Société

Climat : Le Roi Mohammed VI place la communauté internationale devant ses responsabilités

le 15 novembre 2016


Le Discours de SM le Roi Mohammed VI devant la 22e conférence mondiale sur le climat (COP22) à Marrakech lance à l’adresse des dirigeants mondiaux un appel empreint de vérité, de responsabilité et de solidarité pour faire face, sans plus tarder, à l’urgence climatique.

En ouverture du segment de haut niveau de la grand-messe planétaire du climat, le Souverain a placé la communauté internationale devant ses responsabilités pour apporter des réponses collectives à la problématique de l’environnement.

« Nous n’avons d’autre choix que d’œuvrer à rattraper le temps perdu par une mobilisation continue et globale et une cohésion constructive pour assurer aux générations successives une vie commune digne et durable », a affirmé SM le Roi qui a appelé tout le monde à faire preuve de sérieux et d’engagement.

Car un an après l’accord historique scellé au terme du précédent sommet de Paris, force est de constater que le rendez-vous de Marrakech se présente comme un test réel pour mesurer la fiabilité des promesses faites et la crédibilité des Etats-parties.

D’où ceux-ci n’ont d’autre choix que d’œuvrer à rattraper le temps perdu à travers une implication coordonnée, engagée et plus forte dans le combat contre le plus grand défi de l’heure posé à l’humanité, dans une dynamique de solidarité Nord-Sud et Sud-Sud que SM le Roi appelle de ses vœux.

Le Souverain a tenu, dans ce contexte, à exhorter les parties prenantes à combler l’écart qui sépare les pays industrialisés et ceux en développement en termes de moyens d’action en matière de culture liée à l’environnement.

Le discours royal prône à cet égard les vertus de l’éducation aux questions de l’environnement, réaffirmant l’engagement du Royaume, pendant son mandat à la tête de la COP22, à mobiliser les moyens financiers nécessaires à cet effet.

Sur un ton solennel et sans équivoque, SM le Roi a rappelé aux dirigeants du monde entier le prix cher de l’attentisme dans la lutte contre le changement climatique et ses conséquences néfastes.

Dans la conception royale, cet enjeu existentiel requiert la mise en place d’une feuille de route mondiale avec des engagements bien précis dans un souci d’équité, de solidarité et de justice climatique.

Le Souverain a décliné en effet les priorités à retenir en termes de soutien aux pays du Sud et aux Etats vulnérables, de respect des engagements financiers des pays avancés, de transfert de technologie et d’implication des divers acteurs dans « l’action globale pour le climat ».

En modèle pour l’Afrique et les pays en développement, le Maroc sous le leadership de Sa Majesté le Roi n’a eu de cesse de montrer l’exemple en matière du développement des énergies propres. Il reconnu aujourd’hui comme un pays précurseur en la matière.

SM le Roi a réitéré à ce propos Sa détermination à persévérer dans cette voie en menant à leur terme Ses initiatives pilotes visant à assurer, à l’horizon 2030, 52 pc de la capacité électrique nationale à partir de sources d’énergie propre.

Le Maroc, acteur clé du processus mondial en matière climatique, a concrètement contribué à la définition de mesures pratiques pour donner corps à la mobilisation des Etats et de leur capacité à transformer les promesses faites à Paris en actions applicables.

Et dès lors que l’accord de Paris n’est pas une finalité en soi, le Souverain a engagé les dirigeants réunis à Marrakech à faire davantage face au défi pressant d’un climat rebelle.

« Le bilan de cette conférence sera décisif pour le devenir de la nouvelle génération des conférences des parties, qui devront se focaliser sur l’initiative et l’action », a conclu SM le Roi.

LNT avec Map