Économie et Finance

Une « Agriculture Climato-Intelligente’’ pour booster les capacités de l’Afrique

le 14 novembre 2016


Il s’agit d’une innovation permettant de former les décideurs, de les sensibiliser aux changements climatiques et de leur fournir des outils d’aide à la décision. 27 formations à la World Climate Simulations ont été enregistrées à ce jour. Plus de 100.000 personnes sont concernées à travers l’Afrique.
Fruit d’un partenariat entre l’Université Mohammed VI Polytechnique et l’ONG Climate Interactive, le projet Agriculture Climato-Intelligente a pour but de renforcer les capacités des leaders africains face aux changements climatiques et aux négociations autour du climat par la diffusion de la World Climate Simulation. Cette solution interactive de simulation des changements climatiques mondiaux offre un outil d’aide à la décision pour accompagner le développement d’une agriculture résiliente en Afrique, explique-t-on ici à Marrakech pour qui le projet Agriculture Climato-Intelligente répond à une double ambition : renforcer les capacités des leaders africains face aux changements climatiques et les préparer à participer aux négociations sur le climat ; élaborer un outil d’aide à la décision intégrant l’approche d’agriculture climato-intelligente afin de réduire les émissions des gaz à effet de serre et de définir les problématiques les plus urgentes en Afrique.
Concrètement, ce projet est destiné à accompagner les leaders africains, soit plus de 100.000 décideurs à travers le continent. Parmi eux, se trouvent des dirigeants, des chercheurs, des universitaires, des hommes et femmes de science, des journalistes spécialisés et beaucoup de jeunes leaders très impliqués. Tous sont régulièrement conviés à des séances de formation pour devenir eux- mêmes formateurs de la solution World Climate Simulation.
Ces séances de formation ont pour objectifs de sensibiliser aux changements climatiques et de fournir aux participants des outils qui les aideront à participer activement à la prise de bonnes décisions, à la mise en œuvre de solutions sensées et à propager la sensibilisation grâce à la tenue d’événements de simulation organisés indépendamment par la suite. Les résultats préliminaires des recherches effectuées jusqu’ici sur l’efficacité de World Climate Simulation indiquent qu’elles produisent à la fois une meilleure compréhension des enjeux climatiques et une plus grande motivation à agir.
Depuis le lancement du projet en mai 2016, de nombreux ateliers de formation ont été organisés au Maroc, en Ethiopie, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et au Kenya.

H.Z