Politique

Entretien avec SEM. LI Li, Ambassadeur de Chine à Rabat : « Le Maroc et la Chine ont fait preuve d’une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque »

le 26 février 2020


L’attention mondiale est focalisée depuis plusieurs semaines sur l’épidémie du nouveau coronavirus, le Covid-19, qui est apparu dans la ville chinoise de Wuhan, capitale de la province de Hubei. Comme nous l’avons déjà expliqué dans nos pages, ce n’est pas le premier coronavirus à créer une épidémie au niveau mondial, mais le manque de connaissances exactes sur cette souche crée l’incertitude, et parfois la panique, de par le globe. De plus, le poids et la place colossaux de la République Populaire de Chine dans l’économie mondiale ajoute une dimension économique à une crise sanitaire et humanitaire. Pour nous expliquer les derniers développements de cette crise, ainsi qu’apporter une perspective sur la situation économique chinoise, au sein du pays mais également dans ses relations avec le reste du monde, et le Maroc en particulier, SEM LI Li, Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Maroc, a accepté de nous rencontrer et de répondre à nos questions.

La Nouvelle Tribune : Quels sont les derniers développements concernant l’épidémie, et les dernières mesures mises en place par les autorités chinoises pour la contenir ?

SEM. LI Li : Au niveau médical, nous avons fixé cinq domaines prioritaires : l’étiologie et l’épidémiologie, les technologies et les produits de dépistage, les médicaments thérapeutiques et le traitement clinique, le vaccin, et la construction du modèle animal. En matière de criblage et d’application des médicaments thérapeutiques, nous nous attachons aux principes de la sécurité, de l’efficacité et de l’accessibilité. 85% des patients ont reçu un traitement mettant en synergie les médicaments traditionnels chinois et occidentaux, et ceci donne des résultats tangibles. En ce qui concerne le vaccin, la Chine mène une course contre la montre pour développer des vaccins contre le coronavirus, et les premiers tests seront effectués sur l’homme au mois d’avril. La partie chinoise poursuivra ses efforts afin de trouver au plus vite le vaccin et les médicaments efficaces.

En ce qui concerne la diminution du rythme d’apparition de nouveaux cas, effectivement, parmi les paramètres utilisés pour observer l’évolution de l’épidémie, quatre paramètres importants affichent une tendance baissière. Le premier paramètre est le nombre de nouveaux cas confirmés par jour. Au niveau national, le nombre de nouveaux cas baisse de jour en jour, du pic de 15152 cas observés le 12 février à moins de 900 cas le 20 février. Le deuxième paramètre est le nombre de nouveaux cas confirmés par jour en Chine en dehors de la province du Hubei ; ce chiffre est passé de son pic de 890 patients confirmés le 3 févier à moins de 300 le 20 févier. Troisièmement, le nombre de nouveaux cas confirmés par jour dans la province du Hubei à l’exclusion de la ville de Wuhan, du 12 au 20 février, est descendu de 1404 cas le 12 février à moins de 400 cas le 20 février. Le quatrième paramètre est la baisse constante du nombre de cas confirmés par jour dans la ville de Wuhan, passant de 3910 le 13 février à moins de 400 le 20 févier.

Par ailleurs, on constate que le nombre de patients guéris est en hausse constante. Chaque jour, plus d’un millier de patients guéris sortent de l’hôpital. Au départ, les infections partaient de l’épicentre de l’épidémie vers d’autres villes. Nous avons réussi à barrer la route au virus et aujourd’hui, la plupart des cas se concentrent dans la province du Hubei. La lutte du gouvernement et du peuple chinois contre le coronavirus a obtenu des résultats remarquables.

Malgré tout cela, il est encore trop tôt pour prédire la phase descendante de l’épidémie. Le tournant de l’épidémie n’est pas encore venu et la situation dans la province du Hubei et à Wuhan reste grave et compliquée. La vigilance reste de mise et les mesures de protection et de contrôle seront maintenues et mêmes renforcées pour couper les canaux d’infection et guérir les patients dans les meilleures conditions. Par ailleurs, pour soutenir la province du Hubei, le gouvernement central chinois a demandé à plusieurs provinces chinoises de prendre en charge chacune une ville de la province du Wuhan pour lui apporter tout leur soutien afin d’y éliminer l’épidémie. Je suis convaincu qu’avec la solidarité et les efforts de toute la nation, la Chine créera un miracle et marquera un jalon important dans l’histoire de la lutte contre l’épidémie. Nous ne perdons jamais la confiance, qui est un élément déterminant dans cette lutte.

Le Président Xi Jinping a déjà identifié 18 points à améliorer dans le système de santé publique chinois. Des discussions sont en cours au niveau du parlement concernant un projet de loi pour interdire la consommation, ou tout simplement protéger, les animaux sauvages [la loi a été promulguée depuis que l’entretien a été mené, ndlr]. Car le message le plus important est la promulgation de lois.

