La Première ministre britannique Theresa May s'exprime devant la Chambre des communes, le 13 mars 2019 © UK PARLIAMENT/AFP MARK DUFFY

International

Les députés britanniques se prononcent sur un report du Brexit

le 14 mars 2019


Les députés britanniques se prononcent jeudi sur un report du Brexit, la Première ministre Theresa May leur promettant qu’il sera court s’ils adoptent l’accord de retrait qu’elle a négocié avec l’Union européenne mais qu’ils ont déjà rejeté deux fois.

A quinze jours de la date théorique du divorce, la motion gouvernementale débattue à la Chambre des communes proposera un report du Brexit jusqu’au 30 juin si les députés approuvent l’accord de retrait d’ici le 20 mars, veille du prochain sommet européen.

Si l’accord est recalé à nouveau, la motion précise que le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera que le pays organise des élections pour le Parlement européen fin mai.

« Une courte extension technique ne sera offerte que si nous avons un accord en place », a averti mercredi soir Mme May, tentant d’unifier des députés incapables jusqu’à présent de dégager une majorité sur la voie à suivre avec le Brexit.

De son côté, le président du conseil européen Donald Tusk a invité jeudi les pays européens à être prêts, lors de leur sommet prévu les 21 et 22 mars, à accorder « une longue prolongation » du Brexit, prévu le 29 mars, « si le Royaume-Uni accepte de repenser sa stratégie pour le Brexit et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci ».

– Convaincre les eurosceptiques –

La dirigeante conservatrice a répété sa volonté de mettre enfin en oeuvre le résultat du référendum de juin 2016, qui a vu les Britanniques choisir à 52% de quitter l’Union européenne après 46 ans d’un mariage sans amour.

Malgré les échecs cuisants qu’elle n’a cessé d’essuyer, elle espère parvenir à ses fins en ralliant notamment les eurosceptiques de son propre parti conservateur, face à la perspective que le Brexit finisse par ne jamais se produire s’ils ne soutiennent pas son accord de retrait de l’UE.

La partie est loin d’être gagnée pour la Première ministre, dont la voix et l’autorité sont apparues brisées mercredi soir lorsque des députés conservateurs, y compris des membres de son gouvernement, ont défié ses consignes de vote lors d’une session houleuse. La Chambre des Communes a finalement rejeté l’option d’une sortie sans accord « quelles que soient les circonstances ».

Le vote des députés n’est cependant pas contraignant et Theresa May leur a répété que s’ils ne soutenaient pas l’accord de retrait, le Brexit risquait d’être remis aux calendes grecques.

– « Chaos » –

Cet « ultimatum », comme l’a qualifié le quotidien des affaires Financial Times, faisait la Une des journaux britanniques jeudi. « Le chaos règne », décrivait le Daily Mail.

Mais pour l’ancien conseiller de Theresa May, Nick Timothy « son accord est mort ». « Et le pays se dirige vers un Brexit plus doux – ou pire, pas de Brexit du tout », a-t-il estimé dans le quotidien eurosceptique Daily Telegraph.

Le ministre des Finances Philip Hammond envisage, lui, un chemin alternatif pour sortir de l’impasse. « Nous continuerons d’essayer de dégager un consensus derrière l’accord, mais je pense que nous devons également examiner d’autres moyens permettant à la Chambre des Communes d’exprimer son point de vue sur la voie à suivre », a-t-il déclaré à la BBC jeudi.

De leur côté, les travaillistes ont déposé un amendement prévoyant que Mme May demande aux dirigeants de l’UE un report du Brexit pour éviter une sortie sans accord et « donner au Parlement le temps de trouver la majorité pour une approche différente ».

Le vote de jeudi est le troisième épisode parlementaire d’une semaine cruciale pour le pays qui ne parvient pas, près de trois ans après avoir choisi le Brexit, à se mettre d’accord sur les conditions de ce départ.

L’UE a souligné qu’une demande de report devait être justifiée et acceptée à l’unanimité par les 27 pays de l’UE.

LNT avec Afp