Bachir baddouR

Économie et Finance

Micro-assurance, un marché prometteur au Maroc selon M. Bachir Baddou, DG de la FMSAR

le 5 novembre 2015


Bachir Baddou, Directeur général de la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurance et de Réassurance a bien voulu répondre aux questions de La Nouvelle Tribune durant la première journée de la 11ème édition de la conférence internationale de la micro-assurance au Maroc.

La Nouvelle Tribune : Pourquoi est t-il important d’organiser cette 11ème édition de la conférence internationale de la micro assurance au Maroc ?

Bachir Baddou : Il faut savoir que cela fait quelques années que les assureurs marocains réfléchissent au développement de la micro-assurance. Nous avons signé un contrat programme avec le gouvernement dans lequel nous n’avons pas «volontairement» introduit la micro-assurance parce qu’il y avait encore beaucoup à faire au niveau de l’assurance classique. Mais désormais, le moment est venu pour faire autre chose et aller chercher une autre catégorie de la population à faible revenu. Quand nos amis de Munich Re nous ont contactés pour être coorganisateurs de cette manifestation, nous avons immédiatement répondu présents parce que cela a vraiment du sens.

Il faut savoir que cette conférence internationale de la micro-assurance est un rendez vous annuel qui fait le tour du monde, et pour nous, c’est une occasion de réfléchir, de cogiter à grande échelle ainsi que de faire le bilan de l’ensemble des expériences passées afin de tirer les enseignements nécessaires pour participer au développement de la micro assurance au Maroc.

Quels sont les conditions et éléments pour réussir ce challenge ?

A mon avis, il y a trois éléments essentiels : d’abord prêter une attention particulière au choix du bon produit, il ne faut surtout pas se tromper du produit qui doit être complet ; le deuxième point concerne le prix qui doit être raisonnable parce que notre cible est une population qui n’a pas assez de moyens ; et le dernier point, qui à mon avis reste très important c’est le choix d’un bon réseau de distribution. En effet, il nous faut bien imaginer des réseaux novateurs, afin de facilement toucher cette cible sachant que ce n’est pas le courtier ou l’agent d’assurance qui peut faire de la micro-assurance.

Quelles sont les difficultés ou les entraves qui bloquent le développement de cette branche d’assurance ?

Non, il n’y a pas d’entraves ou de difficultés particulières pour le moment vu que le Maroc est doté d’une plateforme forte et solide, il faut seulement que les trois ingrédients que je viens de citer soient respectés.

Comment vous voyez l’avenir de la micro-assurance au Maroc ?

La micro-assurance a beaucoup d’avenir au Maroc. En effet, il y a une partie de la population qui reste en marge du développement et qui vit encore dans des conditions assez difficiles. Il y a donc un très grand marché de la micro-assurance à développer au Maroc et qui reste très prometteur.

Propos recueillis par Souhir Benkirane