Crédits photo : FY/LNT

Politique

Aéroports, le pari tenu de la DGSN

le 18 septembre 2019


Il fallait le voir pour le croire ! Depuis le 16 septembre 2019, la suppression des fiches d’embarquement et de débarquement, exigées jusque-là par les services de la DGSN pour entrer et sortir du Royaume, est effective, appliquée et opérationnelle.

Et cette suppression a engendré un allègement patent des formalités aux points d’entrée et de sortie du pays, dans tous les aéroports du Royaume.

Ainsi, le voyageur qui débarque à l’aéroport de Casablanca Mohammed V, s’il est citoyen marocain, est invité à suivre un parcours fléché et parfaitement signalé pour gagner les guichets exclusivement dédiés aux nationaux.

Les étrangers quant à eux, sont orientés vers une autre direction où des guichets leur sont spécifiques.

Le voyageur marocain est, dès l’entrée dans la grande salle dévolue aux formalités de sortie, impressionné par sa dimension et le nombre de guichets qui l’attendent.

Cet aménagement augure de délais d’attente raccourcis lorsque viendront les périodes hautes, en été notamment, où touristes et Marocains résidant à l’étranger se pressent dans les aéroports du pays.

Il remarque également que des préposés de la DGSN sont présents devant l’entrée pour guider les voyageurs vers la salle idoine et éviter également que ceux qui ne sont ni des diplomates, ni des voyageurs bénéficiant du « fast track », réservé à la classe business, ne se ruent vers les deux guichets destinés à ces catégories de passagers.

 

Crédits photo : FY/LNT

 

Une fois devant le guichet, le préposé de la DGSN ne perd plus de temps à lire minutieusement votre fiche puisqu’elle n’existe plus !
Il se contente de passer le passeport dans un lecteur électronique, oppose un tampon sur votre sésame et vous invite poliment à aller récupérer vos bagages.

LE TOUT EN MOINS DE DEUX MINUTES !!!

La dernière étape de ce parcours ultra rapide est celle du contrôle de l’effectivité de l’oblitération du passeport par un agent de la DGSN, opération qui existait auparavant.

La promesse faite d’un allégement conséquent des formalités de police aux aéroports a donc été tenue et on peut être assuré que les galères vécues par les voyageurs nationaux et étrangers ne se reproduiront plus, essentiellement parce que les points d’attente avant d’arriver aux guichets ont été drastiquement réduits grâce à la rapidité des opérations de contrôle, rapidité générée grâce (enfin) à l’utilisation des outils informatiques qui permettent la lecture électronique des passeports biométriques dont sont dotés tous les nationaux qui voyagent à l’étranger.

La DGSN a fini par sauter le pas, pour le plus grand bien des passagers !

Cette nouvelle méthodologie de contrôle, qui s’applique depuis longtemps dans les grands aéroports du monde, contribuera à relever l’image du Maroc à l’extérieur alors que la première impression d’un voyageur à l’entrée d’un pays est souvent déterminante.

Et si la DGSN contribue ainsi de façon positive à l’accueil des voyageurs, il restera à l’ONDA de revoir le parcours des passagers au sortir des avions afin que les satellites soient nettoyés, les tapis remis à neuf, les murs et colonnes repeints.

Quant à la Douane, elle devrait s’inspirer de la police et doter l’aéroport Mohammed V de scanners supplémentaires pour le contrôle des bagages à l’arrivée.

Car le temps gagné aux guichets de police est largement « dépensé » dans les files d’attente générées par l’unique scanner de contrôle des gabelous !

Fahd YATA