Rabat: Moulay Hafid Elalamy reçoit le Ministre délégué aux Affaires Etrangères du Japon, M. Keisuke Suzuki

Politique

Elalamy s’entretient avec le ministre japonais des affaires étrangères

le 9 janvier 2020


Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique Moulay Hafid Elalamy, a eu, mercredi à Rabat, des entretiens avec le ministre d’État japonais pour les affaires étrangères, Keisuke Suziki axés sur les moyens à même de consolider les relations de coopération entre les deux pays.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de ces entretiens, M. Suziki a indiqué que cette entrevue a été une occasion pour souligner la dimension historique des relations bilatérales, de nature à contribuer à l’approfondissement et au renforcement des relations entre les deux pays, notamment au niveau économique.

Après avoir rappelé que les deux pays ont signé ce matin des accords visant à compléter le cadre juridique régissant les relations économiques entre les deux pays et renforcer les investissements japonais au Maroc, M. Suziki a relevé que le Maroc est la 2ème destination des IDE japonais en Afrique, après l’Afrique du Sud.

Il a, par ailleurs, souligné l’intérêt du Japon de développer le commerce et l’investissement triangulaire inter-africain pour les besoins d’une économie de masse ainsi qu’une demande de masse.

Le Japon, a-t-il poursuivi, est engagé en faveur du développement du continent africain à travers le processus de la TICAD, notant que Tokyo s’est engagé, lors de la TICAD VII, tenue du 28 au 31 août 2019 à Yokohama, à soutenir l’élan d’investissement du secteur privé japonais en Afrique soit (20 milliards $ sur la période 2016-2018).

Pour sa part, M. Elalamy a salué les relations en perpétuel développement liant le Royaume du Maroc et le Japon, notant que les deux peuples partagent les mêmes valeurs ainsi que les « mêmes capacités de développement » de leurs économies respectives.

Il a, dans ce sens, relevé que les relations politiques entre les deux pays sont à leur « meilleur niveau » soulignant par la même, que le nombre des entreprises japonaises implantées au Maroc ne dépasse pas 71 sociétés, « d’où la nécessité d’accélérer le rythme en la matière ».

M. Elalamy, a fait savoir que le fort ancrage continental du Maroc, tant sur le plan économique que financier, et sa connaissance des marchés africains, le positionne pour jouer le rôle clé de passerelle économique vers ces marchés, selon des schémas triangulaires avec le Japon.

Et d’ajouter que le Japon est caractérisé par l’ouverture et la croissance de son marché, par le rythme de mutation de son économie et son expertise avérée dans plusieurs domaines, à savoir, l’industrie 4.0, l’industrie automobile, l’électronique, l’énergie renouvelable, les TIC et la biotechnologie.

LNT avec MAP