Économie et Finance

17 conventions et 2, 4 MMDH pour booster l’Industrie

le 31 juillet 2017


Jeudi 6 juillet à Rabat, au siège du ministère de l’Industrie exactement, une panoplie d’opérateurs économiques marocains, européens et asiatiques, avaient fait le déplacement. Et c’est avec un grand sourire qu’ils ont été accueillis par le Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, M.  Hafid Elalamy. D’ailleurs, ce dernier n’a caché à aucun moment son bonheur de recevoir chez lui des industriels de premier plan capables de créer de la valeur ajoutée et de l’emploi. Au menu de cette rencontre : la signature de conventions de partenariat.

En tout, il s’agit de 17 conventions relatives à des projets d’investissement d’un montant global de 2,4 MMDH, soit 14.230 emplois qui seront créés. Le tout s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des écosystèmes industriels lancés dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique.

Devant générer un chiffre d’affaires de 7,62 MMDH, ces conventions d’investissement ont été signées par le ministre M. Hafid Elalamy, et par les dirigeants des entreprises concernées par ces projets, dont 14 portent sur le secteur de l’automobile et 3 se déploieront dans l’industrie aéronautique.

Autre détail, autre enjeu en rapport certainement au contexte de l’heure, à savoir la régionalisation : dans une déclaration à la presse, M. Elalamy tient à préciser que ces conventions signées se caractérisent par l’ampleur régionale, ciblant les différentes régions du Royaume sans aucune exception.

Et autre enjeu, pas des moindres : l’intégration locale dans l’industrie automobile. Sur ce sujet qui lui tient à coeur, le dynamique ministre explique qu’à travers ces investissements «importants», de nouvelles spécialisations et techniques, à l’instar de la cataphorèse ou du moulage, seront introduites au Maroc, et sont de nature à renforcer l’intégration locale et densifier le tissu productif.

Ancrage régional

Et de souligner que ces différents projets « témoignent de l’intérêt grandissant perçu chez les opérateurs nationaux pour les filières industrielles émergentes. Ils sont plus nombreux à vouloir y investir».

L’exemple dans l’automobile est celui des projets pionniers, étoffant les chaines de valeur locales, qui se concrétisent avec le chinois Xiezhong qui fabriquera des systèmes de conditionnement d’air, Electroplast qui se spécialisera dans le traitement de surface et Lear Corporation Automotive, déjà présent au Maroc, et qui développe de nouvelles technologies dans l’électronique embarquée.

Autres investissements contribuant à renforcer en profondeur l’intégration locale, ceux de Knauf et de Hispamoldes, qui vont opérer dans l’injection plastique, tandis que la joint-venture entre Dolidol et l’espagnol Jobelsa, sera spécialisée dans la fabrication de coiffes de sièges et de sièges complets.

L’investissement de l’Allemand Leoni, qui s’inscrit dans le cadre d’un plan de développement global du groupe au Maroc, porte sur la création de 11.000 nouveaux emplois directs sur l’ensemble de ses sites au Maroc. Le groupe entreprend dans ce cadre, la mise en place dans le Royaume d’un centre de R&D World Wide.

Du côté de Saint-Gobain, spécialiste des matériaux de construction, M. Gilles Abensour, délégué adjoint Saint-Gobain-Maroc, a signé avec M. le ministre une convention d’investissement de 247 MDH.

Dans l’aéronautique maintenant, Figeac Aero s’implante pour la première fois au Maroc et se spécialise dans l’usinage et l’assemblage de pièces aéronautiques et le traitement de surface pour servir Airbus et Bombardier, notamment.

Avec un montant d’investissement de près de 289 MDH, ce projet devra créer un total de 535 emplois. Les investissements d’ADF Technologie Morocco et de Tecaero Maroc porteront, quant à eux, sur la conception et la fabrication d’outillages et de canalisations.

Pour rappel, en 2016, les emplois engagés et opérationnels dans le secteur de l’automobile se chiffrent à près de 150.000 postes, soit un accroissement de l’ordre de 80% par rapport à 2014. Le chiffre d’affaires généré est passé de 40 à 60 MMDH durant la même période, enregistrant une augmentation de 50%.

Quant aux performances de l’aéronautique, le chiffre d’affaires du secteur se chiffre à 9,2 MMDH en 2016, réalisant une hausse de 12,5% par rapport à 2015. L’effectif employé par le secteur a connu, pour sa part, un accroissement de 19%, entre 2014 et 2016, passant de 12.600 à 15.000 salariés.

Hassan Zaatit

POUR ALLER PLUS LOIN