Réunion de la Commission des Affaires étrangères, de la défense, des affaires islamiques et des MRE à la Chambre des représentants

Société

De l’espoir pour nos compatriotes bloqués à l’étranger

le 17 avril 2020


Plus de 18 000 de nos ressortissants, résidents habituels dans le Royaume, sont aujourd’hui bloqués à l’étranger du fait de la pandémie du COVID-19.

On imagine facilement le drame vécu au quotidien par nos concitoyens bloqués à l’extérieur du pays du fait de la fermeture des frontières et de la suspension du trafic aérien, maritime et même routier.

Hommes d’affaires, simples touristes, parents venus voir des proches ou leurs enfants étudiants, personnes suivant des soins à l’étranger, etc., tous vivent depuis plusieurs semaines dans l’angoisse, la solitude, l’incertitude, confinés dans des chambres d’hôtels.

Il leur est très difficile notamment de se nourrir sachant que les services de restauration sont fermés dans la plupart des hôtels, tout comme les restaurants à l’extérieur.

Beaucoup, très certainement, éprouvent des difficultés financières alors que le Coronavirus leur a imposé des situations extraordinaires, jamais vécues auparavant !

Mais on ne dira pas qu’ils ont été abandonnés par leur pays et les autorités. En effet, comme précisé par les responsables du MAEC, plus de deux mille d’entre eux ont reçu une aide directe et conséquente, avec la prise en charge de leur séjour par les ambassades et consulats des pays où ils sont bloqués. Ils ont été logés par leurs soins, aux frais du Royaume et leurs titres de séjour prolongés.

De plus, l’Office des Changes vient d’annoncer une allocation supplémentaire et exceptionnelle de 20 000 dirhams pour nos compatriotes en situation d’exil forcé.

D’autre part, on sait que les représentations du Royaume ont fait un travail de recensement de ces citoyens en situation exceptionnelle et on comprend ainsi qu’ils ne sont pas perdus et ignorés dans ce vaste monde aujourd’hui frappé de plein fouet par cette terrible pandémie.

Dans ce contexte donc, on comprend bien que des contraintes incontournables s’imposent tout autant aux autorités en charge de cette question qu’aux Marocains confinés hors de leur pays.

En effet, il paraît impossible que le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération ne soit pas actuellement en situation de réflexion et d’étude approfondie des moyens et conditions d’organisation du retour de ces dizaines de milliers de nos concitoyens auxquels il convient absolument de joindre les milliers d’étudiants marocains à l’étranger qui, sans aucun doute, aspirent fortement à regagner leur pays natal et retrouver leurs familles.

Voilà pourquoi il est impérieux de donner de l’espoir et de la visibilité à nos compatriotes confinés à l’extérieur du pays.

Sachant, par exemple, que le déconfinement partiel a commencé en plusieurs pays d’Europe, que d’autres, comme la France, ont annoncé des dates précises pour entamer des processus d’allègement progressif du confinement, il y a donc désormais des conditions nouvelles qui permettent d’envisager l’avenir proche avec optimisme et espoir.

Certes, les frontières sont toujours fermées et les liaisons aériennes officiellement suspendues.

Mais l’on sait que des opérations de rapatriement ont été organisées par plusieurs pays pour ramener chez eux leurs compatriotes bloqués à l’étranger.

C’est, sans doute, l’une des solutions envisagées par nos responsables, avec la mise en place de vols spéciaux au fur et à mesure des déconfinements programmés ou en cours, notamment en Europe.

Voilà pourquoi, en sus des efforts et des mesures conséquentes déjà prises par le MAEC et ses représentations extérieures, il serait absolument nécessaire de donner espoir et éléments de visibilité à nos chers concitoyens bloqués à l’extérieur du pays car rien n’est plus dur que l’absence de perspectives, d’espoir.

Le Maroc a mis en place, aux premiers jours de la pandémie assassine, des mesures fortes et justifiées pour combattre et contenir la progression du Coronavirus dans notre pays.

Les politiques adoptées, les mesures économiques et sociales appliquées, les efforts sanitaires engagés ont eu des impacts positifs et conséquents, permettant de vivre cette période avec le moins de difficultés possibles, même si, bien évidemment, toutes les questions n’ont pas été réglées.

Tout ce qui a été entrepris a prouvé la forte résilience du Royaume, la sagesse des décisions prises et la volonté de mettre en œuvre tous les moyens, financiers, humains, infrastructurels, pour faire face à la pandémie, au point où le Maroc est aujourd’hui largement cité en exemple par la presse internationale.

Cet élan, cette volonté, dont on comprend parfaitement qu’elle émane directement de la détermination du Roi Mohammed VI, doivent également prévaloir pour la question angoissante des 18 000 Marocains confinés à l’étranger.

Redonnons-leur espoir et meilleur moral, avant même que les solutions pratiques, qui interviendront immanquablement, ne soient mises en place.

Bring our brothers and sisters back home !

 

Fahd YATA