Tech

[Prospective] Manger de la viande sans tuer d’animaux ? (2/2)

par Omar Amrani | le 23 octobre 2017


“Ah ! je mangerais bien un bon steak saignant ! ” : cette phrase souvent prononcée par les nombreux amateurs de viande de par le monde, fait cependant grincer des dents les végétariens, les végétaliens et les différentes associations de défense du droit des animaux à ne pas souffrir et même mourir !

Il est vrai que de très nombreuses études ont démontré les impacts négatifs considérables engendrés par la consommation de viande sur les humains, sur les animaux et sur notre planète en général !

Dès lors, la question suivante mérite d’être posée : “peut-on raisonnablement et objectivement affirmer aujourd’hui que manger de la viande est un acte irresponsable et égoïste ?”

Devons-nous tous devenir végétariens pour sauver la planète et donc notre espèce ?

Certains scientifiques en tout cas sont convaincus que la solution n’est pas forcément de supprimer la viande du régime alimentaire mais plutôt de faire en sorte de la produire sans tuer un seul animal !

Comment cela est-il possible ? Pourquoi de nombreux futuristes sont convaincus que cette solution est l’avenir même de l’alimentation humaine ?

(partie 2)


De la viande produite en laboratoire !

En 2013, le scientifique néerlandais Mark Post, cofondateur de la startup Mosa Meats, est devenue la première personne au monde à faire un hamburger de bœuf cultivé en laboratoire !

Résultat de recherche d'images pour "Mark Post meat lab"
Mark Post

Le processus, coûteux (600 000  dollars pour produire un kilogramme de viande labellisé Mosa Meats), a nécessité l’intervention à trois techniciens de laboratoire à temps plein pendant environ trois mois pour nourrir les cellules qui composent les 20 000 fibres de l’hamburger, selon AgFunder News.

Dans les années qui suivirent, ce coût a chuté drastiquement ; l’arrivée de startups concurrentes ainsi que les avancées technologiques ont permis d’arriver à des coûts beaucoup moins élevés. La société Memphis Meats a par exemple réussi à produire de la viande de poulet qui pourrait être vendu à 3 000 $ / kg !

« Il faudra encore 3 ou 4 ans pour que la viande produite en laboratoire puisse être vendue en super marché »

Malgré tout, ce prix reste évidemment encore très élevé et les spécialistes prévoient qu’il faudra encore 3 ou 4 ans pour que la viande produite en laboratoire puisse être vendue en super marché à des prix similaires à ceux de la viande produite de manière conventionnelle (10 $ le kilogramme) !

L’agriculture cellulaire” : une technique issue de la médecine

Mark Post a récemment expliqué dans un panel organisé lors du Reduceterian Summit à New York que la technique qu’il a utilisé pour produire son burger en laboratoire était déjà utilisé en 1922 par le secteur de la médecine !

Le principal frein selon lui est de pouvoir automatiser cette technique dite “agriculture cellulaire”. En effet, produire de la viande en laboratoire nécessite encore aujourd’hui l’intervention de plusieurs techniciens spécialisés pour faire les manipulations.

Résultat de recherche d'images pour "Mark Post meat lab"

La première étape consiste d’abord à prélever d’une vache en bonne santé un échantillon de cellule souche qui commande la production de fibres musculaires

Il faut ensuite faire multiplier ces cellules en les nourrissant avec le substrat adéquat.

Résultat de recherche d'images pour "meat grown in a lab"

En théorie, selon les scientifiques, une seule cellule souche de vache permettrait de produire des milliards de viande hachée !

Voici une vidéo qui explique brièvement le processus :

L’autre grande difficulté est aussi de pouvoir s’assurer que cette viande puisse avoir exactement le même goût que la viande produite de manière conventionnelle.

Les investisseurs soutiennent de plus en plus cette nouvelle industrie !

Beaucoup de personnes mal informés pensent que cette nouvelle façon de produire de la viande est vouée à l’échec et que rien ne remplacera jamais un bon burger obtenu de manière “naturelle” à partir d’une “vraie” vache.

Pourtant, de très gros investisseurs ont déjà injecté beaucoup d’argent dans cette nouvelle industrie dont on dit qu’elle va définitivement mettre fin aux “boucheries” ou “génocides d’animaux” qui sévissent dans le monde aujourd’hui !

Sergey Brin (patron de google), par exemple, a été l’un des premiers à soutenir financièrement le projet de Mark Post en affirmant qu’il n’est plus possible de produire de la viande de la manière dont nous le faisons actuellement ! 

Résultat de recherche d'images pour "Sergey brin lab meat"
Sergey Brin, l’un des hommes les plus influents de la planète a investi dans cette nouvelle industrie.

Récemment, le milliardaire Richard Branson, le non moins milliardaire Billes Gates ou encore l’un des plus grands influenceurs américains dans la restauration, Kimball Musk, considéré comme le père du mouvement pour une meilleure nourriture (de la ferme à la table), ont investi pas moins de 22 millions de dollars dans la startup Memphis Food, spécialisée dans la production de viande en laboratoire.

Résultat de recherche d'images pour "Richard Branson Billes Gates Kimbal Musk, lab meat"
L’équipe de la startup Memphis Meat

La Chine, quant à elle, a déjà signé un accord avec un consortium d’entreprises israéliennes (Meat the Future, Future Meat Technologies, et SuperMeat ) pour un montant de 300 millions de dollars afin de vendre cette viande aux millions de consommateurs chinois !

Ce n’est donc finalement qu’une question de temps avant que cette viande, qui a été approuvé par la FDA aux Etats-Unis et par de nombreux autres organismes de santé, ne puisse attérir dans votre assiette !

Better meat, better world !

Avec le taux d’accroissement démographique actuel et la forte hausse du prix des céréales et autres denrées alimentaires de base comme lors de la crise alimentaire mondiale de 2007-2008, la production de viande à partir d’élévage d’animaux devient de plus en plus difficile à soutenir !

D’autant que la tendance mondiale est à l’augmentation de la consommation de viande par habitant (passée en 25 ans de 30 kg à 41,2 kg par habitant, selon la FAO surtout que la consommation actuellement est tirée par la part croissante des pays émergents tels la Chine et l’Inde !

Résultat de recherche d'images pour "meat production environmental impact"

La production de viande in vitro possède tous les atouts pour devenir LA solution aux nombreux problèmes liées à la production conventionnelle de viande.

Elle n’implique aucune souffrance animale, ne nécessite que très peu de ressources énergétiques et d’eau, n’a aucun effet néfaste sur la santé (elle serait même plus bénéfique) et a pratiquement le même goût !


Richard Branson, dans son dernier billet sur son blog Virgin a dit : Un jour, nous verrons notre système de production de viande actuel comme archaïque et nous nous poserons la question “comment nos grands-parents et ancêtres ont pu tuer autant d’animaux pour se nourrir ?”

Gageons que nous pourrons tous bientôt manger de cette viande hi-tech 100% bio dans les 4 à 5 prochaines années.

Cela aidera le monde à être un peu moins pollué et brutal !


à propos de l’auteur :

Omar Amrani est un entrepreneur passionné d’innovation et d’éducation.

Il est coachformateur et consultant en innovation pour plusieurs structures publiques et privées au Maroc et en Afrique.

Il est aussi intervenant dans l’enseignement supérieur dans différentes écoles et universités à travers ses cours et séminaires “Culture de l’Innovation” et « Culture Scientifique ».

En savoir plusÉtiquettes : ,