Société

En 2020 : Objectif 42% d’énergie renouvelable dans 5 ans

le 3 août 2015


Le développement industriel et la croissance démographique mondiale ont engendré une forte accélération de la demande énergétique. Selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie, la demande mondiale en énergie devrait croître de 52% à l’horizon 2030. 

Pour répondre à cette problématique, le Maroc a entrepris une nouvelle stratégie énergétique nationale pour le développement des énergies renouvelables, dans le but de sécuriser son approvisionnement en énergie et éviter ainsi la dépendance envers une technologie.

En effet, ces dernières années, le Royaume a investi dans de vastes projets, que ce soit pour l’éolien ou le solaire. Où en sommes-nous aujourd’hui?

Le Plan solaire

A l’horizon 2020, le Maroc compte porter à 42% la contribution des énergies renouvelables à la production électrique.

Le plan solaire marocain, baptisé Noor, devrait générer des investissements de plus de 9 milliards de dollars.

Lancé en mai 2013 par le Roi Mohammed VI, le projet Noor I, piloté par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire Masen, consiste à réaliser une centrale thermo-solaire d’une puissance de 160 MW. Elle sera développée sur une surface d’environ 480 hectares, sur la base de la technologie thermo-solaire, avec des capteurs cylindro-paraboliques et une capacité de stockage de 3 heures à pleine puissance.  La construction a déjà démarré et elle devrait entrer en service fin 2015.

La deuxième phase du complexe solaire consiste à développer deux centrales solaires Noor II et Noor III. Avec une puissance comprise entre 150 et 200 MW, la centrale Noor II s’étalera sur une surface maximale de 680 ha et aura une capacité de stockage de 3 heures minimum. Noor III sera développée sur une surface maximum de 750 ha, en utilisant, pour la première fois au Maroc, la technologie CSP avec tour, et aura une puissance comprise entre 100 et 150 MW, avec une capacité de stockage de 7 à 8 heures.

Ces projets, qui seront construits par le groupe saoudien Acwa Power et l’espagnol Sener, ont bénéficié de très importants financements internationaux de la part de nombreux bailleurs de fonds. En décembre 2014, 7 conventions ont été signées entre Masen, et Kfw Bankengruppe, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement , le Fonds pour les technologies propres (Clean technology fund), la Banque européenne d’investissement  et l’Agence française de développement, pour une  levée de fonds de 16,5 milliards de dirhams, dans le but de  financer le développement des centrales solaires Noor II et Noor III.

Pour la quatrième phase de Noor, Masen vient de lancer un appel d’offre pour un ensemble de centrales photovoltaïques, cumulant un total de 170 MW de capacité.

La phase Noor PV I, comprendra la centrale Noor IV d’une capacité de 50 à 70 MW, située à Ouarzazate, et pourrait également porter sur les projets Noor Laayoune et Noor Boujdour, d’une capacité de 50 MW chacun, selon Masen.

Le Plan éolien

Dans le cadre du projet éolien, le développement de nouveaux parcs est prévu à l’horizon 2020.

Le Programme Intégré de l’Energie Eolienne sera développé dans le cadre de la production privée d’électricité, à travers des contrats de fourniture et d’achat d’électricité (contrat PPA), conclus entre l’ONEE et les partenaires privés choisis après des appels d’offres internationaux.

Le projet éolien de Tarfaya, situé dans la région de Tah, a permis le renforcement des moyens de production d’origine éolienne et du réseau d’interconnexion de la région du sud du Royaume. Equipé de 131 éoliennes, d’une puissance unitaire de 2.3 MW, ce parc éolien est en service depuis décembre 2014.

La 1ère phase du parc éolien d’Akhfennir de 100 MW a été mise en service en juillet 2013, alors que la mise en service de la deuxième phase, d’une puissance de 100 MW également, est prévue pour juin 2016.

Concernant le site de Jbel Khalladi, dans la région de Tanger, d’une capacité de 120MW, il sera mis en service fin 2016.

Le programme intégré de l’Energie Eolienne 1000 MW est composé de six parcs éoliens, répartis dans les régions sud et nord du Royaume qui disposent d’un potentiel éolien important.

Ce programme est conçu sur 2 phases. La 1ère concerne le projet du parc éolien de Taza (150 MW), dont la mise en service est prévue pour 2017. La 2ème phase est celle du projet Intégré 850 MW, composé de cinq parcs éoliens, Tanger II (100 MW), Boujdour (100 MW), Tiskrad (300 MW), Midelt (150 MW) et Jbel Lahdid (200 MW), dont les mises en service seront opérées entre 2017 et 2020.

Il est à noter qu’à terme, tous ces projets devraient permettre au Maroc d’économiser en combustibles 1 million de tonne équivalent pétrole (TEP) par an, et d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2.

AL

POUR ALLER PLUS LOIN