M. Nasser Bourita s’entretient avec son homologue rwandais, Richard Sezibera

Politique

Grande commission mixte Maroc-Rwanda : Signature de plusieurs accords de coopération

le 19 mars 2019


Plusieurs accords de coopération ont été signés, mardi à Rabat, entre le Maroc et le Rwanda, dans le cadre de la première session de la Grande commission mixte entre les deux pays.

Ces accords ont été paraphés par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita et son homologue rwandais Richard Sezibera, qui ont présidé les travaux de cette première session de la Grande commission mixte.

Les deux pays ont ainsi signé un mémorandum d’entente sur la coopération commerciale et un protocole d’accord industrielle.

Le mémorandum d’entente a pour objectif de promouvoir et de développer les échanges commerciaux, sous réserve de respect intégral de la législation nationale des deux pays.

Le protocole d’accord vise, quant à lui, à adopter une approche mutuellement bénéfique pour le développement du partenariat économique dans un esprit de promotion de l’initiative privée et de développement durable.

Il vise aussi à renforcer les partenariats existants, les élargir et tisser de nouveaux liens de partenariat, ainsi qu’à favoriser l’échange d’expérience et d’expertise en matière de politique industrielle.

Les deux pays ont également signé un mémorandum d’entente dans le domaine de l’environnement et du développement durable qui a pour objet de promouvoir la coopération bilatérale dans les domaines de l’environnement et de la gestion rationnelle des ressources naturelles, ainsi qu’un accord cadre dans le domaine de l’énergie en vue de mettre en place un cadre de coopération dans ce secteur.

Concernant les mines, la géologie et les hydrocarbures, les deux pays ont signé un accord-cadre pour mettre en place un cadre de coopération dans ces domaines.

Par ailleurs, le Maroc et le Rwanda ont conclu un accord sur l’entraide judiciaire en matière pénale et un autre sur l’extradition judiciaire.

Le premier accord vise à développer un cadre de coopération judiciaire entre les deux pays dans le domaine pénal, alors que le deuxième vise à développer un cadre de coopération dans le domaine d’extradition judiciaire.

D’autre part, un mémorandum d’entente a été signé entre les deux parties dans le domaine du tourisme en vue de développer la coopération entre les différentes institutions chargées de la promotion de ce secteur.

Sur un autre registre, le Maroc et le Rwanda ont signé un mémorandum d’entente visant le renforcement de la coopération dans le domaine de la formation des jeunes diplomates ainsi que l’échange en matière d’informations liées à la diplomatie et aux relations internationales.

Dans le domaine de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, un protocole d’accord a été paraphé entre les deux parties en vue de l’échange d’expertise et de bonnes pratiques dans le secteur de l’habitat et du développement urbain.

Les deux pays ont également signé un accord visant à créer un cadre de coopération dans le domaine de l’éducation via l’octroi de bourses à travers l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI).

Une convention-cadre de coopération en matière de formation professionnelle a été aussi signée entre les deux pays dans le but de fixer le cadre global de coopération et de partenariat dans le domaine de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Les relations maroco-rwandaises ont connu « un tournant » après l’échange de visites des deux Chefs d’État

Les relations entre le Maroc et la République du Rwanda ont connu « un tournant » après les visites effectuées par le Président Paul Kagame au Maroc, en juin 2016 et par SM le Roi Mohammed VI au Rwanda, en octobre de la même année, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

S’exprimait lors d’un point de presse conjoint avec son homologue rwandais Richard Sezibera, en marge de la première session de la grande commission mixte Maroc-Rwanda, M. Bourita a affirmé que les relations entre les deux pays sont engagées dans « une nouvelle dynamique », basée sur « la confiance mutuelle, la coordination et l’ambition partagée ».

SM le Roi Mohammed VI et le Président Kagame ont non seulement « tracé le cap » pour les relations bilatérales, mais ont également « instruit une démarche basée sur la rigueur, les résultats et la concrétisation des engagements pris », a-t-il souligné, rappelant que 23 accords ont été signés à l’occasion de la visite royale à Kigali, dans le but de contribuer au développement des deux pays.

Cette première session de la grande commission mixte Maroc-Rwanda, a poursuivi M. Bourita, a été l’occasion de passer en revue la progression qu’a connue la mise en œuvre des projets inscrits dans le cadre de ces accords, dont la plupart se trouvent à un stade avancé. Le ministre a précisé, à cet égard, que cette première session de la grande commission mixte vient ajouter « un jalon nouveau aux dispositifs institutionnels des relations entre les deux partenaires » et les aidera à « mieux structurer leurs relations, à assurer un suivi permanent des engagements pris et, surtout, à identifier des axes de coopération à soumettre à l’appréciation des deux chefs d’Etat », et ce dans le but d’enrichir leur cadre de coopération.

Pour sa part, M. Sezibera a exprimé sa satisfaction quant à la nouvelle dynamique que connaissent les relations bilatérales entre le Maroc et le Rwanda, renforcées par « la vision stratégique et l’engagement » de SM le Roi Mohammed VI et du Président Paul Kagame, pour construire une « Afrique forte, digne et sûre de ses compétences ».

Il a indiqué que les échanges de visites ont joué un grand rôle dans le lancement de nombreux projets bilatéraux, notant que cette première session de la grande commission mixte a été l’occasion de revoir les accords signés lors de la visite royale à Kigali et de les renforcer avec douze nouveaux accords touchant à des domaines importants, notamment le commerce, l’industrie et le tourisme.