Crédit photo : Ahmed Boussarhane/LNT

Culture

FIFM : Le rideau tombe après le couronnement du film autrichien « Joy »

le 9 décembre 2018


Plus de 100.000 festivaliers ont assisté à la 17ème édition du Festival International du Film de Marrakech, dont le rideau est tombé, samedi soir, au Palais des congrès de la Cité ocre, avec la remise du Grand Prix « Etoile d’Or » au long-métrage autrichien « Joy » de sa réalisatrice Sudabeh Mortezai.

Cette 17ème édition a été marquée par un très grand engouement du public présent aux différentes projections et activités de cette grand-messe cinématographique, selon les organisateurs.

Le Festival a intégré de nouvelles sections. On y découvre d’abord la section « Le 11ème Continent » qui a permis aux curieux de partir à la découverte de fictions et documentaires aux écritures singulières de cinéastes en provenance de Thaïlande, du Liban, de Croatie, d’Afrique du Sud, d’Autriche, des Philippines et des Etats-Unis.

Un autre concept  s’est ajouté au programme, celui du cycle « Conversation with » qui a permis à un public nombreux et éclectique d’aller à la rencontre de géants du cinéma mondial comme Martin Scorsese, Robert de Niro, Guillermo Del Toro, Thierry Frémaux, Agnès Varda, Yousry Nasrallah et Cristian Mungiu. Des séances d’échange et de débat où ces grands professionnels du cinéma ont partagé leurs expériences et leur vision du métier.

Cette 17ème édition a également primé trois grands noms du cinéma mondial, à savoir Robert De Niro, Agnès Varda et Jillali Ferhati qui ont ainsi reçu l’Etoile d’Or du Festival en hommage à leurs prodigieuses carrières.

Elle a également réservé une place notable au cinéma national en invitant plus de 200 professionnels marocains. Sur les 80 films programmés dans le cadre de la sélection officielle, 12 sont marocains. En plus du film projeté dans le cadre de la compétition officielle (« Une urgence ordinaire » de Mohcine Besri), 7 autres films nationaux ont été projetés dans le cadre de la nouvelle section « Panorama du cinéma marocain », qui a attiré un public nombreux, dont des professionnels internationaux qui ont ainsi découvert quelques unes parmi les productions marocaines les plus récentes.

Quatre autres projections de films marocains ont été programmées sur la place Jemaa El Fna et dans le cadre de l’hommage rendu au cinéaste marocain Jillali Ferhati.

Chaque soir, de très grandes stars comme Yousra, Leila Eloui, Martin Scorsese, Abdallah Ferkous, Bouchra Hraich, Laurence Fishburne, Aziz Daddas ou encore Monica Bellucci sont allés à la rencontre du public sur la place Jemaa El Fna. La scène installée sur la place mythique de la ville ocre a réuni, à elle seule, près de 70.000 spectateurs durant la durée du Festival, avec une moyenne entre 7.000 et 12.000 spectateurs par soir.

Les « Ateliers de l’Atlas » ont connu également un joli succès. Ce nouveau programme industrie et développement de talents du Festival International du Film de Marrakech, qui s’est tenu du 2 au 5 décembre avec le soutien de Netflix, ont réuni 225 professionnels du Maroc, du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord ainsi que 25 directeurs et programmateurs de festivals internationaux (Cannes, Rotterdam, Busan, Locarno, Morelia, Karlovy Vary, El Gouna, Sofia, Tokyo, etc.).

Les huit projets en développement et six films en post-production sélectionnés dans le cadre de ce programme ont bénéficié de consultations par 17 professionnels internationaux, avant d’être présentés devant les professionnels présents, donnant ainsi lieu à plus de 200 rendez-vous individuels.


Un portrait de la résistance humain

« Joy », qui jette un regard provocateur, singulier et féminin sur la traite des êtres humains, raconte le calvaire de Joy, une jeune nigériane qui arpente les trottoirs de Vienne pour rembourser « Madame », la femme qui l’exploite et à qui elle est redevable d’une dette pour son transit illégal vers l’Europe, et pour soutenir, en même temps, sa famille dans son pays natal et assurer à sa fille une vie meilleure.

A travers cet opus, Mortezai, native de Ludwigsburg en Allemagne et ayant grandi à Téhéran et à Vienne, a réussi à offrir au public un portrait de la résistance humaine face à ce système d’exploitation sans pitié dans un environnement des plus inhumains sur le sol européen.


Palmarès complet

– Grand Prix « Etoile d’Or »: Le film autrichien « Joy » de la réalisatrice Sudabeh Mortezai.

– Prix d’interprétation féminine : L’actrice allemande Aenne Schwarz pour son rôle dans le film « All Good » (Allemagne) de sa réalisatrice Eva Trobisch.

– Prix d’interprétation masculine : L’acteur tunisien Nidhal Saadi pour son rôle dans le film « Look At Me » (Tunisie) de son réalisateur Nejib Belkadhi.

– Prix de la Mise en scène : Le réalisateur serbe Ognjen Glavonic pour son film « The Load » (Serbie).

– Prix du Jury : Le film « La Camarista » (Mexique-USA) de la réalisatrice mexicaine Lila Avilés.

LNT avec agences