Société

Santé reproductive : Le Maroc adopte les recommandations de l’OMS sur les soins auto-administrés

le 16 septembre 2019


L’adoption des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les soins auto-administrés (self-care) pour la santé sexuelle et reproductive (SSR) contribue à l’amélioration de la santé des jeunes, des femmes et des couples, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

S’exprimant à l’occasion de la cérémonie de lancement et d’adoption de ces recommandations, le ministre a mis l’accent sur l’engagement du Maroc pour la mise en œuvre des interventions d’auto-prise en charge de la SSR, eu égard à leur importance afin de contribuer à l’amélioration de la santé des jeunes, des femmes et des couples. M. Doukkali a souligné que cette initiative constitue non seulement une occasion précieuse pour le ministère de la santé afin de mobiliser les outils et les dispositifs et d’optimiser les systèmes de mesure de la performance, mais aussi une opportunité pour les ONG et les élus locaux pour contribuer davantage à l’amélioration de la santé et au bien-être de la population.

Le responsable a précisé dans ce sens que le ministère de la santé est conscient de l’importance de la promotion des interventions d’auto-prise en charge en matière de santé, vu qu’ils ciblent l’autonomie de l’offre de soins selon une approche centrée sur la personne, et surtout reconnaît le droit des personnes à prendre des décisions et des mesures pour se protéger et prendre soin de leur propre santé et ce, conformément aux recommandations des prestataires de soins.

« Nous sommes convaincus que ces soins auto-administrés peuvent transformer les systèmes de santé et accélérer les progrès », a-t-il assuré. Pour sa part, le directeur de l’ONUSIDA, Kamal Alami, a manifesté son intérêt concernant cette initiative, indiquant que cette approche centrée sur la personne vise à améliorer l’accès à un paquet intégré de services de SSR, tenant compte des besoins des personnes tout au long de leurs cycles de vie.

Il a souligné que « l’adoption et la mise en œuvre des recommandations de l’OMS auront un impact certain pour accélérer la riposte au VIH et augmenter la couverture et le recours à la prévention au dépistage et aux soins de traitement ARV ».

« Nous considérons que l’adoption des recommandations de l’OMS sur le self-care pour la SSR viennent représenter une solution innovante pour dépasser les limites de l’intervention classique du secteur de la santé », a confié, à cette occasion, le représentant du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Luis Mora. « Les interventions d’auto-prise en charge peuvent ainsi diversifier les options et ouvrir davantage de perspectives aux personnes pour qu’elles prennent des décisions éclairées en ce qui a trait à leur santé et aux soins », a-t-il noté.

Il est à signaler que l’OMS a officiellement lancé ses directives consolidées en matière d’interventions auto-administrées en faveur de la SSR à Genève le 24 juin 2019. Initié par le ministère de la Santé, en partenariat avec l’Organisation pan-africaine de lutte contre le SIDA (OPALS), et avec l’appui de l’OMS, cette rencontre, organisée sur trois jours, vise à déterminer les critères facilitant l’adoption des interventions d’auto-soins au niveau national, et à débattre les approches et les processus de leur intégration dans les politiques et programmes de santé.

Deux autres journées d’échange sont prévues, réparties sur 5 séances axées sur « les principes, approches et facteurs favorisants d’interventions d’auto-prise en charge en SSR », « adoption des principales recommandations sur les interventions d’auto-prise en charge », « les facteurs facilitateurs d’implantations d’interventions d’auto prise en charge en SSR », « les principales activités pour renforcer les soins auto-administrés en matière de SSR au niveau des soins de santé primaires », et sur « les principales activités pour renforcer les soins auto-administrés en matière de SSR au niveau communautaire ».

Cet événement sera clôturé par la tenue d’un débat sur les principales actions et mesures visant à adopter les interventions de soins auto-administrés en SSR.

LNT avec MAP