L’Agrobusiness est en vogue !

par Hassan Zaatit  | le 20 avril 2017


Le Salon International de l’Agriculture de Meknès (SIAM) en est à sa 12ème édition. Au menu cette année : l’agrobusiness comme modèle de développement alternatif et un secteur à fort potentiel. Et comme prévu, le coup d’envoi a été donné mardi 18 avril.

La cérémonie d’ouverture officielle de ce salon s’est déroulée en présence du Président de la République de Guinée, du président en exercice de l’Union Africaine (UA), M. Alpha Condé, du ministre de l’Agriculture, M. Aziz Akhannouch, ainsi que de plusieurs membres du Gouvernement et d’Ambassadeurs accrédités au Maroc.

« Placée sous le thème « Agrobusiness et chaînes de valeur agricole durables », cette édition se veut l’occasion de mettre sous les projecteurs l’évolution du marché mondial du secteur de l’agroalimentaire et les risques liés à la sécurité alimentaire, en particulier sur le continent africain qui font que les enjeux stratégiques liés à l’agrobusiness sont au cœur des politiques agricoles dans les pays du Sud », dit-on auprès des organisateurs, pour qui « les différents programmes du PMV laissent augurer des mutations sans précédent, dans la mesure où le modèle de développement basé sur l’agriculture familiale est en train d’évoluer au profit de la promotion de l’agrobusiness et de l’intégration de l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur agroalimentaire, selon une démarche inclusive permettant l’accès aux marchés des petits exploitants ».

Et d’expliquer dans le même sens qu’à l’heure où les consommateurs exigent toujours plus de traçabilité sur leurs produits et plus d’équité envers les producteurs, les opérateurs de l’agrobusiness sont confrontés aux défis des chaînes de valeur agroalimentaires : « C’est ainsi que cette nouvelle édition compte esquisse les enjeux de la traçabilité des produits et les défis des chaînes de valeur agroalimentaires, selon la formule « de la fourche à la fourchette » en vue d’assurer une intégration réussie dans l’agrobusiness ».

L’objectif étant d’intégrer tous les intervenants dans une chaîne de création de valeur agricole et industrielle vertueuse et bénéfique pour tous.

Du côté du ministère de l’Agriculture, une intégration réussie et durable dans l’agrobusiness passe par l’union des producteurs, des transformateurs, des spécialistes en commercialisation, des entreprises de services alimentaires, des détaillants et des logisticiens : « Elle offre ainsi un avantage concurrentiel collectif permettant de protéger les petits producteurs, tout en préservant la qualité des terres agricoles selon des méthodes de production responsables, équitables, et respectueuses de la biodiversité et des ressources naturelles ».

L’Italie, 3ème pays agricole de l’UE, est l’invité d’honneur de cette 12ème édition. Ce pays est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de l’agriculture biologique et compte parmi les pays les plus impliqués dans les productions soussignées d’identification de la qualité et de l’origine.

Le SIAM est érigé sur une superficie globale de 170.000 m2, dont 80.000 m2 couverts avec 3.000 places de parking, et devrait drainer cette année plus d’un million de visiteurs et 1.230 exposants représentant 65 pays.

Pour cette édition, SIAM fête ses 12 ans. En chiffres, le nombre de visiteurs a presque doublé, passant de 555.000 en 2006 à plus d’un million en 2016, alors que celui des exposants a atteint 1.200 contre 486 lors de la première édition du SIAM. S’agissant des pays participants à cet événement, ils se chiffraient à 30 au titre de l’édition 2010, avant de s’élever à 63 en 2016, dont 20 issus du continent africain.

Pour ce qui est des coopératives, leur nombre a enregistré une croissance spectaculaire, passant de 25 en 2006 à 330 durant la 11è édition du SIAM, avec une plus grande diversité des produits et une dynamique commerciale sans précédent, en particulier au niveau des pôles « produits du terroir », « agrofourniture » et « machinisme ».


12 MMDH pour l’agro-industrie et l’agriculture

En marge de la 9ème édition des Assises de l’Agriculture, deux contrats-programmes sur le développement de l’agro-industrie et l’agriculture ont été signés. Doté d’une enveloppe globale de 12 MMDH, dont 4 MMDH de fonds publics, le premier contrat-programme relatif au développement des industries agroalimentaires au Maroc, vise à développer le secteur de l’Agro-Industrie au Maroc en accélérant l’intégration entre l’amont productif et l’aval de la transformation. Cette démarche d’intégration bâtie autour de filières d’agro-business de haut niveau, créera à terme près de 40.000 emplois industriels additionnels et 13 MMDH de Valeur Ajoutée Additionnelle. Ce contrat-programme a été paraphé par le ministre de l’Agriculture, le ministre de l’ Economie et des Finances, le ministre de l’Industrie, le président de la FENAGRI, le président de la COMMADER, le président de Maroc Citrus, le président de la FIFEL, le président de la FISA, le président de la FIVIAR, le président de la FIMALAIT, le président d’Interprolive, le président de la FNM, le président de la FICOPAM, le président de l’AMIPAC, le président de l’AB2C et le président de la FEDAM. Concernant le deuxième contrat-programme, il s’agit d’un projet de sauvegarde de la plaine de Saiss, d’une période de 5 ans (2017-2022) et avec une enveloppe de 4,8 MMDH, outre un prêt de 120 millions d’euros de la BERD.