Culture

La cover de la semaine : Hallelujah

le 12 novembre 2014


Rares sont les chansons qui peuvent parler à deux générations à travers des interprètes différents. « Hallelujah » de Leonard Cohen en est une indéniablement. Le poète et parolier canadien l’enregistre en 1984 dans une version que tous les parents connaissent. Mais, un autre écorché vif, Jeff Buckley, lui redonnera paradoxalement une seconde vie dix ans plus tard, dans son unique album Grace. Les deux versions sont profondément distinctes, celle de Leonard Cohen est portée par le phrasé rauque du chanteur qui donne à chaque phrase toute son importance tandis que celle de Buckley est une forme d’hypnose emmenée par une guitare électrique au son presque mystique. Encore un match très difficile à départager entre le maitre et son apprenti…

1) Leonard Cohen (1984)

2) Jeff Buckley (1994)

Mellow Man