Sport

Mehdi Rouizem : Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la Jeunesse et des Sports

le 17 avril 2015


M. Mehdi Rouizem, directeur de l’école de navigation Bautilus, a écrit une lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la Jeunesse et des Sports que nous publions intégralement ci-après.

Après trois courriers restés sans réponse, je tente cette lettre ouverte pour vous faire part de mon désarroi.

En effet, mon entreprise sportive Bautilus, école de navigation, est conventionnée avec la Base nautique de Mohammedia et y exerce ses activités sportives depuis mars 2012.
Or depuis l’affectation d’un nouveau chef de service à la Base Nautique, en avril 2014, notre activité ne cesse d’être entravée. M Bakhouya bloque l’accès des stagiaires de Bautilus, et l’accès des bateaux à l’eau en évoquant différents prétextes.

Le premier, légitime, a été la couverture d’assurance des pratiquants. En effet, il n’y a pas au Maroc de compagnie d’assurance qui couvre les activités sportives dans leur globalité. Les pratiquants doivent être identifiés. Ceci pose un sérieux problème pour les nouveaux pratiquants et les pratiquants occasionnels, sachant que même en souscrivant à une couverture, celle-ci n’est effective que le lendemain, ce qui va à l’encontre de la spontanéité de la découverte d’un nouveau sport… Malgré cela, nous nous sommes attelés à trouver une solution et après plusieurs consultations, nous avons trouvé une compagnie qui a accepté d’assurer nos bateaux, ainsi que les personnes qui les utilisent.

Ensuite, M Bakhouya a recommencé à bloquer l’activité, sans écrit ni préavis, car il a estimé que nos bateaux devaient avoir un congé de police. Une exigence abusive, car la loi est claire : seuls les engins à moteurs doivent être immatriculés. Il a fallu une intervention de la Marine marchande pour expliquer cela à M Bakhouya. Entre temps nos activités ont été bloquées.

Puis les entraves à nos activités ont continué. M Bakhouya nous a interdit l’accès aux vestiaires de la Base nautique, alors que ceux-ci figurent dans les prestations fournies par la Base nautique, dans le cadre de notre convention.

Ensuite, M Bakhouya est allé alerter les autorités du port du danger que présente notre activité pour la sécurité du port de Mohammedia. Nous sommes une école de voile, nos stagiaires sont sur des petits voiliers encadrés par des moniteurs (un par bateau) et surtout par un ou deux bateaux de sécurité à moteur en fonction du nombre de bateaux sortis. Ce qui ne présente en aucun cas une menace pour la sécurité du port.
Après une période de confusion, les autorités ont compris que nos activités ne présentaient pas de danger particulier sans compter que les listes des personnes qui sortent en mer leur sont déposées avant chaque sortie (police, gendarmes, capitainerie).

En début d’année, après avoir été invités par M Hajhouj, Directeur du Complexe Mohammed V à renouveler notre convention avec la Base Nautique, M Bakhouya a découvert dans la tarification de la Base nautique qu’il n’y avait pas de tarification spécifique aux sociétés sportives, mais uniquement pour les associations et les particuliers. Il nous a donc adressé un courrier officiel nous demandant de créer une association pour continuer à bénéficier des prestations de la Base nautique. Et nous a encore interdit l’accès à la Base …

Ceci va à l’encontre des orientations du pays, qui encourage les jeunes entrepreneurs à créer leurs entreprises à travers de très nombreux programmes* mais aussi contraire aux orientations données par Sa Majesté lors des Assises nationales du Sport en 2008, qui incite le secteur à plus de professionnalisme et de transparence, mais aussi à la démocratisation des sports et l’élargissement de la base des pratiquants.

Or l’école de navigation Bautilus a fait découvrir la voile à plus de 20 000 Marocains en moins de 3 ans. Nous avons sillonné le Maroc de Saidia à Dakhla pour partager notre passion avec le plus grand nombre. De nombreuses associations caritatives et de protection de l’enfance ont pu créer de la joie dans les cœurs de leurs bénéficiaires, souvent gratuitement, grâce à nos activités (Dar Al Atfal, l’Heure Joyeuse, Al Ikram, Bayti…).

Bautilus a aussi créé des emplois, et fait travailler une vingtaine de jeunes sportifs ponctuellement, dont certains avaient sombré dans l’alcool et la drogue, pour leur redonner espoir en un avenir meilleur à travers le sport.

Donc, si vous considérez, Monsieur le Ministre, qu’une initiative comme la nôtre ne mérite aucune attention et doit continuer à être sabotée par un fonctionnaire mal intentionné affilié à votre Ministère, oubliez ce vous venez de lire. Mais si plutôt, vous voulez donner un exemple de votre engagement pour redonner espoir à une jeunesse qui se réfugie dans les psychotropes et les extrémismes, je vous remercie d’avance pour la solution durable et équitable que vous trouverez à cette situation**.

Par ailleurs, je tiens à vous informer que nous allons diffuser cette lettre aux médias nationaux, car il n’est pas question pour nous d’abandonner des années de travail sans lutter.

Veuillez croire, Monsieur le Ministre, en mon profond respect.

Mehdi ROUIZEM