Société

Doukkali : La politique du médicament, cheval de bataille de la stratégie sanitaire du Maroc

le 20 février 2019


La politique du médicament constitue, sans équivoque, un véritable cheval de bataille de la stratégie sanitaire du Maroc, a assuré, mardi à Rabat, le ministre de la Santé, Anass Doukkali.

Intervenant à l’ouverture d’une rencontre de communication et de concertation avec les principales associations d’industriels pharmaceutiques, M. Doukkali a rappelé l’importance des efforts soutenus menés depuis des années pour assurer un marché pharmaceutique marocain sans perturbation ni interruption aucunes, plaidant pour la mutualisation des actions en vue de hisser le niveau des prestations relatives aux médicaments.

Dans ce sens, il a souligné le rôle indéniable des industriels pharmaceutiques dans l’approvisionnement en médicaments et dans la lutte contre les médicaments falsifiés, réitérant l’engagement ferme de son département à œuvrer de concert avec l’ensemble des industriels pharmaceutiques, afin de lutter contre l’inégalité dans l’accès au médicament et mettre en place un modèle efficace d’approvisionnement et de gestion des médicaments.

« Nous avons été sollicités par les industriels pharmaceutiques pour améliorer nos systèmes de réglementation et de contrôle des médicaments, mais aussi pour promouvoir l’image de marque pharmaceutique du Maroc et les produits des pharmaciens marocains », a-t-il noté, ajoutant que la disponibilité des médicaments est une responsabilité partagée qu’il convient d’améliorer, dans le cadre des programmes sanitaires conjoints avec les associations, pour assurer l’approvisionnement nécessaire en médicaments pour l’ensemble des citoyens.

Il s’agit également pour le ministère de la Santé de mener une action étroite avec ces industriels, pour la vérification de la disponibilité de certains types de médicaments sur le marché national, pour l’introduction de nouveaux médicaments, notamment génériques et pour la demande de fabrication d’autres médicaments indispensables et basiques, a également expliqué M. Doukkali. Il s’est, de même, félicité des efforts des différentes associations d’industriels pharmaceutiques et des efforts consentis par ces dernières en vue de promouvoir le médicament générique, rappelant la création d’un comité spécial chargé de promouvoir le médicament générique, composé de représentants du ministère de la Santé et du ministère de l’Économie et des Finances.

M. Doukkali a mis en avant l’impérieuse nécessité d’encourager les sociétés pharmaceutiques qui œuvrent à renforcer la place du médicament générique, rappelant la mise en place de l’Agence nationale du médicament et son rôle dans la réalisation d’études de bio-équivalence et dans l’octroi des autorisations de mise sur le marché (AMM), ainsi que les efforts du département de tutelle pour réduire le délai d’octroi des AMM.

Rappelant, en outre, l’inauguration en Afrique de plusieurs unités marocaines pionnières de fabrication de médicaments, il a émis le souhait de voir davantage renforcer la présence des industriels pharmaceutiques marocains à l’échelle africaine, à la lumière du retour du Maroc à sa famille institutionnelle continentale. Pour sa part, le président de l’Association marocaine de l’industrie pharmaceutique (AMIP), Ali Sedrati a réitéré la volonté de l’ensemble des associations d’œuvrer de concert avec le ministère dans l’objectif de débattre de la politique actuelle de santé et du médicament et pour trouver une issue favorable aux différentes doléances et attentes des professionnels de l’industrie pharmaceutique.

Il s’agit de dresser l’état des lieux et de partager les expériences et les meilleures pratiques de partenariat privé-public pour contribuer à la promotion de l’accès des citoyens au médicament et de la qualité du médicament mis sur le marché national, a-t-il affirmé.

Ont pris part à cette rencontre, outre le secrétaire d’État chargé de l’investissement, Othman El Ferdaous, les représentants des établissements pharmaceutiques industriels, du conseil de l’ordre des pharmaciens fabricants et répartiteurs, ainsi que de l’Association marocaine de l’industrie pharmaceutique, l’Association marocaine du médicament générique et l’Association des entreprises du médicament au Maroc.

LNT avec MAP