Culture

Ouverture de la 5ème Biennale de Marrakech

le 27 février 2014


La 5ème Biennale de Marrakech a ouvert ses portes au public hier après-midi. Pour Alya Sebti, directrice artistique de la 5ème Biennale de Marrakech, la biennale «  (…) vise à bâtir une plateforme artistique trilingue -français, anglais et arabe- qui mette en valeur le travail des membres de la scène culturelle contemporaine au Maroc et sollicite des discussions entre artistes, écrivains, réalisateurs, musiciens et chorégraphes marocains et étrangers (…) »

Pour cette journée d’ouverture, la biennale a accueilli son public dans la gratuité. Dès aujourd’hui, les curieux pourront avoir accès à l’ensemble des sites de la Biennale grâce à un pass journée, pour 100 dirhams (tarif normal) ou 10 dirhams (tarif étudiant). De nombreux points d’informations et guichets sont à votre disposition au Palais Badii, Dar Si Said, Théâtre Royal, Café Clock ou encore Bank Al Maghrib.

L’inauguration officielle a eu lieu dans le splendide Palais Badii, dans la Medina de Marrakech. Le Palais Badii accueille d’ores et déjà des œuvres appartenant à la section arts visuels et sonores de la Biennale, sous le commissariat d’Hicham Khalidi. Le public présent a, entre autres, découvert les œuvres de Mustafa Akrim, Max Boufathal, Cevdet Erek, Asim Wakif,  Mohammed Arejdal, ou encore Can & Asli Altay, pour la plupart commissionnées et produites par la Biennale de Marrakech.

Le discours d’inauguration de la Biennale s’est tenu au cœur du Palais en présence d’une foule dense, venue assister au lancement des festivités. Se sont succédés à la tribune, Amine Kabbaj, vice-président exécutif, Vanessa Branson, présidente et fondatrice de la Biennale, Adeslam Bikrat, Wali de Marrakech, Clive Alderton, Ambassadeur du Royaume-Unis au Maroc, Medhi Qotbi, Président de la Fondation national des musées, Jack Lang, président de l’Institut du Monde Arabe et enfin Alya Sebti, directrice artistique de la 5ème Biennale de Marrakech. Nous noterons également la présence de Fatima Zahra Mansouri, Présidente du conseil municipale de la ville de Marrakech. Amine Kabbaj a également excusé l’absence de Mohammed Amine Sbihi, Ministre de la culture, et d’André Azoulay, président honoraire de la Biennale et conseiller du roi Mohammed VI.

Amine Kabbaj, après les remerciements de rigueur à l’ensemble de l’équipe de la Biennale et aux nombreux soutiens, sponsors et partenaires qui ont permis à la Biennale d’exister cette année encore, a entre autres rappelé la «  participation effective de la Fondation Alliances » qui œuvre pour la promotion de l’art, et, information non négligeable, qui ouvrira en 2016,  à Marrakech, un musée d’art africain contemporain au complexe Al Maaden.

 biennale1

Amine Kabbaj a également évoqué son souhait que «  nous, tous ensemble, fassions en sorte que cette biennale puisse survivre et que lors de la clôture, le 30 mars 2014, on puisse se dire à bientôt en 2016 ». Lors d’une conférence en début de semaine, l’équipe de la Biennale avait lancé un « appel », en rappelant le besoin que l’Etat prenne en charge à hauteur d’au moins 50 où 60% le fonctionnement de la Biennale de Marrakech. La Biennale est fragile, et les organisateurs ne manquent pas de le rappeler.

Jack Lang a quant à lui pris la parole de manière impromptue, en rappelant et invitant chacun à la double consécration à venir du Maroc, dans deux grandes institutions muséales parisiennes : à l’Institut du monde arabe, avec une exposition prévue pour l’automne 2014, dédiée à la création marocaine contemporaine, et au musée du Louvres, à travers une exposition prévue mi-octobre prochain, sur le Maroc Médiéval.

Une parade créée par le Collectif Éclats de Lune, intitulée « Spirale », a ensuite amené le public jusqu’au Musée des Arts marocains Dar Si Said. Au musée Dar Si Said, vous pourrez également apprécier de nombreuses œuvres faisant partie du volet arts visuels et sonores de Gabriel Lester, Walid Raad ou encore Saâdane Afif. Du musée Dar Si Said, rendez-vous à Bank Al Maghrib, sur la place Jemaa El-fna, pour la suite de l’exposition principale, section arts visuels et sonores. Vous pourrez admirer les œuvres d’Hicham Benohoud, Hamid el Kanbouki ou encore Burak Arikan.

La journée d’ouverture s’est terminée par une performance des Scotcheurs Éclairés intitulée « Les scotcheurs sauvages », devant la poste, place Jemaa El-fna.

La journée s’est donc focalisée sur la programmation de la section arts visuels et sonores au Palais Badii, musée Dar si Said et Bank Al Maghrib. Cette section investira également l’espace du Théâtre Royal pour des performances sonores, du 27 mars au 1 mars, cycle intitulé freq-out.

Nous vous rappelons que la Biennale compte quatre disciplines : arts visuels et sonore, littérature, cinéma et vidéo, et arts vivants, qui investissent de nombreux sites de la ville ocre. Des projets parallèles et partenaires sont aussi programmés. Une biennale à la carte, où vous pouvez sélectionner, entre conférences, tables rondes, expositions, performances, lectures, projections et ateliers, ce qui vous séduit !

CD