Société

Coronavirus au Maroc, de la prévention à la psychose

le 10 mars 2020


Il y a une semaine, le Maroc se réveillait avec son premier cas de coronavirus. Le virus qui alarme tant la planète a enfin réussi à passer nos frontières. De la prévention à la psychose, nombreux sont ceux qui se sont immédiatement préparés à faire face au virus comme s’il s’agissait de la pire pandémie jamais rencontrée. On a pu observer en début de semaine dernière des comportements de panique qui ont parfois viré à l’extrême.

Même à Dar Bouazza, la ville n’a pas échappé à la règle. Dès lundi soir, la plupart de ses pharmacies ont été prises d’assaut et ont été rapidement dévalisées de leurs stocks de masques et gel antibactériens. Mardi, impossible de se rendre dans les pharmacies sans faire une queue interminable derrière des personnes venant pour se procurer ce genre de « produits anti-virus ». Selon des pharmaciens avec qui nous avons pris le temps de discuter de ce bousculement de leur quotidien, certaines écoles ont demandé aux parents de se procurer un gel antibactérien pour chaque enfant. Mesure qui peut sans doute s’avérer extrêmement dangereuse étant donné qu’il s’agit de produits qui doivent être utilisés avec précaution et non se retrouver entre les mains d’enfants.

En ce qui concerne les masques, la plupart des spécialistes disent qu’il est inutile de s’en procurer de la sorte. Le chirurgien américain Jerome M. Adams a annoncé dans un communiqué que ces masques étaient « totalement inefficaces ». Il a par ailleurs spécifié que ces outils sont destinés au corps médical qui se trouve constamment en contact avec les malades et a mis en garde contre une éventuelle pénurie liée à l’achat précipité de ces derniers. Sur son compte twitter, il a réitéré son propos ce weekend, en précisant que si pénurie il y a, les médecins et infirmières viendront à manquer de masques et se mettront, ainsi que toute la communauté, en danger.

Le Président du département d’anesthésiologie du California Pacific Medical Center Jeffrey Swisher s’est joint au chirurgien Adams sur les réseaux sociaux pour expliquer que la propagation du COV-19 ne pouvait être stoppée par le port de ces simples masques. Il peut être utile de les porter lorsque nous présentons des symptômes afin de ne pas contaminer notre entourage le temps d’aller consulter des spécialistes. Cependant, il est complètement inutile pour les personnes non contaminées d’en porter en espérant se prémunir du virus. Il a ajouté qu’il fallait donc arrêter de vider les pharmacies de leurs stocks de masques.

Par ailleurs, on a pu voir des foules qui se sont également précipitées dans les magasins alimentaires, les chariots remplis de provisions à long terme (riz, semoule, pâtes…) comme si une pénurie était prévue très prochainement. Mais c’est très probablement ce genre de comportements « compulsifs » consistant à vider les stocks des supermarchés, qui seront à l’origine de pénuries, et ce bien plus rapidement que le coronavirus.

Il faut avouer qu’en fin de semaine, le Maroc n’ayant pas annoncé de nouveau cas de coronavirus, la situation s’est apaisée. Mais « attendez qu’il annonce un troisième cas et la psychose va repartir » annonçait Amine, un pharmacien de Dar Bouazza. Un troisième cas venant d’être annoncé cette nuit, ainsi que le premier décès lié au virus, espérons qu’il se trompe et que la situation reste le plus calme possible après ces nouvelles annonces.

Oui, restons calmes. Des spécialistes du corps médical invitent à ne pas paniquer face à ce nouveau virus. Au contraire, c’est la panique elle-même qui pourrait conduire à des comportements qui pourront mettre en danger la population. Ils tiennent à rappeler que pour l’instant ce virus a un taux de mortalité faible, aux alentours de 3%. Cela est nettement inférieur à d’autres virus que nous avons déjà connus et auxquels nous sommes parvenus à mettre un terme. De plus, ce virus n’est possiblement mortel que pour les personnes âgées, dont le système immunitaire est affaibli, ou les personnes atteintes de maladies chroniques qui affaiblissent également leur système immunitaire. Si vous ne rentrez pas dans l’une de ces deux catégories, vous aurez au pire des cas de simples symptômes grippaux comme c’est le cas pour une grippe saisonnière. Afin de relativiser sur le danger que représente le coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé rappelle que la grippe saisonnière est responsable de 290.000 à 650.000 décès par an. Pour l’instant, le coronavirus atteint un bilan mondial d’un peu plus de 3.000 décès.

Rassurons-nous encore plus en nous disant que nous avons la chance d’être sous le soleil marocain. En effet, comme tous les virus, le coronavirus actuel aime le froid. Les milieux chauds limitent donc sa propagation. Ceci est d’autant plus rassurant que le printemps arrive à grands pas, et va amener avec lui des températures de plus en plus chaudes. Il ne faut pas avoir peur de sortir au grand air, le virus ne se balade pas dans l’air, mais se transmet d’homme à homme par l’intermédiaire de gouttelettes contaminées lorsque nous toussons ou éternuons.

Au final, pour le moment, la mesure qui semble la plus efficace pour se prémunir contre le virus reste de se laver les mains régulièrement. Restons confiants, des vaccins sont en cours de recherche. En 2003, le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui certes avait fait moins de victimes mais dont le taux de mortalité lorsqu’on était contaminé était plus élevé, avait été éliminé après 6 mois de recherche.

LP