Fouzi Lekjaa

Sport

La Tribune de Nas: Président Lekjaa, marquez l’histoire !

le 5 mai 2020


 

Monsieur le Président,

Tout d’abord, je tenais à vous souhaiter Mabrouk Ramadan, à vous et tous nos concitoyens marocains.

Cette lettre a pour but d’exposer 4 idées qui peuvent changer le football au Maroc. Ces 4 idées ne sont que le fruit d’une longue et profonde réflexion, sur les améliorations que l’on peut apporter tous ensemble au football marocain.

Du supporter qui brandit une partie du tifo au Président de la Fédération, nous avons tous un dénominateur en commun : l’amour du drapeau et du ballon rond.

Nous pouvons donc tous apporter notre pierre à l’édifice, commençons par ces propositions.

1- Les Ultras du WAC et du RAJA, unis au Caire

Tout d’abord, unir les deux groupes de supporters du Wydad et du Raja de Casablanca, lors des matchs retours de la Champions League, qui se joueront au Caire contre Al Ahly et Zamalek.

Je sais que l’idée est folle, je sais qu’il est très compliqué d’unir deux groupes d’ultras qui se détestent, mais imaginez l’impact ! Vous le savez mieux que moi, ces deux clubs sont dirigés par deux personnes intelligentes qui veulent exporter l’image de leur club à l’international, et donc indirectement le football marocain. Et ils le font très bien, via les réseaux sociaux ; ils peuvent donc trouver un terrain d’entente pour l’intérêt du football marocain.

Les Winners et les Green Boys se démènent pour faire des tifos en 3D vus partout dans le monde, ils le font pour l’image de leur club. Imaginez l’impact mondial et historique que cela pourrait avoir : 2 fois 15 000 personnes au stade du Caire supportant, finalement, l’équipe nationale face à l’Egypte, pour avoir à la clé une finale 100% casablancaise à Douala, et donc automatiquement une place à la Coupe du Monde des Clubs à Doha en décembre 2020…

2- « Fkalb Oussoud »

Après ce confinement, le peuple marocain aura besoin de retrouver de la joie, de l’unité, de l’amour. L’équipe nationale est la solution à cette problématique. Car avant même de parler de résultats, le Marocain a besoin de se sentir proche de « son » équipe.

Vous savez, Monsieur le Président, après le fiasco face à la Bulgarie en 94, l’équipe de France de football était au plus bas, sa côte de popularité aussi. La FFF a eu une idée ingénieuse, produire « Les yeux dans les bleus », pour être en immersion dans le vestiaire de l’Equipe de France.

Et, si vous trouvez ça trop intime, chose que je peux comprendre Monsieur le Président, on peut aller vers un plan B.

Lors de chaque rassemblement de l’équipe du Maroc, nous pouvons mettre en place une web série, en filmant l’arrivée des joueurs au rassemblement, les moments où ils mangent ensemble, jouent, se confient face caméra, mais avec une communication calibrée pour préserver l’intimité du vestiaire, et on pourrait l’appeler « Fkalb Oussoud ».

Ça permettrait de véhiculer une image positive des Lions de l’Atlas, les rapprocher du public marocain tout en maitrisant la communication. Monsieur le Président, c’est une initiative qui ne peut être que bénéfique pour le football marocain, croyez-moi !

3- Rendre hommage aux légendes

Monsieur le Président, je souhaiterais que l’on suive plus le modèle du Barça que celui du Real Madrid sur l’hommage aux légendes. Je m’explique.

Quand on voit l’hommage triste qu’ont fait les Merengues à Iker Casillas, et le non-hommage fait à Cristiano Ronaldo, en face, on est admiratif des magnifiques adieux à Xavi et Iniesta. On se dit que le modèle Catalan est à suivre. Il faut rendre hommage à nos légendes.

Prenons l’exemple le plus récent, celui de Mehdi Benatia. Lors d’une interview effectuée en décembre dernier avec notre capitaine, je lui avais moi-même proposé de lui faire de beaux adieux.

L’idée est simple, le coach Vahid le convoque pour le prochain match international, il sort à la 85 ème minute devant 60 000 personnes en feu au Stade Mohamed V, tour d’honneur avec un mot pour les supporters, et dans la foulée on organise un jubilé avec ses anciens coéquipiers. Je suis sûr que ses anciens collègues, des joueurs comme Francesco Totti, Phlippe Lahm, Gigi Buffon ou Samir Nasri viendront avec plaisir participer au jubilé.

Monsieur le Président, en faisant ça, vous remerciez le joueur pour les services rendus à la nation, vous faites profiter le peuple marocain d’un match de Gala d’exception, et surtout gardez en tête, le message que vous transmettez aux joueurs, et aux futurs jeunes joueurs qui vont intégrer l’équipe nationale.

Et ça serait la marque de fabrique de la Fédération sous l’ère Lekjaa.

4- Mettre Ziyech au cœur du projet…

Enfin, le dernier point concerne Hakim Ziyech qui vient de fêter ses 27 ans le 19 mars dernier.  Nous sommes heureux et fiers de compter l’un des meilleurs joueurs d’Europe parmi la sélection nationale.

Mais ce qui est incroyable et unique, c’est que c’est la première fois que nous avons un joueur marocain offensif, dans un top club européen. Aujourd’hui, nous pouvons nous asseoir à la même table que l’Algérie avec Ryad Mahrez et l’Egypte avec Mohamed Salah, et la Tunisie avec Wahbi Khazri… Pardon pas lui, il n’est pas à la même table, Saint Etienne n’est pas conviée. Si la Tunisie conteste mon argument, elle peut avoir recours à la VAR, elle marche chez nous au Maroc…

Revenons à nos moutons, même si on est loin de l’Aid El Kebir. Le nouveau joueur de Chelsea a au minimum 8 ans à passer avec les Lions de l’Atlas, faisons en sorte de le mettre au cœur du projet. Comment ?

C’est très simple, à l’instar d’un Lionel Messi avec l’Argentine, ou d’un Zlatan Ibrahimovitch avec la Suède, faisons de lui le leader sur le fond et la forme.

 Monsieur le Président, donnez-lui le numéro 10, le capitanat et les clés du camion. Mais que doit-on lui demander en échange ? Très simple. On lui impose de prendre des cours assidus en arabe, il y a de très bons professeurs à Londres, et de prendre le leadership dans le vestiaire après le départ de Mehdi Benatia.

L’équipe nationale a un ADN, c’est un formation en 4-2-3-1, avec Soufiane Boufal et Amine Harit autour de l’attaquant de Chelsea ! C’est ça la style de jeu des Lions, une équipe offensive avec des joueurs techniques, autour de la future star de la Premier League…

Président Lekjaa, la langue arabe doit être la langue officielle du vestiaire, pour fédérer les joueurs, quel que soit leur pays de naissance. L’ancien joueur d’Amsterdam est un joueur qui marche à l’affect, je peux vous dire Monsieur le Président, que ce sont des détails, mais ce sont ces détails qui font la différence. Notre meilleur joueur se sentira essentiel, et saura donner le meilleur de lui-même dans des moments clés de l’équipe nationale…

Monsieur le Président, lors de votre fameux discours de Skhirat du 22 Juillet, vous avez appelé tous les acteurs du football marocain à s’unir pour aller dans le même sens, et développer le football au Maroc. La balle est dans votre camp.

En attendant, je vais de ce pas écrire une autre lettre à Gianni Infantino, j’ai quatre autres idées qui peuvent changer le football… mondial.

Sinon, Bessaha lftour, Monsieur le Président !

Nas