Économie et Finance

Résultats 2019, le Père Noël passe à la BMCI…

par Afifa DASSOULI | le 6 mars 2020


Le Nouveau Président du Directoire de BMCI, Philippe Dumel et ses Directeurs Généraux, MM. Rachid Marrakchi et Idriss Bensmail, ont réuni la presse en début de semaine pour communiquer sur les résultats 2019 de la banque.

Certes, le Groupe BMCI, filiale au Maroc de BNP Paribas, le très important groupe bancaire français, a réalisé des résultats honorables pour l’exercice 2019, mais le nouveau Président était porteur d’une bonne nouvelle, celle d’une distribution d’un dividende exceptionnel aux actionnaires de la banque.

En effet, ce dernier a été fixé à 38 dirhams par action, augmentant celui de l’année dernière, qui
est de 30 dirhams, soit un dividende global de 68 dirhams par actions.

Le montant distribué aux actionnaires au titre du super dividende est ainsi de 504 612 868 dirhams, celui du dividende « normal » 2019, de 398 378 580 dirhams. Au Total BMCI distribue donc 902 991 448 dirhams.

Avant d’expliquer une telle opération, il faut préciser qu’il s’agit d’une très bonne nouvelle pour le marché boursier où, aux côtés de l’actionnaire principal BNP Paribas qui détient 66,74% du capital et qui va bénéficier de 602 656 492 dirhams, les porteurs constitutifs du flottant, qui représentent 15,98% du capital, se distribueront 144 298 033 dhs.

AXA, disposant de 8,88% du capital, engrangera 80 185 640,60, tandis que les deux compagnies d’assurance du groupe Holmarcom, SANAD 3,6 % et Atlanta 4,8%, recevront respectivement 32 507 692,1 dhs et 43 343 589,5 dhs.

Le DG Rachid Marrakchi a expliqué cette super distribution de dividende comme le résultat d’une bonne gestion des capitaux propres.

Car en fonction du provisionnement de ses risques, BMCI joue sur le taux de distribution des bénéfices, donc sur ses dividendes.

Par le passé, elle semble avoir pris des marges plus que suffisantes en matière de couverture de ses risques, lesquels ont d’ailleurs baissé cette année de 8%, et elle en assure largement leur couverture à tous les niveaux.

Par ailleurs, avec les nouvelles normes IFRS mises en application en 2019, la banque se doit d’assurer chaque catégorie de risques à part, ce qui renforce sa sécurité.

En conséquence, les capitaux propres du Groupe BMCI se sont trouvés suffisamment renforcés pour permettre une distribution exceptionnelle de bénéfices à ses actionnaires.

Il s’agit aussi d’une rémunération supplémentaire du capital de la banque qui se monte à 1 327 928 600 dirhams, et de ce fait, une rétribution des efforts consentis par les actionnaires les années où le taux de distribution des résultats était plus faible.

Enfin, sur le plan réglementaire, le taux de solvabilité de BMCI atteint 14% contre 12% exigés par la banque centrale, ce qui dénote de sa solidité financière.

Pour revenir aux résultats du Groupe BMCI pour l’année 2019, le Président Dumel a annoncé des ratios des plus corrects qui démontrent que l’activité de la banque et ses filiales a évolué favorablement en 2019.

Principalement, les ressources rémunérées de BMCI, ont connu une baisse 14%, mais les dépôts consolidés de la clientèle, qui en représentent 72,5%, se sont appréciés à 46,1 milliards de dirhams contre 45 à fin 2018.

Les engagements de BMCI ou crédits accordés à l’économie ont crû de 4,5%, à 55 millions de dirhams.

Le Groupe BMCI a réalisé un PNB, Produit Net Bancaire consolidé, en augmentation de 1% uniquement à 3,06 milliards de dirhams, même si corrigé du coût du risque, il gagnerait 300 Mdh, sachant que la marge d’intérêt a été impactée par l’effet de taux bas.

Quant au coût du risque de la filiale marocaine du groupe bancaire français BNP Paribas, il a baissé de 8,1% à fin 2019, portant à la hausse son Résultat Net Part de Groupe, RNPG, de 8,2% à plus de 600 millions de dirhams.

Sur le plan qualitatif, le coefficient d’exploitation à 53% indique une bonne productivité de la banque BMCI.

De même que la banque met l’accent sur des investissements d’importance notamment dans la plateforme digitale dédiée aux crédits à la consommation lancée en début d’année

Ou encore dans la transformation des agences dédiées aux conseil des clients avec un parcours fluide, vidéo conférence, la première du genre étant celle de la place Mohamed V à Casablanca.

De plus, pour le programme Intilak, BMCI est fortement mobilisée.

Elle a procédé à des formations intenses de ses forces de vente pour accueillir ces nouveaux clients porteurs de projets et mis au point des approches professionnelles par des experts qui touchent à cette catégorie de clientèles ainsi que des actions de communication, en leur faisant des appels en direct…

Afifa Dassouli