Politique

Affaire de Taroudant, barbes longues et idées courtes…

le 9 août 2019


Et voilà de nouveau nos « amis » du PJD dans leurs (basses) œuvres !

Ce sont, en effet, des parlementaires et seconds couteaux de ce parti rétrograde et ultra-conformiste qui viennent de déclencher un scandale national et international en stigmatisant les tenues de volontaires belges venues construire bénévolement une route pour désenclaver un village dans la région de Taroudant.

Plutôt que de saluer l’engagement de cette jeunesse européenne aux sentiments pétris de solidarité et d’engagement citoyen, un parlementaire, dont on taira le nom pour éviter de lui faire de la publicité, s’est élevé par un post sur Facebook contre ces jeunes filles au motif qu’elles participaient à ce chantier en tee shirts et en shorts.

Il est vrai que si ces jeunes volontaires avaient voulu effectuer des travaux de terrassement en burqua ou en khimar, elles auraient eu tout le mal du monde à ne pas « s’emmêler les pinceaux » dans leurs longs draps noirs !

Mais qu’importe, pour le sieur en question, à l’esprit sans doute agité par des sentiments troubles à l’égard de la gent féminine, et qui, comme son chef Abdelilah Benkirane, ne voit dans la femme qu’un objet d’ornement pour éclairer un salon, c’est bien « l’habit qui fait le moine », (sic) !

Ces déclarations d’un passéisme outrancier ont eu des effets catastrophiques.

D’abord, un individu de la région nord, qui se parait de la qualité d’enseignant (imaginez donc ce qu’il est capable d’enseigner à nos enfants), a tout simplement appelé à « décapiter » ces jeunes Belges, inspiré sans nul doute par l’horrible précédent des assassinats d’Imlil.

Il a été, fort heureusement, arrêté pour incitation au meurtre et apologie du terrorisme, mais cet exemple des plus navrants nous indique bien que « le ventre de la bête est encore fécond » et que des individus socialement intégrés, en charge d’éducation de surcroît, ont toujours le cerveau pourri par des idées nauséabondes.

Alors, certes, nos services de sécurité font un travail magnifique pour contrer et empêcher des actions terroristes dans nos pays, mais la lutte contre la perversion des esprits est encore absente de l’action des pouvoirs publics.

Cette immense lacune est, de plus, fortement aggravée par l’idéologie et les idées que professe un parti politique bien déterminé et qui occupe depuis 2012 la chefferie du gouvernement !!!

La seconde conséquence, tout aussi regrettable que la première, c’est que l’ONG belge qui, depuis plusieurs années, organisait des séjours au profit de jeunes désireux de s’employer à améliorer la condition quotidienne de nos concitoyens dans des zones rurales, a annoncé qu’elle renonçait désormais à poursuivre dans cette voie au Maroc.

Plus préoccupant encore, le ministère belge des affaires étrangères a émis un warning mettant en garde les citoyens de son pays désireux de se rendre dans notre pays !

Merci les frérots…

Non contents de transformer nos plages en zones d’exposition de pyjamas, djellabas et autres kmiss destinés à la baignade en lieu et place des maillots que les Marocaines ont porté sans problèmes durant des décennies, les maîtres du conformisme rétrograde s’emploient également à ternir l’image de notre pays, à la manière des talibans.

Et, ce qui est encore plus consternant, c’est que le PJD a simplement considéré que les déclarations outrancières de son parlementaire relevaient de la liberté d’expression !

Voilà ce que l’on reçoit de ce parti politique, de ses dirigeants et élus, en contradiction totale avec les préoccupations de l’heure, politiques, sociales ou économiques.

Plutôt que de s’atteler à proposer un nouveau modèle de développement, pour répondre aux aspirations profondes de notre population, le PJD et ses élus s’occupent de « mâter » les cuisses et les poitrines de jeunes filles à l’âme pure et aux intentions des plus louables.

Ce scandale démontre, encore une fois et si besoin est, que la formation de MM. Benkirane et El Othmani est porteuse d’une idéologie en décalage profond avec la volonté officiellement affirmée de promouvoir une culture et des pratiques sociales faites de tolérance et de modernité, conformes également avec nos valeurs et traditions.

Alors, ce qu’il convient de faire, au-delà de la nécessaire opposition à ces idées et comportements, néfastes et nuisibles, c’est d’amener les Marocaines et les Marocains, à leur lancer un seul message, « DÉGAGE » !

Fahd YATA