Crédit photo: Ahmed Boussarhane/LNT.

Politique

Coronavirus, des mesures fortes, très fortes, s’imposent, dès à présent

le 18 mars 2020


L’annonce de nouveaux cas de coronavirus exprime une réalité terrible, celle de l’entrée du Royaume dans une phase d’accélération quasiment exponentielle de la pandémie dans notre pays, à l’instar de ce qui s’est passé en Chine, en France, en Italie ou en Espagne.

Certes, les autorités, qui ont louablement décidé de pratiquer une transparence totale, maîtrisent pour l’instant les premiers effets de cette pandémie.

Mais il est fort à craindre que les infections se multiplieront dans les prochains jours si des mesures encore plus drastiques que celles appliquées actuellement n’étaient pas imposées rapidement.

En effet, comme le montrent les expériences française, italienne, espagnole, chinoise ou coréenne, la seule façon de ralentir la pandémie est d’imposer un confinement total à la population.

Pour le cas du Maroc, au vu de nombre de personnes infectées, il serait profondément salutaire que la prévention soit la première réponse apportée à cette terrible menace, sachant que la cinquantaine de cas infectieux enregistrés pourrait signifier, même s’il s’agit de cas « importés », une vague annonciatrice de nouvelles infections, à Dieu ne plaise !

Dans un tel contexte, mortifère, sans tomber dans une panique aux effets encore plus ravageurs sur la population, alors que la politique suivie par l’État, sous la supervision de SM le Roi, est à saluer, tout devrait être entrepris pour éviter une situation à l’espagnole ou française.

C’est encore possible aujourd’hui parce que le nombre de personnes infectées reste relativement bas, mais dans les pays, tel l’Italie, où les décisions les plus fermes ont tardé à s’enclencher, le résultat en termes de cas infectés et de mortalité, le prix payé pour stopper la pandémie ont été particulièrement élevés.

Et, malheureusement, l’aspect sanitaire n’est pas le seul à relever aujourd’hui.

En effet, sur les plans économique et social, le tribut à payer à cette menace de pandémie est déjà très haut.

De toutes parts fusent les appels à l’aide lancés à l’État, au gouvernement.

Des entreprises sont gravement menacées dans leur survie même, surtout les PME et TPME.

Des propositions concrètes ont été faites pour reporter échéances fiscales et sociales alors que les trésoreries sont déjà fortement mises à mal.

Ce fonds de soutien et de lutte contre le Coronavirus, doté de 10 milliards de dirhams, magnifiquement clôturé en moins d’une journée, a déjà montré que les grands groupes, Al Mada en tête, mais aussi BOA, BCP, OCP, etc., ont très rapidement et positivement répondu à l’appel royal.

Ce fonds sera donc très rapidement opérationnel, mais sans doute qu’il devrait être accompagné de mesures concrètes sur le plan social sachant que les filets sociaux sont quasiment inexistants dans notre pays.

C’est vers ce champ-là que le gouvernement devrait agir sans attendre pour apporter des réponses aux angoisses des salariés menacés de lock-out.

De même, il ne faudrait pas oublier que le secteur informel n’est jusqu’à présent pas évoqué par les autorités publiques alors qu’il concerne des millions de nos concitoyens.

Que deviendront-ils dans les jours et semaines à venir ?

L’urgence de la prise en compte de la dimension sociale de cette menace de pandémie est donc impérative et exige qu’un état d’urgence, avec des décisions fortes d’aide aux plus démunis, soit décrété.

Il ne fait aucun doute que le coronavirus est un facteur puissant de déstabilisation économique et sociale qui requiert une approche de solidarité nationale, d’union des forces vives du pays derrière SM le Roi, pour des réponses nouvelles et efficaces face à une situation jamais connue auparavant.

Tout doit être entrepris pour éviter la pandémie à notre pays et à notre peuple et rien ne devrait l’empêcher, quel qu’en soit le prix à payer pour l’État, les finances publiques, etc.

Il est sans doute peu original de déclarer, après le président français, que nous aussi sommes en guerre, mais c’est exactement ce dont il s’agit aujourd’hui !

Le coronavirus n’abattra pas notre pays parce que nous saurons le vaincre si les mesures et décisions qui s’imposent seront prises rapidement et fortement…

Fahd YATA