Société

Avito analyse l’impact de la Covid-19 sur les habitudes de consommation

le 13 juin 2020


La crise sanitaire que connait le monde a beaucoup changé le comportement des consommateurs, qui a évolué pour s’adapter à cette situation exceptionnelle. Pour analyser les changements dans les habitudes de consommation à l’ère du post-Covid-19, le site d’annonces Avito, a organisé un webinaire sous le thème « Covid-19 : remise en question des habitudes de consommation », en présence d’experts et des représentants des acteurs de la digitalisation commerciale au Maroc et à l’international.

Selon Yasmina Belahsen, fondatrice et dirigeante de l’agence Mayadigital, la majorité des marques ont compris qu’il fallait qu’elles continuent de communiquer et d’accompagner le consommateur durant cette crise et de montrer leur solidarité. Pour elle, les marques se sont humanisées durant cette crise de la Covid-19 et ont créé un lien avec le consommateur à travers des messages publicitaires plus emphatiques, plus rassurants et surtout plus « humains ».  Une tendance qui devrait continuer jusqu’en 2021 selon Mme Belahsen.

D’après une étude de l’agence « We are social », en avril 2020, le nombre de personnes connectées dans le monde a augmenté de 82 millions par rapport à la même période l’année dernière. Durant cette période, le monde a enregistré plus de 128 millions nouveaux utilisateurs d’internet et plus de 304 millions d’internautes actifs sur les réseaux sociaux, par rapport à avril 2019. Un internaute sur deux a passé plus de temps sur les réseaux sociaux durant le confinement, selon l’étude, dont 38% des 16-24 ans et 34% des 45 ans et plus.

Le Royaume est en accord avec le reste du monde selon Yasmine Belahsen qui assure que le digital est le grand vainqueur de cette crise sanitaire, puisqu’il a été le canal le plus privilégié.

De son côté, Sophia Assad, entrepreneure dans le domaine du digital depuis une douzaine d’années, affirme que la distanciation imposée dans le cadre des mesures sanitaires adoptées a été à l’origine d’un vrai changement au niveau de la consommation.

Si le manque de confiance des Marocains dans le paiement en ligne représentait jusque-là un frein majeur au développement du e-commerce, « la crise a amené les consommateurs à franchir cette peur. Le CMI a montré des chiffres significatifs, notamment pour le paiement de factures en ligne », affirme-t-elle. Et d’ajouter : « Si le consommateur est satisfait de son expérience de paiement en ligne, cette habitude perdurera, et c’est tout le bénéfice de cette crise ».

Karim Debbar, Directeur Général de Glovo, confirme cette tendance et explique qu’avant la Covid-19, 15 à 20% des paiements sur l’application se faisaient par carte bancaire. « Aujourd’hui, on se rapproche des 70 %. Les paniers au prix élevé sont également une preuve de la confiance des consommateurs dans les solutions de e-commerce. » Face à cet engouement nouveau, les commerçants ont, de leur côté, fait preuve d’une grande agilité, notamment en adaptant leurs méthodes de livraison pour assurer la continuité de leurs activités.

« En tant que marketplace généraliste, nous avons ressenti l’impact de la crise sur les différents secteurs », explique Yassine Zyad, Directeur Produit chez Avito.

L’un des secteurs les plus touchés par cette crise a été celui de l’automobile, avec un recul de -80% aussi bien sur la demande que sur l’offre de l’automobile d’occasion. « Le neuf n’a pas été épargné non plus. Les centres de contrôle technique et les services des mines étant à l’arrêt », explique–t-il. Aujourd’hui, on perçoit des signaux positifs avec une reprise de la demande aux mêmes niveaux que l’avant crise ainsi qu’une timide reprise de l’offre. Le deuxième secteur impacté est celui de l’immobilier. « On assiste à une chute qui atteint les -70%. Les notaires étant à l’arrêt, il est impossible de procéder aux ventes. Cependant, il y a une reprise de la demande sur l’immobilier depuis deux semaines », affirme M. Zyad.

Les industries de l’électronique et l’électroménager ont par ailleurs bénéficié de ce confinement imposé par l’état d’urgence sanitaire, enregistrant des hausses allant jusqu’à 150% sur certains produits. « Les commerçants ont essayé de se rapprocher le plus possible de leurs clients, ce qui a démocratisé le e-commerce. Avito s’est aussi adapté en lançant un service de livraison pour les vendeurs professionnels. Service qui a connu un très grand succès », souligne Yassine Zyad.

A. Loudni