[Concernant les nouveaux pays touchés, dont l’Italie] Dès les premiers jours, la République Populaire de Chine a fait preuve d’une grande transparence, en ce qui concerne l’isolation du virus et le partage des informations. Tout le monde travaille pour trouver un vaccin, c’est la seule vraie solution. La dispersion du virus provoque des inquiétudes pour certains pays, notamment en Afrique, où les infrastructures ne sont pas forcément prêtes pour une telle épidémie. La Chine va également participer aux efforts de l’Union Africaine.

Quel est l’impact pressenti sur l’économie chinoise et le commerce ? Quelles stratégies ont-elles été mises en place pour limiter l’effet sur la croissance ?

Le Président chinois Xi Jinping suit de très près l’évolution de l’épidémie et il s’engage personnellement dans la supervision et la conduite de cette lutte contre le Covid-19. Sous sa direction, nous veillerons à gérer au mieux les rapports entre la lutte contre l’épidémie et le développement socio-économique, à établir un ordre de fonctionnement socio-économique adapté aux circonstances actuelles pour organiser de manière ordonnée la reprise du travail et de la production. Nous allons aussi mettre en place un système de gestion échelonnée des régions touchées par l’épidémie. La Chine a adopté une politique budgétaire active et des mesures stimulant la demande effective, et elle continue à approfondir l’ouverture vers l’extérieur et à mener à bien la coopération avec le reste du monde. Au cours de la reprise de la production et de l’approvisionnement, la priorité sera donnée aux entreprises chinoises ayant une place cruciale dans la chaîne d’approvisionnement mondiale afin de garantir la stabilité de cette dernière. Toutes ces mesures de régulation économique visent à réduire l’impact de l’épidémie à son plus bas niveau, à encourager le commerce, l’investissement, à faire progresser les projets phares de l’initiative la Ceinture et la Route.

Il faut également noter que l’épidémie a coïncidé avec le nouvel an chinois. Les entreprises avaient donc préparé des stocks en prévision des festivités et des congés donnés pour le nouvel an, ce qui a aidé à absorber l’arrêt de la production.

Selon le Ministère chinois du Commerce, la croissance du commerce sur les deux premiers mois de 2020 devrait connaître un repli en raison des perturbations de la logistique et du retard des activités commerciales à cause de l’épidémie de nouveau coronavirus, mais son impact est contrôlable, limité et temporaire. L’économie chinoise reste résiliente et montre une forte vitalité pour résister aux défis soulevés par cette épidémie, et sa dynamique de croissance ne sera donc pas contredite. Sur le moyen et le long terme, l’économie se redressera et repartira. La Chine continuera de mettre en oeuvre des mesures efficaces pour maintenir la stabilité de son économie et minimiser l’impact de l’épidémie. Le ministère du Commerce a mis en place une série de politiques facilitant la reprise des activités des entreprises et continuera à collaborer avec les autres institutions concernées pour accorder un soutien plus large et solide. Le secteur du commerce accélère sa reprise. Les entreprises du secteur à l’échelle nationale connaissent un redémarrage stable de leurs activités. Celles des régions côtières de l’est font état de progrès plus rapides que leurs homologues du centre et de l’ouest. Par ailleurs, de nouveaux modèles de business et de vie se sont développés ; l’éducation en ligne, les soins médicaux en ligne et le bureau en ligne se développent rapidement.

En ce qui concerne les entreprises dans les secteurs du commerce extérieur et des investissements étrangers, de la circulation des marchandises et de l’e-commerce, elles commencent à reprendre leurs activités de manière ordonnée. Les autorités compétentes ont fait le nécessaire pour simplifier les procédures de gestion du commerce extérieur, aider les entreprises à demander des licences d’importation et d’exportation en ligne, améliorer les services aux grands projets en cours, etc. Je voudrais également souligner que les efforts chinois ont aussi réduit le risque que l’économie mondiale aurait pris. Aujourd’hui, l’économie chinoise représente 16% du total mondial, et sa contribution à la croissance mondiale dépasse 30%. Si le développement de l’économie chinoise se trouve perturbé, aucun pays ne sera épargné. Ainsi peut-on dire que la Chine s’aide soi-même, mais en même temps le monde entier. Soutenir la Chine, aider la Chine, c’est dans l’intérêt de la société internationale et de tous les pays.

Un médecin parle avec un patient durant une consultation en ligne dans un hôpital de Shenyang (nord-est de la Chine), le 4 février 2020
© AFP STR

Quel est l’impact de l’épidémie sur les relations économiques entre le Maroc et la Chine, au niveau des importations/exportations, du tourisme, des flux de personnes, etc. ?

