Société

Le Coronavirus, un révélateur pour la Commission Benmoussa !

le 21 avril 2020


Le COVID-19 qui frappe notre pays depuis plusieurs semaines, affectant à ce jour plus de 3000 personnes, est une situation d’exceptionnelle crise sanitaire, laquelle impacte très fortement notre économie et notre société.

La crise est en effet économique, financière, sociale et elle interpelle chacun d’entre nous.

L’État, les plus hauts responsables du Royaume, les corps constitués, les institutions, mais aussi les agents économiques, les émanations de la société civile, ont tous fait preuve d’une grande réactivité et c’est incontestablement parce que, sur décision royale, l’état d’urgence et le confinement ont été très rapidement décrétés que le Maroc et son peuple ne se trouvent pas aujourd’hui dans la situation terrible que vivent d’autres pays comme la France, l’Italie, l’Espagne, les États-Unis, etc.

Mais, il faut également faire un autre constat, c’est que le nouveau Coronavirus a agi comme un formidable révélateur des réalités socio-économiques dans notre pays !

C’est désormais un poncif que de considérer que la crise sanitaire est un accélérateur des disparités sociales, de la pauvreté, de la misère, mais aussi de la fragilité souvent extrême qui affecte de très nombreuses entreprises, PME et TPME essentiellement.

Des mesures ont été prises, avec plus ou moins de réussite, mais il est clair que les dégâts causés par le COVID-19, forcément conjoncturels même si durables, ne sont venus qu’aggraver des situations antérieures faites de fragilités et d’insuffisances structurelles.

Cette crise sanitaire a donc eu pour effet de mettre au grand jour tous les maux qui affectent notre pays et notre population, agissant ainsi comme un état des lieux en « live » et grandeur nature de la réalité nationale.

Cela, bien évidemment, n’aura pas échappé aux membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement qui, malgré les avanies de l’heure, continuent de remplir leurs mission et mandats, avec, certes, moins d’effets de communication.

M. Chakib Benmoussa et ses pairs, qui préparent sans doute actuellement les diverses articulations de leurs rapport et recommandations ont eu, ainsi, l’opportunité, triste certes, d’avoir en temps réel et à l’échelle du Royaume, un état des lieux qu’ils n’auraient peut-être pas pu dresser aussi amplement dans d’autres circonstances !

Nul cynisme dans ce constat, mais la reconnaissance que le COVID-19 a permis de mettre à nu et à jour l’ampleur des déficits sociaux qui affectent le Maroc, l’absence de couverture et de filets pour les populations démunies et le secteur informel, l’ampleur de la pauvreté qui frappe plusieurs millions de nos concitoyens.

Alors que la feuille de route de la CSMD était toute tracée, porteuse d’un travail d’analyse et de réflexion à partir de données recueillies sur le terrain, la crise sanitaire a rempli un rôle effectif d’assistance aux membres de cette Commission.

Ainsi, dans quelques semaines, lorsque la CSMD aura finalisé son travail, bouclé ses constats et propositions, nul doute que le nouveau Modèle de Développement sera le large reflet de tous les constats, vérités et réalités qui auront été mis au grand jour par la situation née de cette maudite pandémie…

 

Fahd YATA