M. Nasser Bourita répondant à une question orale à la Chambre des conseillers

Politique

Bourita : 1.103 Marocains déjà rapatriés, le ministère « poursuivra l’accompagnement » des autres

le 9 juin 2020


Les premières opérations de rapatriement ont permis le retour en trois semaines de 1.103 Marocains qui étaient bloqués à l’étranger, a indiqué mardi à Rabat le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Pendant la période du 15 au 22 mai, il a été procédé au rapatriement de 500 ressortissants bloqués dans les présides occupés de Sebta et Mellilia, a précisé M. Bourita, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers.

« L’opération s’est poursuivie en Algérie avec le rapatriement le 30 mai de 306 personnes de la capitale Alger et 301 autres des villes d’Oran et Sidi Bel Abbès le 4 juin », a-t-il ajouté.

Le ministre a fait savoir qu’un certain nombre de personnes qui étaient inscrites pour être rapatriées ne se sont pas présentées ou ont finalement décidé de ne pas rentrer pour des considérations professionnelles ou familiales entre autres.

La gestion de cette opération, a-t-il relevé, n’est pas du tout facile en ce sens que le Royaume veille à l’entourer de toutes les garanties sanitaires et à mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires à cet effet.

En plus des contraintes logistiques dans les pays où sont bloqués les Marocains, les efforts de rapatriement n’ont exploité que les deux tiers des sièges des avions affrétés dans un souci de respect de la distanciation.

A cet égard, M. Bourita a mis l’accent sur le respect des mesures de confinement collectif pour 9 jours dans des hôtels classés, la mobilisation de dizaines de cadres médicaux et d’éléments des services de sécurité ainsi que la réalisation de deux analyses de laboratoire de type PCR pour chaque personne rapatriée à l’arrivée comme à la fin de la période d’isolement.

Le responsable gouvernemental a annoncé que le Maroc entamera dans 48 heures le rapatriement des Marocains bloqués en Espagne, la priorité étant accordée aux ressortissants marocains résidant dans le sud de l’Espagne, particulièrement Algésiras, avant d’englober ensuite la Catalogne et la capitale Madrid.

L’opération de rapatriement, qui touchera les personnes disposant de visas de courte durée, sera étendue ensuite, selon lui, à la Turquie, la France, les pays du Golfe et les pays africains dans le strict respect des mesures sanitaires.

Par ailleurs, Nasser Bourita a affirmé que parallèlement à l’opération de rapatriement, le ministère poursuivra l’accompagnement des Marocains bloqués à l’étranger jusqu’à leur retour au Royaume.

Le ministre a souligné la mobilisation des missions diplomatiques et des consulats pour prêter l’assistance financière nécessaire aux Marocains bloqués devenus sans ressources.

Le ministre a en effet pris en charge 6.852 citoyens en matière d’hébergement, de soins de santé, d’accompagnement psychologique, de médicaments, de couverture des frais d’opérations chirurgicales, d’accouchement et de séances de traitement, y compris la chimiothérapie, la radiologique et l’hémodialyse.

Le département, a-t-il assuré, veille à l’accompagnement des Marocains bloqués et au suivi de leur situation par le déploiement de la cellule de crise créée au niveau central ainsi que la mise en place de 155 cellules de suivi et d’intervention auprès des ambassades et des consulats du Royaume.

Il a été également procédé à la mise en place d’un centre d’appels à la disposition des MRE, un service qui a permis depuis le 16 mars de traiter plus de 236.111 communications, sachant que le centre a interagi avec 110.475 appels, a poursuivi le ministre.

Ces actions portent aussi, a-t-il ajouté, sur l’intervention auprès des autorités des pays d’accueil pour prolonger la durée des titres de séjour, assurer la continuité des service public et le traitement des demandes d’obtention des documents de voyage, en plus de la mobilisation du réseau des avocats marocains établis dans 14 pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique en vue de fournir à distance des consultations de portée légale.

LNT avec MAP