Crédits photo : La Nouvelle Tribune

Économie et Finance

Les ménages marocains ont le blues, estime le HCP

le 10 janvier 2019


Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP, montrent, globalement, que la confiance des ménages s’est dégradée au quatrième trimestre de 2018.

L’indice de confiance des ménages (ICM) s’est ainsi établi à 79,8 points, au lieu de 82,5 points enregistrés le trimestre précédant et 85,9 points une année auparavant.

Evolution des composantes de l’ICM

Les composantes de l’ICM portent sur la perception par les ménages de l’évolution du niveau de vie, du chômage, de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables et de leur situation financière.

• Niveau de vie : Ressenti d’une forte détérioration

Au quatrième trimestre de 2018, 41,2% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 31 % un maintien au même niveau et 27,8% une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 13,4 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 9,5 points et à moins 3,8 points respectivement.
Au cours des 12 prochains mois, 25,7% des ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie, 39,6% à un maintien au même niveau et 34,7% à une amélioration. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur passe à 9 points au lieu de 11,9 points le trimestre précédent et 11,5 points le même trimestre de l’année 2017.

• Evolution du chômage : attentes plus pessimistes

Au quatrième trimestre de 2018, 78,8% contre 8,8% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à moins 70 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédent où il a enregistré moins 65,2 points que par rapport au même trimestre de l’année précédente où il était à moins 58,5 points.

• Une conjoncture toujours perçue comme moins propice à l’achat des biens durables

Au quatrième trimestre de 2018, 59,6% contre 22,9% des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Le solde d’opinion de cet indicateur est resté négatif, passant à moins 36,7 points contre moins 30,2 points le trimestre précédent et moins 25,6 points le quatrième trimestre de 2017.

• Situation financière des ménages : sentiment d’une détérioration

Au quatrième trimestre de 2018, 62,8% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 32,8% déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 4,4% affirment épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 28,4 points contre moins 29,7 points au trimestre précédant et moins 24,4 au même trimestre de l’année précédente.

Quant à l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, 31,6% contre 10,9% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée. Cette perception reste ainsi négative, avec un solde d’opinion de moins 20,7 points au lieu de moins 18,2 points enregistré un trimestre auparavant et moins 16,7 points un an auparavant.

S’agissant de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 30,3% contre 11,2 % des ménages, s’attendent à une amélioration de leur situation financière. Le solde d’opinion de cet indicateur enregistre 19,1 points au lieu de 18,2 points un trimestre auparavant et 19,2 points un an auparavant.

Evolution d’autres indicateurs trimestriels de la conjoncture

L’enquête fournit également des données trimestrielles sur la perception des ménages relatives à d’autres aspects des conditions de vie. Il s’agit en particulier de la capacité des ménages à épargner et de l’évolution des prix des produits alimentaires.

• Capacité future à épargner : perceptions plus pessimistes
Au quatrième trimestre de 2018, 18,5% contre 81,5% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est passé ainsi, à moins 63 points, au lieu de moins 64,6 points le trimestre passé et moins 58,6 points une année auparavant.

• Attente d’une hausse des prix des produits alimentaires
Au quatrième trimestre de 2018, 90,4% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois au moment où seuls 0,1% ressentent leur diminution. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 90,3 points, après avoir été de moins 88,1 points le trimestre précédent et de moins 88,5 points une année auparavant.
Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 86,9% des ménages contre 0,3% qui s’attendent à leur baisse. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, se situant à moins 86,6 points, au lieu de moins 82,1 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 79,6 points une année passée.

Evolution d’autres indicateurs de la perception par les ménages de la conjoncture

En plus des indicateurs trimestriels, le HCP calcule à la fin de chaque année le solde relatif à la perception par les ménages de certaines composantes de leur environnement dont la variabilité n’est pas significative d’un trimestre à l’autre. Il s’agit de l’évolution, entre 2017 et 2018, de l’opinion des ménages sur la situation des droits de l’Homme, la protection de l’environnement et la qualité de certains services publics.

• Qualité des prestations administratives : opinion négative
En 2018, les ménages sont moins nombreux, à percevoir une amélioration de la qualité des prestations administratives (53,5%) par rapport à 61,6% enregistré en 2017. Le solde qui résume cette opinion s’est dégradé entre 2017 et 2018 passant de 45,0 points à 35,8 points.

• Situation des droits de l’Homme : perception d’une forte dégradation
En 2018, 33,1% des ménages pensent que la situation des droits de l’Homme au Maroc s’est améliorée et 19,9% considèrent qu’elle aurait régressée. Le solde relatif à cet indicateur, a atteint une valeur positive de 13,3 points enregistrant une dégradation significative par rapport à son niveau de 2017 où il était de 36,1 points.

• Qualité de l’environnement : ressenti d’une détérioration
En 2018, 39,2% des ménages pensent que la qualité de la situation en matière de protection de l’environnement au Maroc s’est améliorée et 21,4% considèrent qu’elle aurait régressée. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur a atteint 17,7 points en dégradation par rapport à 2017 où il était de 29,1 points.

• Services de l’enseignement: sentiment d’une dégradation
En 2018, 19,9% des ménages ont ressenti une amélioration de la qualité des services de l’enseignement, 45,0% pensent qu’elle s’est plutôt détériorée. Avec un solde de moins 25,1 points, cet indicateur enregistre son niveau le plus négatif depuis le début de l’enquête.

• Services de santé : persistance d’une détérioration
En 2018, 6,6% des ménages pensent que les prestations sanitaires se sont améliorées, 61,4% affirment qu’elles se sont plutôt détériorées. Le solde négatif de cet indicateur s’est ainsi détérioré entre 2017 et 2018 passant de moins 45,5 points à moins 54,8 points enregistrant ainsi son niveau le plus négatif depuis le début de l’enquête.

LNT