Si nous parlons de l’impact sur les différents secteurs entre nos deux pays, je pense que les commerçants marocains qui y travaillent sont les mieux placés pour apporter une réponse. J’ai reçu de nombreux opérateurs marocains dans les domaines du tourisme, de l’import-export ces derniers jours, et ils m’ont exprimé leur soutien total et leur optimisme quant à la reprise et le développement des échanges bilatéraux après l’épidémie. J’ai écouté leurs avis et je pense que sur le court terme, l’épidémie aura pour effet la réduction des échanges humains et commerciaux, la baisse de la production et la suspension d’un certain nombre de projets de coopération, mais les opérateurs de nos deux pays s’y sont bien préparés. Une fois que la situation s’améliorera, tout repartira. Les autorités marocaines partagent cet avis également. Lors des rencontres avec les hauts responsables marocains récemment, ils m’ont tous exprimé leur confiance d’approfondir les coopérations tous azimuts. Certes, certains secteurs sont apparemment touchés suite à l’épidémie, tel le tourisme. Le nombre de touristes chinois au Maroc a nettement diminué ces derniers jours, mais il rebondira sûrement une fois l’épidémie disparue.

Un événement important à mentionner, est l’année touristique et culturelle entre la Chine et le Maroc, dont la cérémonie d’ouverture a été prévue pour ce mois. Pour que cet événement important soit à la hauteur du partenariat sino-marocain, l’Ambassade de Chine n’a pas arrêté les travaux de préparation et reste toujours en contact étroit avec la partie marocaine pour en assurer la réussite. J’espère que l’on pourra la lancer dans les meilleurs délais, pour élever les coopérations bilatérales entre nos deux pays à un niveau plus élevé.

Comment se passe la relation et la coordination entre l’Ambassade de Chine au Maroc et l’Ambassade du Maroc en Chine ? Comment se passe l’encadrement des Marocains résidents en Chine et des Chinois résidents au Maroc ?

Sous les directions des Ministères des affaires étrangères respectifs, l’Ambassade de Chine au Maroc et l’Ambassade du Maroc en Chine, ayant le même objectif qui est de renforcer le partenariat sino-marocain, gardent toujours une excellente relation et coordination. Depuis l’apparition de l’épidémie, toutes les deux ont fait un bon travail. L’Ambassade à Rabat assume le travail de partager les informations et la vérité du développement de l’épidémie et de communiquer les mesures prises par le gouvernement chinois, de se coordonner avec les compétences relatives pour assurer le retour des touristes chinois suite à la suspension des vols, etc.

L’Ambassade à Beijing assure également son travail, dont le rapatriement des ressortissants marocains de Wuhan. Heureusement, j’ai eu la bonne nouvelle que tous les Marocains rentrés de Wuhan sont sortis de quarantaine en bonne santé. Ce que je peux vous dire, c’est que les résidents étrangers en Chine, y compris évidemment les Marocains, sont en bonne situation. Le gouvernement local assure leurs besoins et supervise avec soin leur état de santé, des lignes vertes sont spécialement mises en place entre l’Ambassade à Beijing et les résidents marocains en Chine. Bien sûr, ils doivent suivre les instructions et respecter les mesures de prévention, et accepter certaines contraintes dans leur vie qui serviront leurs intérêts. Et je me félicite qu’aucun cas d’infection n’ait été signalé parmi eux.

En cette période difficile, les deux pays ont fait preuve d’une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque. Je suis sûr que sous la ferme direction du gouvernement chinois et avec le soutien énergique de la communauté internationale dont le Maroc fait partie, le peuple chinois remportera la victoire sur l’épidémie et l’amitié sino-marocaine en sortira renforcée.

Je voudrais également noter les vives réactions de la communauté chinoise au Maroc, dont une partie est installée depuis des années, pour se mobiliser et soutenir la Chine.

Les Marocains rapatriés de Wuhan quittent l’hôpital Sidi Said de Meknès

Quels plans ont-ils été mis en place pour organiser au mieux le retour en Chine, après l’épidémie, des étrangers rapatriés, notamment les Marocains ?

Au stade actuel, nous nous attelons d’une part à consolider les résultats obtenus dans la prévention, le contrôle de l’épidémie et d’autre part, à organiser de manière ordonnée et coordonnée la reprise du travail et de la production dans tout le pays. Le gouvernement chinois attache une importance majeure à la santé et à la sécurité des travailleurs et des étudiants, les mesures de prévention et de contrôle vont au-delà des exigences de l’OMS. Les différents établissements annonceront la date de reprise de travail et de rentrée en fonction des réalités de chaque ville et les ressortissants marocains concernés seront informés de ces informations au moment voulu. Les Marocains qui souhaitent retourner travailler en Chine sont toujours les bienvenus. Je leur conseille de suivre de près l’évolution de la situation et de faire preuve de patience. Avec l’amélioration de la situation, ce jour viendra sans tarder.

Propos recueillis par Selim Benabdelkhalek