Sport

La Tribune de Nas : Belmostaqbal…

le 16 juillet 2019


Oui, nous avons tous été impressionnés par Djamel Belmadi, la gestion de ses troupes, ses choix forts, la grinta qu’il transmet à ses troupes. L’idée est de comprendre le succès des Fennecs, et de s’inspirer de ce qu’a fait Belmadi pour le répliquer dans le « mostaqbal »…

La recette est simple : un collectif mixé à la grinta d’un vrai leader, et surtout des joueurs de qualité. Qu’ont-ils de plus que nous ?

Nous suivons plus au moins le même modèle… Une star qui joue à Manchester City, comme Hakim à l’Ajax, qui partira prochainement dans un grand club (Bayern Munich). Il n’y a pas vraiment de joueurs locaux comme on a entendu dire, mais une ossature avec Ismael Bennacer qui joue à Empoli, Adlene Guedioura à Nottingham Forest ou encore Youcef Belaili à l’Esperance de Tunis…  Tiens tiens, l’Esperance…

Mais ce qui est le plus frappant, c’est qu’il convoque et met sur le banc des titulaires indiscutables, comme pourraient l’être Soufiane Feghouli du FC Porto, Andy Delort le Montpelliérain, ou encore Islam Slimani l’ancien joueur de Leicester… Ne parlons même pas d’Adam Ounas (Naples) que je connaissais à Bordeaux, actuel deuxième meilleur buteur de la CAN, en étant milieu remplaçant. C’est vraiment intriguant, et ça marche…

De quoi pourrait-on réellement s’inspirer par exemple ? La première des choses est le style de jeu, qui nous a tellement manqué. Le jeu marocain comme algérien a la caractéristique d’être léché, très technique. Et nous avons à notre disponibilité de vrais dribbleurs de côté qu’aucune nation africaine n’a à sa disposition , j’ai bien dit aucune :

– Soufiane Boufal
– Oussama El Idrissi
– Noureddine Amrabat
– Hakim Ziyach
– Adel Tarrabet
– Ismael EL Haddad…

Pourquoi ne pas jouer avec deux récupérateurs, et deux ailiers / dribbleurs ? En 4-4-2 comme l’Algérie…

 

Nous avons de quoi faire. On imposera ainsi notre style de jeu avec de vrais dribbleurs de côté, un jeu technique, un jeu séduisant, un jeu qui nous ressemble.

Ensuite, qu’est-ce qu’il faut retenir aussi ? Un entraîneur, un vrai commandant, proche de ses joueurs et qui insuffle cette grinta sur la pelouse. Comme je l’ai dit auparavant, c’était la marque de fabrique d’Hervé Renard, mais on ne l’a pas du tout vu. Il a été apathique pendant les matchs de préparation et les 4 matchs de la Coupe d’Afrique. Je ne dis pas qu’il faut changer d’entraineur, je dis qu’Hervé doit s’inspirer de Djamel Belmadi. Peut être qu’il a joué à l’Olympique de Marseille et qu’il a le sang chaud… mais il faut que tes joueurs sentent que tu es là, impliqué, pour les garder sous pression.

Enfin, les faits sont là : Aliou Cissé et Djamel Belmadi sont deux entraineurs nationaux, deux anciens internationaux qui ont fait les beaux jours de leur équipe nationale en tant que joueurs. D’ailleurs pour l’anecdote, les deux coachs sont nés à un jour d’intervalle à savoir les 24 et 25 Mars 1976, et ils ont grandi ensemble dans la même quartier à Champigny sur Marne dans le 94…

Ils vont peut être aussi lancer une mode, car plus qu’une mode c’est un état d’esprit, mettre à la tête de l’équipe nationale, une ancienne légende, permet à la fois d’insuffler l’amour du pays, et permet de fédérer. Car le charisme par exemple d’un Nourredine Naybet ou d’un Mustapha Hajji peut complètement transformer l’état d’esprit d’une équipe.

L’ancien ballon d’or africain encore plus, car il est déjà dans le staff de l’équipe de nationale, et lui donner les clés du camion est beaucoup plus simple. Il pourrait à mon avis fédérer des joueurs de la Botola qui performent dans les compétitions africaines, la vie est une question de timing, et pour moi aujourd’hui le timing est parfait….

A bon entendeur…

Nas