Société

La maîtrise de l’anglais augmenterait le niveau de revenu

le 24 mai 2019


Selon une nouvelle étude de Wall Street English, la moitié des anglophones auraient vu leurs gains augmenter en moyenne de 25% grâce à l’apprentissage de l’anglais. La recherche montre les avantages croissants liés à la maîtrise de l’anglais dans un monde de plus en plus touché par la mondialisation, soulignant que la connaissance de l’anglais est un facteur important de satisfaction au travail, de progression de carrière et de bonheur en général. L’étude a également révélé que 68% des anglophones confirmés avaient une opinion positive à propos de leurs perspectives de carrière, contre seulement 34% des non-anglophones. Les apprenants ont déclaré que la langue anglaise pouvait ouvrir de nouvelles options de carrière, 31% d’entre eux ayant été motivés à apprendre l’anglais dans l’espoir de trouver un travail qui les passionne davantage.

Bien que la chance de gagner plus d’argent soit une motivation importante pour ceux qui étudient l’anglais (40%), beaucoup recherchent des avantages qui ne se limitent pas à des considérations purement financières.

En fait, le développement personnel est en tête de la liste des raisons pour lesquelles les gens choisissent d’apprendre l’anglais (63%), avec 45% apprenant pour rendre leurs voyages à l’étranger plus agréables.

À mesure que le monde devient de plus en plus connecté, les gens comprennent que les compétences en anglais vont avoir plus de valeur dans le futur. L’étude a révélé que près des trois quarts (73%) pensent qu’il sera plus important d’apprendre l’anglais au cours des cinq prochaines années pour améliorer les perspectives d’avenir. Parmi eux, 65% ont déclaré que c’était parce que la langue leur permettait de tisser des liens avec des personnes du monde entier.

54% des personnes qui pensent que l’anglais va devenir plus important disent que c’est parce que la compréhension de la terminologie spécialisée (jargon) liée à la vie professionnelle sera indispensable, tandis que la moitié (51%) pensent que les employeurs exigeront de plus en plus un bon niveau d’anglais lors de l’embauche.

HZ