Franz Ferdinand à Jazzablanca. Crédit photo : Ahmed Boussarhane/LNT

Culture

Jazzablanca, la 14ème édition démarre en beauté

le 3 juillet 2019


 La 14ème édition du Festival Jazzablanca, véritable vitrine artistique de la capitale économique et événement festif par excellence, s’est ouverte, mardi soir, par une affiche haute en couleur composée de la formation italienne Paolo Fresu Devil Quartet et du groupe marocain Les frères Souissi.

C’est sur la scène du Village à l’hippodrome Casa-Anfa que les mélomanes sont venus à la rencontre des rythmes et des mélodies inspirés de cultures et civilisations différentes.

le groupe transalpin a joué des morceaux métissés, où on peut facilement retrouver les mélodies Rock et Jazz outre une musique acoustique linéaire grâce à l’utilisation de la trompette

Dans une déclaration à la MAP, le trompettiste et bugliste Paolo Fresu a exprimé sa forte joie de participer au 14ème Jazzablanca après une première visite au Maroc il y a 15 ans et durant laquelle il a travaillé à Rabat et Essaouira lors du festival de Gnaoua, mettant l’accent sur l’importance du festival qui reflète la richesse et l’ouverture du Maroc.

Inspiré par Miles Davis et Chet Baker, Paolo Fresu a également rappelé qu’il s’est allié avec Bebo Ferra (guitare), Paolino Dalla Porta (contrebasse) et Stefano Bagnoli (batterie) pour faire vivre ses compositions enchanteresses.

Le spectacle d’ouverture a également été animée par le groupe Rbati « les frères Souisi » formé par trois frères qui sont Ali, Hassan et Hamza et qui a acquis près de 30 ans d’expérience sur scène.

Originaires de Rabat, ces musiciens ont créé un genre musical unique, un Jazz inspiré de la culture musicale marocaine.

Les Frères Souissi ont proposé un répertoire à part entière, inspiré des mélodies et rythmes de toutes les régions du Maroc. On y reconnait notamment Ahidous, la musique andalouse et la chanson berbère.

Dans une déclaration à la presse, le bassiste de ce groupe, Hamza Souissi a exprimé sa satisfaction d’avoir pu participer à ce festival, soulignant que le groupe offre un Jazz avec une saveur marocaine.

« Nous faisons de la musique qui n’est pas grand public, qui ne fait pas danser mais qui répond au goût d’une partie du public », a reconnu Hamza, dont la bande a composé les bandes-sons de 10 longs-métrages marocains.

L’affiche 2019 de Jazzablanca, qui se poursuit jusqu’à dimanche prochain, propose une programmation alliant musiciens de renommée internationale, découvertes du monde et artistes marocains avec 58 concerts, 40 groupes d’artistes, 200 musiciens de 14 nationalités, qui viendront animer cette semaine artistique casablancaise, aux rythmes du jazz, de la soul, du funk, du groove, du rock et des musiques électroniques.

Le festival accueille notamment le légendaire groupe d’Indie pop écossais Franz Ferdinand, qui se produit pour la première fois en Afrique. Aussi, la merveilleuse Calypso Rose enchantera-t-elle l’Hippodrome Casa-Anfa avec ses sonorités calypso joyeuses, qui rappellent les plages des Antilles et les couleurs de Tobago.

Le troisième jour, Michael Kiwanuka, le nouveau phénomène folk soul britannique prendra possession de la scène Anfa.

Vendredi 5 juillet, place à la Pop electro, avec les talentueux Metronomy, qui viendront faire danser les Casablancais. Le parrain de la Funk et du Jazz, le grand Maceo Parker, qui se produira samedi, tentera, quant à lui, d’enflammer la scène, comme aux plus belles heures de ses concerts avec James Brown.

Enfin, la scène Anfa brillera le dimanche, sous les sons disco-funk d’Al McKay, leader de la formation mythique Earth, Wind and Fire, qui fera revivre les plus grands tubes du célèbre groupe avec les meilleurs musiciens de Los Angeles.

En partenariat avec l’Institut Français de Casablanca, Jazzablanca organisera à l’Hippodrome Casa-Anfa, les 3 et 4 juillet (10H00 à 12H30), deux conférences sous le thème « Culture, vecteur de développement territorial ».