Société

Le Ministère de la Santé propose plusieurs mesures pour une meilleure gouvernance des CHU

le 21 mars 2019


 Le ministre de la Santé Anas Doukkali a tenu, mardi à Rabat, une réunion avec l’Alliance des centres hospitaliers universitaires (CHU), axée sur les mécanismes et procédés à mettre en œuvre pour une gestion optimale de ces établissements afin de répondre aux besoins des citoyens et d’améliorer les conditions de travail du personnel.

Selon un communiqué du ministère de la Santé, parvenu mercredi à la presse, la réunion a permis la présentation de recommandations portant essentiellement sur un ensemble de mesures visant à rehausser et à développer la gouvernance du secteur, dont l’adoption d’un « guide méthodologique » du projet institutionnel hospitalier.

Les participants ont souligné, dans ce sens, le besoin d’accorder la priorité à l’établissement d’un consensus entre les CHU autour d’une liste unifiée des médicaments, fournitures et matériel médical, dans le but de consacrer le principe des achats collectifs unifiés.

Dans le souci d’améliorer la qualité des services assurés des CHU, ils ont insisté sur la nécessité de créer des pôles d’excellence et des centres de référence, de sorte que chaque centre hospitalier soit tenu de faire parvenir au ministère des propositions de projets pour des pôles d’excellence à développer, tout en confiant aux ministères de la Santé et de l’Économie et des Finances la tâche de sélectionner les projets et de fixer les modalités d’accompagnement.

Les participants ont en outre recommandé l’entame d’une opération d’inventaire des biens des CHU, dans l’attente de la création d’une commission au niveau du ministère de la Santé chargée de trancher la question relative au patrimoine de chaque établissement à part.

Ils ont aussi appelé à la tenue d’une réunion entre le ministère et l’Alliance pour présenter les propositions liées à la désignation des chefs de services hospitaliers par les directeurs des centres hospitaliers universitaires et fixer leur mandat.

Concernant les stages au sein des hôpitaux publics, ils ont mis l’accent sur la nécessité de tenir une réunion entre l’Alliance, le ministère et le réseau des doyens, afin d’établir les normes et le référentiel à prendre en considération pour engager des stagiaires, tout en réfléchissant sur la possibilité de motiver les encadrants.

Par la même occasion, M. Doukkali a préconisé davantage de coordination entre les CHU et les directions centrales et régionales de la Santé, mettant en avant l’importance de ces établissements dans le système de santé marocain.

LNT avec CdP