Économie et Finance

Post Covid-19 : Le financement des infrastructures sera-t-il une priorité africaine ?

le 27 mai 2020


Le risque que la crise sanitaire devient une crise économique est bien réel. Contrairement à la crise des subprimes en 2008, celle de la Covid-19 n’est pas qu’un choc de demande, mais aussi un grand choc d’offre. En effet, selon le FMI, l’économie mondiale devrait connaître une contraction de 3% en 2020.

Qu’en sera-t-il des stratégies de développement des infrastructures de transport en Afrique francophone? Même si cette question n’est pas à l’ordre du jour des agendas actuels des gouvernements qui sont préoccupés par la crise sanitaire, elle reste tout de même essentielle, puisque la relance des économies devra se faire à travers les infrastructures.

Pour répondre à cette problématique, i-conférences a organisé un webinaire, animée par le Président du club PPP MedAfrique, Marc Teyssier d’Orfeuil, sous le thème « La Covid-19 va-t-elle impacter le financement des grands projets d’infrastructure en Afrique? ».

Intervenant à cette occasion, Mehdi Serghini, associé Financial Advisory chez Deloitte, a indiqué que le processus de sélection et d’arbitrage entre les différents secteurs et infrastructures doit être réalisé avec une grande rigueur, tout en agissant sur la pondération relative aux investissements. Les projets d’investissements doivent être cohérents avec la vision stratégique du modèle de développement économique des pays.

« La réalité financière et budgétaire de nos pays va être sous une extrême pression au cours des années à venir », a précisé M. Serghini. Et d’ajouter : « Des ressources vont être consommées pour absorber les chocs sociaux. »

Pour M. Serghini, il est nécessaire de choisir les bonnes infrastructures dans un horizon court afin de maximiser et d’optimiser les retours d’investissements économiques et sociaux à court terme. « Il s’agit d’une priorité et d’un exercice stratégique devant être réalisé par les gouvernements. Ils doivent procéder à une remise à jour au regard des évolutions que va connaitre le monde dans les semaines et les mois à venir », a-t-il précisé.

Pour sa part, le Conseiller du Premier ministre de la Côte d’ivoire, Siélé Silué, a souligné l’importance de la priorisation des secteurs qui seront en mesure de déclencher la machine économique.

Sur le plan de financement, M. Silué a fait savoir que c’est l’occasion pour les institutions financières régionales « de reconsidérer leur façon de faire », ajoutant qu’il est possible de mobiliser les ressources sur le plan régional pour pouvoir booster l’industrie locale.

« Nous devons regarder en interne et voir comment faire pour que les ressources disponibles soient accessibles au secteur privé », a-t-il précisé.

De son côté, Ibou Diouf, expert à la Banque mondiale, a relevé que cette crise sanitaire, qui s’est transformée en une crise économique, appelle les États à trois niveaux de visions, à savoir la protection des personnes, la protection des revenus/emplois et comment bâtir le futur.

« C’est la crise la plus profonde que le monde ait connue. Nous avons souvent eu soit des crises économiques soit des crises financières, mais aujourd’hui nous vivons la totale », a affirmé M. Diouf, ajoutant qu’il y aura une contraction des investissements directs à l’étranger (IDE). « La crise que nous vivons aujourd’hui sera beaucoup plus forte que celle de 2009. Selon les dernières projections de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement, la pression à la baisse sur les IDE pourrait être de -30% en 2020-2021 », a-t-il affirmé.

Pour M. Diouf, l’Afrique n’a pas besoin de se lancer tout de suite après la crise dans de grands investissement. « Il faut marquer une pause après cette crise qui est sans précédent. Pendant un an, nous aurons besoin d’une politique beaucoup plus économique et sociale pour recréer des emplois. Nous devrons pouvoir mobiliser des ressources pour investir massivement dans la maintenance qui va à la fois relancer la croissance, et en même temps rétablir les agrégats », a-t-il souligné. Et de conclure : « L’Afrique reste le continent où il y aura une possibilité de rattrapage de l’investissement au niveau mondial ».

De son côté, Mehdi Serghini pense qu’il faut mettre en place un certain nombre d’outils qui permettraient de renforcer l’opportunité offerte par cette crise : « Les Etats doivent converger collectivement pour adhérer à un certain nombre de normes sociales, économiques, financières pour que les institutions rendent des comptes de manière mutuelle et soient crédible … C’est aussi une opportunité pour elles de croitre et de jouer un rôle encore plus éminent dans le développement des pays d’Afrique et notamment subsahariens ». En conclusion, « on devrait pouvoir capitaliser sur le réservoir de croissance important que détient l’Afrique par rapport au reste du monde ».

A. Loudni