M. El Mostafa Chehhar, Directeur du domaine vert, GCAM : Avec le Crédit Agricole du Maroc, «de la fourche à la fourchette»

par Fahd Yata | le 20 avril 2017


Le Groupe Crédit Agricole du Maroc est le partenaire bancaire le plus anciennement implanté dans le monde rural national. Il a donc développé une expertise incomparable et des produits dédiés au monde agricole qui font sa force et sa présence. Et comme nous l’explique ci-après M. El Mostafa Chehhar, Directeur du Domaine vert au sein du GCAM, il accompagne pleinement les pouvoirs publics, les opérateurs et les acteurs du secteur dans la modernisation et le développement de ce secteur.

La Nouvelle Tribune : Le Groupe Crédit Agricole du Maroc est, cette année encore, l’un des acteurs et partenaires majeurs de la douzième édition du SIAM. quelle est la philosophie globale de cette présence et les objectifs que le CAM poursuit avec cette participation ?

El Mostafa Chehhar : En tant que principal partenaire d’accompagnement de l’agriculture,  et du monde rural, le GCAM soutient tous les événements qui sont de nature à promouvoir ce secteur. Le SIAM est le premier événement agricole du Maroc et la vitrine par excellence de l’agriculture de notre pays. Il est donc tout à fait normal pour nous d’y participer activement et de l’appuyer. Ceci est d’autant plus important que le SIAM permet à la Banque de mettre en exergue les offres dédiées au secteur ainsi que les canaux de financement du Groupe.

C’est une plateforme pour la prospection de nouveaux clients et la conclusion de partenariats constructifs avec plusieurs organismes.

La thématique principale de ce salon de l’agriculture tient à « l’agrobusiness et aux chaines de valeur agricoles durables ». Quel sens donnez-vous au CAM a ces problématiques ? Le  Crédit Agricole dispose-t-il des produits bancaires spécifiquement dédiés à concrétiser l’objet principal de ce salon pour sa clientèle et notamment dans le monde rural ?

Le GCAM a été la première Banque à intégrer la durabilité dans son approche de financement des chaines de valeur. Pour ce qui est de  l’agro-industrie, et partant du constat que les objectifs de production fixes aux différentes filières de production, par le Plan Maroc Vert, ont été soit atteints, soit dépassés avant 2020, le stockage, la valorisation, la transformation, la réorganisation des circuits de distribution constituent aujourd’hui un vrai tournant pour consolider les acquis de la stratégie agricole nationale et accélérer le Plan Maroc Vert.

Le développement de l’agro-industrie va permettre de créer des emplois, réguler le marché interne, améliorer nos exportations et apporter une valeur ajoutée additionnelle aux agriculteurs notamment les petits producteurs.

Depuis le démarrage du Plan Maroc Vert, le GCAM a toujours prôné une approche filière adaptée au fonctionnement spécifique des maillons de chaque filière : «de la fourche a la fourchette».

Le défi est d’arrimer l’amont à l’aval de chaque filière car le souci de l’agro-industriel c’est d’assurer pour son unité un approvisionnement régulier en matières premières agricoles de très bonne qualité et en quantité suffisante.  Le GCAM y contribue significativement par le financement global de l’ensemble des maillons, c’est-à-dire qu’il accompagne tous les acteurs des chaines de valeurs agricoles durables : agro-fournisseurs, différents producteurs, stockeurs, agro-industriels, distributeurs et exportateurs en mettant à leur disposition des solutions de financement adaptées,  des produits à l’international…

L’année agricole 2016-2017 s’annonce bien meilleure que la précédente. Comment cette perspective est-elle perçue par le principal operateur bancaire national dans les campagnes marocaines ? Pouvez-vous en espérer une incidence positive en termes de pnb ? de résultats, mais aussi de conquête de nouveaux clients ?

Effectivement, la campagne agricole 2016-2017 est une bonne campagne. Elle ouvre des perspectives prometteuses aussi bien pour l’agriculteur que pour le GCAM qui est le partenaire historique du monde agricole.

En effet, une bonne campagne agricole redonne confiance à l’agriculteur dans son outil de production, elle l’incite à faire des investissements en matière de mécanisation, d’irrigation, extension de son cheptel… Pour le Crédit Agricole du Maroc, c’est une occasion pour accompagner l’agriculteur dans la conduite de ses projets et lui procurer l’appui nécessaire. C’est aussi l’occasion pour la Banque de mener des actions de bancarisation et de conquête de nouveaux clients et donc d’impacter positivement ses résultats.

Entretien réalisé par
Fahd YATA