Société

Sommet Climate Change : Agadir au centre des efforts pour l’environnement

le 28 juillet 2017


Après le succès de la première édition du sommet Climate Chance tenue à Nantes l’année dernière, Agadir abritera la deuxième édition du sommet cette année, du 11 au 13 septembre prochain. En prélude à cette occasion, une conférence de presse a été organisé, jeudi 27 juillet à Casablanca. L’objectif? Renforcer le dialogue entre les acteurs non- étatiques (collectivités territoriales, entreprises, ONG, organismes scientifiques, et citoyens engagés pour le climat, etc..) ,et permettre une meilleure articulation entre les questions territoriales et les enjeux globaux de l’environnement, note un communiqué des organisateurs.

Pourquoi choisir Agadir pour accueillir le sommet Climate Chance? La Région Souss-Massa s’illustre par un tissu économique et social dynamique, soit 6,4% du PIB national, soit 58.090 MDH. Sur le volet environnemental, la région contient 20 micro entreprises au service énergétique,  dites maisons énergies pour encourager les métiers verts, et un réseau de “Maison Energie RESOVERT” a été créé. S’ajoutent à cela, 2 stations de mesures du vent dans les communes rurales d’Ait Oufka et de Tamri, sans oublier le complexe solaire NOOR TATA, étendu sur une superficie de 4000 ha. Pour ce qui est du volet agricole, la région Souss- Massa, à elle seule , représente 9% du PIB national d’agriculture, avec 451.165 Ha de terres cultivées et 104. 664 ha de terres irriguées.

 30% du Fonds vert destinés à l’Afrique

Au programme de l’évènement, 5 séances plénières avec des dialogues de haut niveau, des side events, et 8 ateliers. Les thématiques du sommet mettront en lumière les défis des villes africaines en termes d’environnement, le financement des projets environnementaux, et offriront également des focus sur plusieurs initiatives, à savoir l’initiative de l’Adaptation de l’agriculture africaine (AAA), l’Énergie solaire, et Océan bleu. 3000 participants provenant de 60 pays sont attendus à cette rencontre mondiale.

Lors la conférence, Hakima El Haité, la Championne marocaine du climat, a précisé que le rôle de la société civile est indispensable quant au succès des projets environnementaux liés à la COP22 et la COP23. La question du Fonds vert pour le climat a également été abordée. « 30% seulement de ce fonds sont destinés au continent africain, alors que le reste du fonds est destiné principalement aux pays émergents », apprend-on. « Les défis climatiques sont principalement concentrés dans ce continent, surtout que la population africaine connaîtra une hausse à l’horizon 2050 », note Mme El Haité. Par ailleurs, elle a signalé que les différents acteurs non-étatiques vont débattre des initiatives environnementales envisageables pour combler le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat.

Plusieurs initiatives de financement des projets sont mises en place, dans le cadre de la COP23, qui se tiendra à Bonn du 6 au 17 novembre 2017. Parmi ces projets, l’inscription de 13.000 initiatives pour porter des solutions écologiques et la création du Centre de compétences de changement climatique au Maroc (CCCC), qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative climatique internationale du ministère allemand de l’Environnement.

De sa part, Ronan Dantec, le Président de l’association Climate Chance, porte-parole climat pour CGLU, et sénateur de Loire-Atlantique, a souligné que cette 2ème édition du sommet CC se penchera sur les questions de financement des acteurs non-étatiques, qui, selon lui, demeurent un enjeu majeur quant au changement climatique et à l’accès des territoires au Fonds vert.

Par ailleurs, le Président de la COP22, Salaheddine Mezouar, a affirmé que « les enjeux majeurs du progrès climatique se résument dans le volet financier, technologique, institutionnel, et culturel ».  Et d’ajouter que « le Sommet Climate Chance, qui est une mini-COP22, sera une occasion pour mettre de l’ordre en termes de timing et de conjonctions pour donner des garanties qui mèneront à son succès ».

Toujours dans le contexte des enjeux climatiques, M. Hafidi n’a pas manqué de préciser que 10,000 Ha d’arganiers ont été plantés dans le cadre des initiatives environnementaux de la région Souss-Massa. Le Conseil de la région et l’Association Climate Chance collaborent en partenariat avec plusieurs organismes, à savoir CESE, CNDH, les collectivités territoriales, ainsi que la Coalition marocaine pour la justice climatique.

Il va sans dire que le sommet CC permettra éventuellement de faire le point sur l’avancée et la gouvernance de l’agenda de l’action climatique globale (GCA) , défini dans le cadre de l’Accord de Paris, et de pointer les solutions permettant un passage à une plus grande échelle, en vue de préparer des recommandations pour le dialogue en 2018.

En termes de chiffres, 439 personnes étaient inscrites sur le site de l’Association Climate Chance l’année dernière, avec la participation de 731 visiteurs provenant du monde entier, sans oublier la réalisation de 75 ateliers, et 16 forums.

Imane Jirrari