Culture

Film documentaire : « Tout est écrit », grand prix du Festival de Khouribga

le 23 décembre 2016


Le film documentaire « Tout est écrit » de la réalisatrice française d’origine tunisienne, Sonia Ben Salama, a remporté le grand Prix du Festival international du film documentaire de Khouribga, dont la 8ème édition s’est clôturée jeudi soir.

Ce documentaire, qui était en compétition avec 13 autres films documentaires arabes et étrangers, relate l’histoire d’une jeune femme qui s’échappait il y a 70 ans, à Ksour Essaf, au centre de la Tunisie, de la maison de son mari, s’élevant ainsi pour la seule fois de sa vie contre le « maktoub » (destin). Les deux film « Abadan lam nakoun atfal » (« jamais nous n’étions des enfants ») de l’égyptien Mahmoud Suleiman et « l’Arbre sans fruit » de la réalisatrice nigérienne Aïcha Macky ont décroché ex aequo le prix du jury, tandis que le prix de la meilleure réalisation est revenu au film « Rajae Bent Mellah » du réalisateur marocain Abdelilah Jouhari.

Le prix de la meilleure image a été décerné au film « Cast in India » de la réalisatrice Natasha Raheja (Inde/Etats Unies), alors que le prix du public a été remporté par le film « Sur le chemin des phosphates » des deux réalisateurs marocains Mohamed Nedrani et Malika El Manoug.

Le prix des amateurs dédié par l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) est revenu quant à lui au film « Koyo Gnawa » d’Abdelhakim El Jaaouani, tandis que le même prix attribué par le Centre Al Jazeera pour la formation et le développement a été décerné au film « korika » du réalisateur Isam Chahbouni.

Le prix de la critique baptisé du nom du défunt Mustapha Mesnaoui a été décroché par le film « sur le chemin des phosphates » des réalisateurs marocains Mohamed Nadrani et Malika El Manoug.

Lors de la cérémonie de clôture, un vibrant hommage a été rendu au chercheur anthropologue et réalisateur français Romain Simenel, et à la ville de Dakhla, dans le cadre des hommages dédiés aux villes marocaines, le but étant de faire connaitre les acquis du Maroc en matière de réformes et de développement et les potentialités naturelles, culturelles et touristiques de la ville auprès des participants nationaux et étrangers.

Cette manifestation culturelle, initiée avec le soutien de la Wilaya, du Conseil de la région de Béni Mellal-Khénifra, de l’OCP et du centre cinématographique marocain (CCM), vise à promouvoir la production cinématographique nationale, à contribuer à la diffusion de la culture du documentaire, à faire connaître le film documentaire national, arabe et international et à échanger les expériences dans ce domaine.

Le festival, organisé du 19 au 22 décembre, en collaboration avec la province de Khouribga, la commune urbaine et Al Jazeera Documentary Channel, ambitionne également d’inciter les cinéastes marocains à réaliser des films documentaires et de développer leurs compétences techniques et numériques à travers des ateliers de formation, outre la préservation de la mémoire nationale, locale et internationale.

En plus de l’hommage rendu à une pléiade d’acteurs et chercheurs œuvrant dans le domaine des films culturel, documentaire et scientifique, cette 8ème édition a été marquée aussi par l’organisation de plusieurs colloques et d’ateliers sur les genres cinématographiques, notamment le film documentaire, une exposition d’arts plastiques, ainsi que par la présentation d’un nouvel ouvrage collectif intitulé « La ville et les arts au cinéma ».

LNT avec Map