage100 par exemple, soit de plus en plus connectés (dorénavant appelé sage100c) et qu’ils soient compatibles avec d’autres outils populaires grand public de communication comme Skype.

Selon que vous soyez un nouveau client ou un client traditionnel, nous offrons donc toujours des solutions qui correspondent vraiment aux spécificités et besoins de chacun !

Quels conseils donneriez-vous à un manager qui hésite encore à entamer cette transformation à cause de barrières socio-économiques (faible visibilité sur ROI, peur ou hostilité du changement de la part de ses ressources, compétences techniques non suffisantes, etc.) ou culturelles ?

« Dédiabolisez » cette notion de transformation digitale ! 

La transformation digitale n’a rien de bien compliqué ! Vous utilisez déjà un smartphone pour communiquer avec vos proches ou collaborer avec certains de vos collègues !

Il suffit de continuer à utiliser ces outils numériques de communication de tous les jours (whatsapp, skype, messenger, etc.) et de demander ensuite conseil à votre partenaire informatique pour intégrer des solutions professionnelles simples d’utilisation pour améliorer la rentabilité de votre entreprise !

                                                                                                                                          Interview réalisée par Omar Amrani.


Omar Amrani est un entrepreneur passionné d’innovation et d’éducation.

Il dirige un cabinet de formation et de conseil en innovation pour les grandes entreprises et les PME et enseigne le cours « Culture de l’innovation » à l’école Com’Sup à Casablanca.

Vous pouvez suivre ses articles sur la page Facebook de son blog Chroniques du futur

À propos de Sage

Sage est le leader du marché des solutions intégrées de comptabilité, de gestion commerciale et de paie. Créé il y a 35 ans, l’entreprise compte aujourd’hui plus de 13 000 collaborateurs présents dans 23 pays.

En savoir plusÉtiquettes : , ,