Société

H1N1 : 11 décès à déplorer, El Othmani n’est pas inquiet

le 4 février 2019


Sur un total de 58 cas d’Infection respiratoire aigüe sévère (IRAS), pris en charge dans les hôpitaux publics et cliniques privées et testés positifs au sous-type A(H1N1), 15 patients se sont complétement rétablis, 32 sont toujours sous traitement et 11 autres patients sont décédés, a indiqué, dimanche, le ministère de la Santé.

Les décès sont dus a des complications en relation avec, au moins, un facteur de vulnérabilité, à savoir la grossesse, les maladies chroniques, l’âge avancé et le très jeune âge, précise le ministère dans un communiqué.

Ces cas se répartissent sur diverses provinces du Royaume avec quatre cas à Casablanca, trois à Tanger et un cas respectivement dans les villes de Rabat, Fès, Tantan et Azilal, ajoute la même source.

Dans le cadre du dispositif national de veille et le système de surveillance de la grippe saisonnière, la situation épidémiologique actuelle demeure habituelle, en comparaison avec les saisons précédentes et avec la situation mondiale rapportée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’échantillon de 684 spécimens prélevés chez les patients présentant un syndrome grippal ou une IRAS a révélé la présence du virus grippal dans 160 échantillons, soit 23,3% de positivité, fait savoir le ministère, notant que 97,5% des virus identifiés étaient de type A contre 2,5% de type B.

Parmi les virus de type A, le sous-type A(H1N1) représente 78,8% et le sous-type A (H3N2) représente 21,2%.

Pour tous les patients se présentant dans un tableau d’IRAS et nécessitant un traitement antiviral, les médicaments sont disponibles au niveau des hôpitaux publics et accessibles aux cliniques privées à travers les grossistes répartiteurs, souligne la même source.

Le ministère a, en outre, continue de rappeler l’importance des mesures d’hygiène générale pour la prévention de la grippe saisonnière et de la vaccination, particulièrement indiquée pour les sujets vulnérables et tant que la saison grippale n’est pas révolue.

Pour plus d’informations et de conseils à ce sujet, les citoyens peuvent contacter le numéro économique mis en place par le ministère de la Santé : 080 100 47 47, conclut le communiqué.


El Othmani : Une situation « pas inquiétante »

La situation épidémiologique au Maroc ne diffère pas de celle des années précédentes et n’est pas inquiétante compte tenu de la mobilisation des médecins et du ministère de la Santé face à la grippe saisonnière, a affirmé, dimanche à Rabat, le chef de gouvernement Saad Dine El Otmani.

Dans une déclaration à la presse lors d’une visite au Centre hospitalier universitaire (CHU) Avicenne, en compagnie du ministre de la Santé, Anass Doukkali, M. El Otamni a relevé que l’ensemble des cas qui nécessitent des soins particuliers sont pris en charge, notant qu’il n’y a pas lieu de paniquer à cet égard.

Après avoir visité le service des urgences du CHU et celui de l’hôpital des enfants, M. El Otamni s’est dit attristé par le décès de quelques citoyens suite à la grippe, soulignant que la maladie en elle-même n’est dangereuse que si la personne atteinte souffre de maladies qui touchent à l’immunité du corps humain.

Le Chef du gouvernement a également insisté sur l’importance de la prévention, appelant, à cet égard, les personnes enrhumées à prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de transmettre la maladie à d’autres individus et à se diriger vers le médecin le plus proche.

Pour sa part, M. Doukkali a expliqué que le but de cette visite et de faire le point sur le niveau de mobilisation des hôpitaux et des équipes médicales face à la grippe saisonnière, étant donné que cette saison, comme chaque année, connaît un nombre relativement plus grand de citoyens souffrant d’inflammation au niveau du système respiratoire.

La situation épidémiologique, dont le ministère assure le suivi, « est normale par rapport aux années précédentes et n’est pas inquiétante », a indiqué M. Doukkali précisant que le ministère veille à renfoncer la vigilance et la prise de conscience quant à l’importance de la prévention, « notamment chez les personnes sujettes aux complications ou porteuses d’autres maladies ».

Le ministère continuera d’assurer le suivi de cette épidémie et des centres qui s’occupent de soigner d’éventuels malades ou personnes souffrant de complications suite à la grippe, a-t-il conclu.

LNT avec MAP