Économie et Finance

50 jeunes professionnels rejoignent le réseau des « Atlantic Dialogues Emerging Leaders »

le 9 décembre 2019


Une nouvelle cohorte de 50 jeunes Atlantic Dialogues Emerging Leaders (ADEL), issus de 4 Continents et de 27 nationalités, va prendre part, du 9 au 11 décembre, à des ateliers qui se tiendront en partie à l’Université Mohammed VI Polytechnique à Benguérir, en prévision de leur participation à la 8ème édition de la Conférence annuelle « Atlantic Dialogues » prévue du 12 au 14 courant à Marrakech.

Ces jeunes seront mis en relation les uns avec les autres, ainsi qu’avec des experts de haut niveau, qui les encadreront avant leur pleine participation à la Conférence, qui se tient à l’initiative du Policy Center for the New South (PCNS) sous le thème « Le Sud en période de tourmente ».

Bien plus que d’agir « pour » les jeunes, le PCNS travaille avec la jeunesse pour s’assurer que celle-ci ait voix au chapitre dès maintenant, soulignent les organisateurs, précisant qu’il ne s’agit pas de « préparer l’avenir », comme il est de coutume de dire, mais plutôt de conjuguer le changement au présent, par le biais d’un dialogue intergénérationnel.

Ces Emerging Leaders, âgés de 23 à 35 ans, vont rejoindre une communauté déjà forte de 300 « Alumni » du programme, experts, chercheurs, entrepreneurs, fonctionnaires et membres de la société civile.

Pour cette édition, plus de 2.000 jeunes ont soumis des candidatures de grande qualité, signe du rayonnement du programme et de son excellence atlantique ancrée au Maroc.

La sélection sur dossier s’est faite suivant quatre critères : capacité d’initiative, potentiel de leadership, vision et volonté de renforcer les liens transatlantiques.

Les Emerging Leaders de 2019 se composent de 26 femmes et de 24 hommes, avec 16 Africains (dont 6 Nord-Africains), 13 Européens, 11 Nord-Américains et 9 Sud-Américains et Carribéens. Ils sont issus du secteur privé (12), du secteur public (11), de think tanks et universités (11), de la société civile (10), des organisations internationales (3) et des médias (3).

Pour ne citer que quelques-uns, Edna Liliana Valencia Murillo, afrodescendante colombienne, journaliste à France 24, présente des programmes sur les femmes et l’Afrique en espagnol; Aziza Geleta Dessalegn, ministre plénipotentiaire des Affaires politiques, représente son pays, l’Ethiopie, auprès du Bureau des Nations Unies à Nairobi; Maximo Plo Seco, manager du bureau Cultural Infusion for Europe, construit l’harmonie interculturelle au sein des organisations en Espagne avec un outil original, l’Atlas de la diversité.

Leadership, entreprenariat et « design thinking » seront à l’ordre du jour, avec des intervenants tels que l’expert de la pensée design Abe Mabogunje (Stanford, USA), la journaliste et écrivain Enuma Okoro (Nigeria) et l’économiste français Bruno Boccara, spécialiste de l’approche psycho-sociale dans les politiques publiques.

Le Professeur Lex Paulson (Etats-Unis) leur parlera d’intelligence collective et de la construction de communautés, tandis que Badr Ikken, Directeur de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN), avec d’autres experts, évoquera l’adaptation des économies au changement climatique ainsi que le rôle de l’innovation et de la technologie dans la transition énergétique.

Wadia Ait Hamza, ancienne ADEL, à la tête de la Global Shapers Community du Forum économique mondial, traitera, elle, des questions de leadership.

Quant au journaliste américain, Richard Lui (MSNBC), il abordera la désinformation et les « fake news », alors que Sarah Glover, présidente de l’Association nationale des journalistes noirs des Etats-Unis, parlera de « race, genre et culture ».

L’objectif du programme ADEL consiste à construire une communauté avant, pendant et après la conférence « Atlantic Dialogues ». C’est pourquoi les anciens ADEL se voient proposer diverses opportunités tout au long de l’année.

En 2019, ils ont publié 22 notes de Blog sur le site du Policy Center, participé à l’Annual Peace and Security in Africa Conference (APSACO) à Rabat et, pour 10 d’entre eux, au Paris Peace Forum.

Enfin, l’économiste nigérian Olisaeloka Okocha, ADEL 2018, a contribué, aux côtés de Fatima Ezzahra Mengoub, agroéconomiste au Policy Center for the New South, au chapitre du Rapport Atlantic Currents consacré à la technologie et l’agriculture, qui sera présenté à l’ouverture des « Atlantic Dialogues ».

Tout au long de la Conférence, la nouvelle cohorte pourra échanger avec ses aînés et faire connaître ses idées. Et comme chaque année, la session plénière de clôture sera dédiée aux nouveaux membres du réseau ADEL.

Lancé en 2014 à Rabat avec 39 chercheurs associés du Sud comme du Nord, le Policy Center for the New South offre une perspective du Sud sur les enjeux des pays en développement.

Il vise à faciliter les décisions stratégiques et les politiques publiques relevant de ses quatre principaux programmes : agriculture, environnement et sécurité alimentaire; économie et développement social; matières premières et finance; géopolitique et relations internationales.

LNT avec CdP