Société

Décès d’une patiente atteinte de grippe A H1N1 à l’Hôpital Cheikh Khalifa

le 29 janvier 2019


Une patiente de 34 ans, enceinte, est décédée l’Hôpital Cheikh Khalifa de Casablanca, annonce un communiqué de l’établissement.

Elle avait été traitée initialement dans une clinique privée pour infection urinaire et pneumopathie à Fès pendant 4 jours, selon le texte, et dressée en premier dans une clinique privée de Casablanca, puis transférée aux urgences à l’Hôpital Cheikh Khalifa le 24 janvier dans un état critique pour détresse respiratoire sous ventilation mécanique. Elle a été hospitalisée en réanimation polyvalente et la suspicion de la grippe A H1N1 a été évoquée. Aussitôt la confirmation virologique a été apportée par des prélèvements des secrétions naso-pharyngées, annonce l’hôpital.

Dès confirmation de la souche virale, la Direction Médicale a informé la Direction Régionale de la Santé, ainsi que les services épidémiologiques compétents. L’antigrippal Tamiflu livré par le Ministère de la Santé, a été administré à la patiente, et ce malgré le fait que la période d’efficacité du produit qui doit être administré dès les premiers symptômes (pendant les premières 48 heures) a été largement dépassée lors l’admission de la patiente à l’Hôpital Cheikh Khalifa, poursuit le communiqué.

L’état de la patiente s’est aggravé le samedi après-midi et une césarienne a été pratiquée pour extraire le bébé qui est actuellement pris en charge en néonatologie (sous couveuse et ventilation artificielle). La patiente est décédée le 28 janvier suite à un œdème aigu du poumon (OAP) avec arrêt cardiaque.

A noter que l’ensemble du personnel de soins a été informé dès la suspicion de la grippe A H1N1 et l’application des mesures de prévention de la transmission du virus ont été appliquées d’emblée dès la suspicion, précise le communiqué.

L’hôpital a pris des mesures au vu des circonstances pour prendre en charge tous les cas similaires, avec des dispositifs d’isolement adéquats dans des locaux dédiés à cet effet selon les normes requises, et ce en étroite collaboration avec les autorités sanitaires nationales, pour l’optimisation de la prise en charges d’éventuels patients atteints, conclut le texte.

LNT avec CdP