Ballon d’Or: « obligé d’être dans les trois » finalistes

« Je suis obligé d’être dans les trois » finalistes pour le Ballon d’Or, estime Antoine Griezmann dans L’Equipe mercredi, après avoir gagné la Coupe du monde avec les Bleus et la Ligue Europa et la SuperCoupe d’Europe avec l’Atlético Madrid.

A la question « Serait-ce injuste » de ne pas avoir cette récompense individuelle suprême décernée en fin d’année, « Grizou » répond: « Pas injuste. Mais je me poserais la question de savoir ce que je peux faire de plus ».

Il y a cependant quelques signaux négatifs. Le prix de joueur de la saison de l’UEFA a été décerné à Luka Modric, finaliste du Mondial avec la Croatie et vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid.

Et aucun Bleu ne figure dans les trois finalistes pour le prix Fifa de la saison qui sera décerné le 24 septembre à Londres. Pour le trophée Fifa, les trois finalistes sont d’ailleurs les mêmes que pour l’UEFA, à savoir Modric, Mohamed Salah et Cristiano Ronaldo.

« C’est bizarre. Et dommage. C’est un trophée que remet la Fifa non? Et la Coupe du monde est organisée par la Fifa, non? On gagne la Coupe du monde et il n’y a aucun Français à l’arrivée », déplore à ce sujet Griezmann.

Le jury du prix Fifa et du Ballon d’Or n’est pas le même. Depuis la fin en 2016 de l’accord entre la Fifa et France Football concernant le Ballon d’Or, l’instance suprême du ballon rond a ressuscité ses propres prix, décernés à l’issue d’un vote effectué par un panel de supporters, de capitaines, de sélectionneurs et de journalistes. Le Ballon d’Or se base sur le vote des seuls journalistes.

LNT avec AFP